Relaxant aquamassage

La massothérapeute Anne-Marie Cadieux est spécialisée en aquamouvance,... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE)

Agrandir

La massothérapeute Anne-Marie Cadieux est spécialisée en aquamouvance, une technique où on utilise l'ondulation de l'eau afin de créer du mouvement.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quand on va au spa, on en profite parfois pour s'offrir un bon massage. Mais on ne pense pas à se faire masser... dans l'eau ! L'aquamassage possède toutefois les mêmes vertus qu'un massage sur table, en plus des bienfaits liés à son environnement aquatique. Portrait d'une pratique peut-être moins répandue, mais tout aussi relaxante.

Léa a reçu un premier massage dans l'eau.  « On... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Léa a reçu un premier massage dans l'eau.  « On est tout le temps dans le mouvement, mais il n'y a aucun effort à faire », a fait savoir la jeune femme enceinte.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La température de l'eau s'approche de celle du... (PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

La température de l'eau s'approche de celle du corps, autour de 37 °C. La chaleur empêche la personne de grelotter pendant le massage.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Debout dans le bassin d'eau chaude, la massothérapeute est penchée sur Léa, enceinte de 28 semaines. Dans la piscine du centre de réadaptation Lucie-Bruneau, les lumières sont tamisées et l'atmosphère, feutrée. On n'entend que la musique classique qui joue doucement par-dessus le clapotis de l'eau.

La massothérapeute Anne-Marie Cadieux est spécialisée en « aquamouvance », une technique où on utilise l'ondulation de l'eau afin de créer du mouvement. Pour Léa, il s'agissait de la première expérience du genre. « C'était vraiment différent comme massage, a-t-elle raconté à la fin de la séance. On est tout le temps dans le mouvement, mais il n'y a aucun effort à faire. »

Ce type de massage est tout indiqué pour les femmes enceintes, et Léa entame justement son troisième trimestre de grossesse. « Je commence à me sentir lourde, donc c'est bien de me sentir légère ! », poursuit la jeune femme.

La technique de mouvance en eau a été créée par une Québécoise, Carole Dion-Veechi, vers la fin des années 70. Avant les massages, elle a d'abord mis au point la méthode d'aquamouvance, qui consiste à exécuter des exercices de nage s'apparentant à du yoga aquatique.

« Tout est basé sur la façon dont l'eau bouge dans la nature, et c'est cette ondulation-là qui est reproduite dans le corps, explique Mme Dion-Veechi, qui est éducatrice physique de formation. Cette ondulation va créer de l'espace dans les articulations, et partout entre les os, les muscles... »

Ce n'est que plus tard, lorsqu'elle est arrivée dans une piscine avec bassin d'eau chaude, que Mme Dion-Veechi a appliqué les principes de cette méthode aux massages. Elle enseigne et dispense toujours ces techniques - nage ondulatoire, aquayoga, aquadanse, massage aquavie - dans l'école qu'elle a fondée, Aquavie Mouvance.

UN MASSAGE EN TROIS DIMENSIONS

« Le principe de base du massage de mouvance en eau, c'est la vague qui passe dans le corps », explique Anne-Marie Cadieux, qui pratique ce type de massage depuis plus de 20 ans.

« C'est un massage qui se passe en trois dimensions, reprend-elle. Quand on masse le pied, par exemple, la vague va se propager dans tout le corps. Ça amène vraiment une grande détente. »

Il est important que l'eau soit à la température du corps, autour de 37 °C. La chaleur empêche la personne de grelotter pendant le massage, en plus de l'envelopper dans une sorte de cocon, fait valoir Mme Dion-Veechi. « Le fait que l'eau soit à la température de notre corps empêche qu'il y ait un choc. Aussi, ça nous ramène dans un espace intra-utérin, avance la fondatrice de la méthode. On se sent un peu bercé comme dans les bras de notre mère. »

Si ce type de massage est bon pour tout le monde, il convient particulièrement aux femmes enceintes ou aux gens souffrant de douleurs chroniques. Mme Cadieux compte notamment parmi ses clients des gens qui souffrent de fibromyalgie. « Pour les personnes qui ont des douleurs, ça peut être très aidant à cause de la chaleur de l'eau », souligne-t-elle.

Les femmes enceintes, elles, n'ont pas à subir l'inconfort d'être couchées sur une table. « Elles sont en suspension dans l'eau, donc il n'y a pas de problème de positionnement à cause du ventre, note Mme Cadieux. Aussi, elles baignent dans un environnement aquatique, comme le bébé. Psychologiquement, ça fait une connexion. »

Pour recevoir le massage, la personne est couchée sur le dos, et on lui installe des flotteurs sous la tête et aux chevilles. « Le reste flotte tout seul », précise Mme Cadieux. Le bassin compte environ trois pieds et demi de profondeur.

Si on apaise les tensions physiques et le stress, tout comme dans un massage traditionnel, le contact avec l'eau ajoute un petit plus ludique, selon Mme Cadieux. « Ça apaise le mental, et ça apporte une certaine paix intérieure. » Sans compter que certains ont ensuite l'impression de flotter sur un petit nuage pendant quelques jours. Et ça, ça n'a pas de prix !

Où recevoir un massage dans l'eau ?

Puisque peu de bassins d'eau chaude sont disponibles au Québec, on compte seulement une poignée de massothérapeutes qui pratiquent l'aquamassage. Anne-Marie Cadieux et Carole Dion-Veechi en donnent au centre de réadaptation Lucie-Bruneau, à Montréal, ainsi que dans une résidence privée à Laval. Au spa Eastman aussi, on offre un massage dans l'eau qui s'apparente à l'aquamouvance, dont les origines viennent du shiatsu.

Une pratique reconnue

Le massage en eau est une technique reconnue par la Fédération québécoise des massothérapeutes (FQM), affirme Jean-François Bouchard, directeur général de l'organisme. Il s'agit toutefois d'une technique complémentaire pour un massothérapeute, qui doit d'abord aller chercher une approche principale, comme le massage suédois, par exemple. « Dans le réseau, ce n'est pas une formation qui s'enseigne énormément, et elle est moins connue que d'autres techniques », ajoute M. Bouchard. Elle est néanmoins reconnue en bonne et due forme lorsqu'enseignée dans 1 des 15 écoles représentées par la FQM.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer