Oscar Rivas et Christian Mbili en auront plein les bras à Toronto

Oscar Rivas mettra en jeu pour la première fois... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Oscar Rivas mettra en jeu pour la première fois son titre de la North American Boxing Federation (NABF) face au Belge Hervé Hubeaux, le 19 mai à Toronto.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frédéric Daigle
La Presse Canadienne

Il est temps, pour Oscar Rivas et Christian Mbili, de passer à un niveau de boxe supérieur. La carte du 19 mai offre à Groupe Yvon Michel l'occasion rêvée de placer des adversaires coriaces sur la voie de ses deux protégés.

«L'objectif pour ces deux boxeurs, c'est de relever des défis à chaque combat, a expliqué Marc Ramsay, l'entraîneur des deux pugilistes, lors de la conférence de presse présentant les activités préliminaires au choc des mi-lourds entre Adonis Stevenson et Badou Jack. Pour Rivas, je recevais des appels tous les jours de notre matchmaker. À un moment donné, je lui ai dit: "Arrête de m'appeler. Trouve le meilleur gars disponible. Si c'est (le champion du WBC Deontay) Wilder, ce sera Wilder"».

«Pour Mbili, la période de transition entre la boxe amateur et la boxe professionnelle est maintenant terminée. Il faut qu'il soit dorénavant davantage inquiété dans ses combats.»

Ainsi, le poids lourd Rivas (23-0, 17 K.-O.) mettra en jeu pour la première fois son titre de la North American Boxing Federation (NABF) face au Belge Hervé Hubeaux (29-2, 14 K.-O.). L'ex-champion WBC francophone et jeunesse de la division n'a subi qu'une seule défaite à ses 19 dernières sorties, s'inclinant par décision unanime face à Agit Kabayel pour le titre européen. Le boxeur de 26 ans sert également de partenaire d'entraînement au champion Anthony Joshua, rôle qu'il a aussi occupé dans le passé auprès d'Alexander Povetkin.

«C'est le meilleur adversaire que je pouvais affronter à ce moment, possiblement l'un des meilleurs que j'aurai affronté, a admis Rivas. Ça fait longtemps que j'attends un combat comme celui-là, un plus gros défi. je veux m'en servir pour prouver aux gens que je peux être champion du monde.»

«On a fait des offres à plusieurs boxeurs bien classés, mais tout le monde a refusé, a noté Yvon Michel, président de GYM. On a été obligé d'investir beaucoup d'argent pour aller chercher ce jeune boxeur. Les boxeurs qu'on nous offrait n'étaient pas du calibre d'Oscar et ne lui auraient pas permis de progresser. Mais une victoire contre Hubeaux fera beaucoup de bruit sur la scène internationale.»

Selon Michel, elle propulserait le Colombien, actuellement classé 12e du WBC, parmi les 10 meilleurs au monde.

«Ses deux derniers adversaires, qu'on a choisis pour le garder actif, l'ont fait glisser de la neuvième à la 12e place au classement, a noté Michel. Le WBC nous a garanti qu'une victoire le ferait repasser dans le top 10

«Les poids lourds coûtent tellement cher qu'il faut attendre des événements de cette ampleur pour pouvoir s'offrir des adversaires de qualité, du niveau où Oscar est rendu, a ajouté Ramsay. Rivas a besoin de passer par un ou deux adversaires de ce calibre avant de recevoir le coup de téléphone qui fera en sorte que la vraie 'business» va commencer. Il faut saisir l'occasion que nous avons avec ce genre d'événements pour imposer le nom de Rivas sur la scène internationale.»

Mbili (9-0, 9 K.-O.) poursuivra quant à lui sa progression chez les moyens en se frottant à Marcos Jesus Cornejo (19-2, 18 K.-O.) pour la ceinture WBC jeunesse.

«Dix-neuf victoires; 18 K.-O.: oh là là! C'est vrai, c'est un dur, a blagué Mbili en lisant la fiche de son adversaire. Ce ne sera pas plus difficile; je vais le tabasser», a-t-il promis, faisant fi des souhaits de son clan de lui offrir plus vive opposition.

«C'est un gars qui a un grand parcours amateur. C'est le genre de gars avec qui on peut augmenter le niveau d'adversité sans vraiment le menacer encore, tout en continuant de le former, a expliqué Ramsay. Ce n'est pas nécessaire non plus d'arrêter tout le monde au premier round: on n'a rien à gagner en faisant cela. Il faut donc trouver des adversaires durables. C'est le cas pour ce combat. Il faudra se méfier de la force de frappe de notre adversaire, mais je crois qu'on a les habiletés pour survoler cette "zone" de boxeurs là.»

Belle représentation

La boxe québécoise sera bien représentée lors de ce gala du 19 mai, avec pas moins de sept boxeurs de la Belle Province impliqués dans les 10 combats de la soirée.

Outre Rivas et Mbili, Adonis Stevenson (29-1, 24 K.-O.) tentera de défendre pour une neuvième fois sa ceinture des mi-lourds du World Boxing Council (WBC) face au Suédois Badou Jack (22-1-2, 13 K.-O.). GYM enverra également deux autres de ses protégés au Air Canada Centre, qui s'ajouteront aux deux boxeurs montréalais qui appartiennent à l'écurie du promoteur torontois Lee Baxter.

Ainsi, le mi-moyen Mikael Zewski (30-1, 22 K.-O.) affrontera l'Argentin et champion latin de l'International Boxing Federation (IBF) Diego Gonzalo Luque (21-5-1, 10 K.-O.), tandis que Sébastien Bouchard (15-1, 5 K.-O.) mettra fin à 15 mois d'inactivité en raison d'une blessure au bras en croisant les gants avec le Bosnien Sladan Janjanin (24-2, 18 K.-O.).

Finalement, Patrice Volny (10-0, 7 K.-O.) et Mazlum Akdeniz (4-0, 1 K.-O.), qui font partie de l'écurie de Lee Baxter, affronteront Janks Trotter (10-4-2, 10 K.-O.) et Lloyd Reyes (0-1), respectivement.

Le WBC a également divulgué mercredi l'identité des officiels pour le combat Stevenson-Jack. L'arbitre sera le Britannique Ian John-Lewis, tandis que l'Italien Guido Cavalleri, le Texan Jesse Reyes et le New-Yorkais Eric Marlinski jugeront l'action.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

la liste:123302:liste;la boite:4317250:box

Rondelle libre>

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer