Début de l'adieu universel à Muhammad Ali

Les obsèques musulmanes de Muhammad Ali se sont... (Photo David Goldman, AP)

Agrandir

Les obsèques musulmanes de Muhammad Ali se sont déroulées autour du cercueil contenant sa dépouille, jeudi, à Louisville.

Photo David Goldman, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sébastien Blanc
Agence France-Presse
Louisville, Kentucky

L'heure du dernier round, celui des ultimes hommages, a sonné pour Muhammad Ali: ses obsèques musulmanes ont débuté jeudi autour du cercueil contenant sa dépouille au Centre d'exposition de la ville américaine de Louisville.

Le monde lui dit adieu jeudi et vendredi là où il est né au coeur des États-Unis, de façon religieuse et universelle, ainsi qu'il l'a lui-même souhaité.

Trois moments forts reflétant la vie du boxeur de légende vont rythmer ces deux jours à Louisville, 600 000 habitants, qui a mis les bouchées doubles pour être à la hauteur de l'événement.

Les funérailles ont débuté par une prière mortuaire musulmane, ouverte à tous, rappelant la spiritualité du triple champion du monde, décédé à 74 ans.

Des milliers de personnes, dont de nombreux musulmans venus du monde entier, participaient à ce rite funéraire jeudi, qui se veut un message de paix. Elles entouraient le cercueil contenant la dépouille du célèbre boxeur, installé dans une immense salle en périphérie de Louisville.

Baptisé Cassius Clay à sa naissance dans un quartier noir de Louisville, à l'époque de la ségrégation raciale, le boxeur a adopté la foi musulmane en 1964, changeant son nom pour celui de Muhammad Ali. Cette conversion avait stupéfié l'Amérique.

Prière selon la tradition

Ce moment de ferveur doit durer moins de trente minutes, les personnes s'identifiant comme musulmanes priant ensemble debout. Les autres membres de l'assistance sont invités à se recueillir chacun à leur manière.

Il s'agit «d'une cérémonie funéraire traditionnelle musulmane», avait expliqué l'imam Zaid Shakir, qui supervise la prière.

«Muhammad Ali revêt une importance très spéciale pour la communauté musulmane», avait-il justifié. «Nous devons lui dire adieu du mieux que nous pouvons, honorer sa mémoire, suivre sa voie et nous aimer entre nous comme il l'aurait souhaité».

Pour des millions de musulmans sur la planète, Muhammad Ali a symbolisé mieux que quiconque le véritable visage de l'islam, pacifique et tolérant.

Le lendemain matin, vendredi, se déroulera le deuxième volet des obsèques, avec une longue procession en corbillard du cercueil de Muhammad Ali.

Le trajet de 30 km passera devant les sites emblématiques de l'histoire de l'homme couronné «Athlète du (XXe) siècle»: sa maison d'enfance, le musée à sa gloire, le Center for African American Heritage, qui décrit la vie des Noirs du Kentucky, ou encore le boulevard Muhammad Ali.

La dépouille du géant, qui a irradié bien au-delà de la boxe grâce à ses combats pour les droits civiques, prendra alors directement la direction du cimetière.

L'inhumation, en présence des enfants d'Ali, se fera dans l'intimité, le comédien Will Smith et l'ancien champion du monde de boxe Lennox Lewis portant avec six autres personnes le cercueil.

Will Smith a joué Muhammad Ali dans le film de Michael Mann Ali, sorti en 2001, un rôle qui lui avait valu une nomination à l'Oscar du meilleur acteur.

Pétales de roses

À noter qu'un «généreux mécène», dont le nom n'a pas été révélé, a promis de recouvrir de pétales de roses rouges le chemin final vers la tombe.

Les proches de Mohamed Ali ont exhorté les médias à ne pas chercher à prendre d'images de la mise en terre.

«Nous vous demandons instamment de ne pas filmer depuis des hélicoptères», a déclaré jeudi en conférence de presse Bob Gunnell, le porte-parole de la famille.

Les grands réseaux de télévision américains ont souvent recours à l'hélicoptère pour couvrir l'actualité en temps réel.

Le dernier moment solennel de ces funérailles sera une cérémonie d'hommage rassemblant chefs d'État, dignitaires et 15 500 anonymes, dans un aréna de Louisville.

Le président turc a annoncé sa présence, la sécurité de l'événement étant confiée au Secret Service, agence spécialisée dans la protection des hautes personnalités.

«Muhammad Ali n'était pas seulement un champion ou une légende de la boxe. Il était aussi un combattant de la liberté», a affirmé Recep Tayyip Erdogan à Ankara mercredi soir. «On n'oubliera jamais qu'il a porté un casque de pompier après les attaques terroristes du 11-Septembre et qu'il a dit que l'islam n'était pas une religion qui tue. L'islam c'est la paix».

L'ancien président Bill Clinton et le comédien Billy Crystal y prononceront une partie de l'éloge funèbre.

Distribués gratuitement mercredi, les 15 000 billets d'accès à cette cérémonie se sont envolés en une demi-heure.

Mais, la demande étant bien supérieure à l'offre, un début de marché noir s'est immédiatement développé sur internet. La famille a menacé de poursuivre les contrevenants, qualifiant de «méprisable» un tel commerce illégal.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer