James DeGale promet de vaincre Lucian Bute en trois rounds

Lucian Bute (à droite) tentera de ravir au... (Photo Erick Labbé, Le Soleil)

Agrandir

Lucian Bute (à droite) tentera de ravir au Britannique James DeGale le titre mondial des 168 livres de l'IBF, samedi soir, au Centre Vidéotron de Québec.

Photo Erick Labbé, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Charles Lalande
La Presse Canadienne
Québec

James DeGale n'a pas l'intention de s'éterniser pendant son combat de championnat du monde de l'International Boxing Federation (IBF) contre le Québécois d'origine roumaine Lucian Bute. Il a même promis une très courte soirée à son adversaire.

Au terme d'un face à face d'une trentaine de secondes, DeGale (21-1, 14 K.-O.) a crié qu'il allait mettre fin au combat au sixième round. Puis, il a révisé sa prédiction à seulement trois rounds.

«Si je le bats en 12 rounds, ce sera une performance exceptionnelle de sa part, a poursuivi celui qui défendra son titre pour la première fois au Centre Vidéotron de Québec. Je compte livrer une performance spectaculaire. Je n'ai jamais été aussi affamé de toute ma vie.»

Mis au courant des propos de son adversaire, Bute (32-2, 25 K.-O.), qui a détenu la ceinture pendant cinq ans, de 2007 à 2012, a répliqué: «Il parle beaucoup, je respecte ça, mais je sais qu'il a peur. Il manque de confiance en lui.»

Invité à donner sa prédiction sur l'issue de la soirée, Bute a répondu qu'il avait tous les outils pour passer le K.-O.

«J'ai la force, de bonnes habiletés, j'ai travaillé fort, je suis en confiance et je vais me battre chez moi. Tout est de mon côté. Les gens vont voir que Lucian Bute n'est pas fini.»

DeGale dit avoir regardé les derniers combats de Bute et il a remarqué que ce dernier était «bon au centre du ring, mais que c'était plus difficile quand l'action se passe dans les coins».

Ramsay promet une victoire d'Alvarez

En demi-finale, le Montréalais d'origine colombienne Eleider Alvarez (18-0, 10 K.-O.), l'aspirant numéro 2 du World Boxing Council (WBC), montera dans le ring face au premier aspirant, le Sud-Africain Isaac Chilemba (24-2-2, 10 K.-O.). Le gagnant de ce combat deviendra l'aspirant obligatoire d'Adonis Stevenson chez les mi-lourds de la WBC.

Marc Ramsay, l'entraîneur d'Alvarez, a décrit Chilemba comme étant un boxeur très complet. Ensuite, il a invité les amateurs à se déplacer en leur promettant qu'ils vont assister à une victoire de son poulain.

«Je me suis toujours dit que si je n'affrontais pas les meilleurs boxeurs, je serai un boxeur médiocre», a lancé Alvarez après avoir complimenté son rival.

Chilemba, entraîné par James McGirt, l'ancien entraîneur du défunt Arturo Gatti, a sensiblement prononcé le même discours qu'Alvarez: «Si je veux être le meilleur, je dois battre les meilleurs.»

Objectif: 10 000 spectateurs

Yvon Michel, président du Groupe Yvon Michel (GYM) et co-promoteur de l'événement avec Interbox, a révélé que près de 8000 billets étaient vendus pour le gala.

«L'objectif est de se rendre à 10 000 personnes. Nous sommes confiants de le réaliser puisque nous vendons beaucoup de billets la dernière journée.»

Michel a d'ailleurs confirmé que les retraités Stéphane Ouellet et Éric Lucas allaient être présents au gala, de même que Jean Pascal, Adonis Stevenson, Artur Beterbiev et Sergey Kovalev.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer