Jean Pascal l'emporte par décision unanime face à Yunieski Gonzalez

Les trois juges ont remis des cartes de... (Photo John Locher, AP)

Agrandir

Les trois juges ont remis des cartes de 96-94 en faveur de Pascal (à gauche).

Photo John Locher, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
LAS VEGAS

Les espoirs de Jean Pascal d'obtenir un combat revanche face à Sergey Kovalev ont failli s'envoler en fumée, samedi, à Las Vegas.

Le Québécois l'a emporté par décision unanime face à Yunieski Gonzalez au terme d'un affrontement peu convaincant de dix rounds. Les trois juges ont remis des cartes de 96-94 en faveur de Pascal, au grand déplaisir de la foule du Mandala Bay Hotel.

Le Cubain avait pourtant semblé en faire assez pour obtenir la faveur des juges. Il a lancé 358 coups contre 220 pour Pascal et a atteint la cible à 105 occasions contre 103 pour Pascal.

«Je suis tellement triste. J'ai été le vrai guerrier, a déclaré Gonzalez, qui a fondu en larmes après l'annonce du résultat. On me l'a volé. Il n'a pas gagné, j'ai gagné. Je suis le vrai gagnant.»

«C'était un bon combat, très serré, a quant à lui plaidé Pascal. Je suis content de fournir aux partisans un autre candidat au titre de combat de l'année, parce que je crois que c'est ce qui s'est produit.»

Le combat semblait inégal en apparence: Pascal avait disputé plus de rounds en combat de championnat que Gonzalez en avait livré dans toute sa carrière. Le Cubain a cependant démontré qu'il n'était pas monté dans le ring pour jouer au faire-valoir.

Gonzalez (16-1, 12 K.-O.) a dominé les trois premiers engagements alors qu'il a réussi à atteindre la cible de manière puissante à plusieurs occasions. Pascal (30-3-1, 17 K.-O.) ne semblait pas en mesure de répliquer aux attaques de son adversaire, préférant plutôt accrocher et se pencher vers l'avant pour éviter les coups.

Au troisième round, celui que l'on surnomme le «Monstre» a solidement atteint Pascal avec une droite au-dessus de l'oeil, mais ce dernier n'a pas bronché.

Le rythme du Cubain a peu à peu ralenti lors des engagements suivants, ce qui a permis à Pascal de revenir dans le combat. Au sixième round, le Québécois a semblé ébranlé son adversaire avec de puissants coups au corps et au visage, mais le Cubain est revenu à la charge en fin d'engagement.

Le «Monstre» a poursuivi le travail au cours des rounds suivants, et Pascal n'a jamais véritablement été en mesure de menacer Gonzalez.

Les juges ont toutefois décidé que le Québécois méritait la victoire, ce qui pourrait signifier un combat revanche avec Kovalev. Pascal s'était incliné par K.-O. au huitième round face au Russe, le 14 mars dernier.

«Je contrôlais le combat, a ajouté Pascal. Le combat suivait exactement le rythme que je voulais.»

Kovalev, facilement

Plus tard dans la soirée, Kovalev (28-0-1, 25 K.-O.) a facilement défendu son titre de champion unifié des poids mi-lourds face au Français Nadjib Mohammedi (37-4, 23 K.-O.) en l'emportant par K.-O. au troisième round.

Mohammedi, un aspirant méconnu, était largement négligé au point où il n'était pas possible de parier sur le combat.

Le Russe invaincu a envoyé Mohammedi au plancher au deuxième round avec une série de droites, et a terminé le travail au round suivant avec une bonne combinaison. Le Français est tombé sur ses genoux et se tenait le nez comme s'il était fracturé. L'arbitre Kenny Bayless a alors mis fin au combat à 2:38 du troisième acte.

Après le combat, Kovalev a déclaré qu'il était prêt pour un combat revanche face à Pascal si c'est ce que les amateurs désirent. Il a d'ailleurs dit que Gonzalez avait semblé meilleur que Pascal lors du combat précédent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer