David Lemieux promet «de beaux feux d'artifice»

David Lemieux (à droite) affrontera le Français Hassan... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

David Lemieux (à droite) affrontera le Français Hassan N'Dam au Centre Bell, samedi, pour le titre vacant des poids moyens de l'IBF.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Geoffrion-McInnis
La Presse Canadienne

David Lemieux aura l'occasion de tourner la page sur les deux défaites crève-coeur qu'il a subies en 2011 au Centre Bell, samedi, à l'occasion de son combat de championnat du monde pour le titre vacant des poids moyens de l'IBF contre le Français Hassan N'Dam.

Depuis ses défaites successives contre Marco Antonio Rubio et Joachim Alcine en 2011, Lemieux (33-2, 31 K.-O.) a aligné huit victoires - dont quatre par K.-O. - qui ont mis la table pour ce duel au sommet. Le Montréalais âgé de 26 ans disputera son premier combat de championnat du monde en carrière, et il s'est dit très confiant de sortir vainqueur.

«Je suis très content d'être ici pour disputer mon premier combat de championnat, parce que ça fait longtemps que j'attends cette opportunité, a dit Lemieux. Ça fait longtemps que je m'entraîne pour être où je suis aujourd'hui - ce n'est pas venu gratuitement -, et quand (Hassan) parle de mes défaites, je lui réponds que je ne suis plus la même personne. Si vous avez étudié ce Lemieux, par rapport à celui qui se tient devant vous aujourd'hui, vous avez mal fait vos devoirs.

«Vous allez voir quelqu'un de très, très sérieux devant vous, et Hassan, j'espère que tu es prêt, parce qu'il va y avoir de beaux feux d'artifice dans le ring, a-t-il poursuivi. Je ne sortirai pas de là sans le titre de champion des poids moyens de l'IBF autour de ma taille.»

Pour l'aider dans sa préparation, Lemieux a souligné la contribution des légendaires boxeurs Bernard Hopkins et Oscar De La Hoya, qui se trouvaient à ses côtés sur l'estrade jeudi. De La Hoya, le président de Golden Boy Promotions, et Hopkins, son bras droit, sont de passage à Montréal pour faire la promotion du gala en compagnie de Eye of the Tiger Management (EOTTM) et d'evenko.

«C'est un honneur immense d'avoir Hopkins et De La Hoya près de moi, a convenu Lemieux. Ils appartiennent à une autre époque, mais leur discours vient te chercher. Ils m'ont répété que j'étais tout un cogneur, et m'ont rappelé qu'ils seront dans mon coin samedi. Ils ne m'ont pas particulièrement parlé de l'aspect technique du combat, mais m'ont plutôt servi des discours de motivation qui ont été très appréciés.»

Lemieux a mis la table pour ce duel en pulvérisant Gabriel Rosado dès le troisième round de son combat pour le titre NABF à New York, convaincant du même coup Golden Boy Promotions qu'il avait l'étoffe d'un champion. Quand le titre IBF de sa division est devenu vacant, le promoteur n'a pas hésité à organiser un affrontement entre le Québécois et l'aspirant no 1, N'Dam (31-1, 18 K.-O.).

Un combat spécial

Si Lemieux a donné l'impression d'être très confiant en conférence de presse, il devra toutefois se méfier parce que N'Dam est un pugiliste expérimenté, qui en sera à son cinquième combat de championnat en carrière. Le duel revêtira un cachet particulier pour l'ancien champion WBO des poids moyens puisque son gérant, Michael King, est décédé il y a deux semaines, soit un an seulement après le décès de son propre père.

«Ce sera un combat spécial, parce que c'est pour le championnat du monde et que des gens auraient aimé pouvoir être là, a expliqué le boxeur de 31 ans. Vous savez, j'ai boxé une semaine seulement après le décès de mon père en avril 2014, et même si je me suis blessé à un biceps pendant ce combat (contre Fulgencio Zuniga), je l'ai remporté. Je pense donc que les circonstances actuelles sont prémonitoires. Enfin, on le fait pour gagner quelque chose d'autre. J'ai perdu mon père, mais j'ai gagné le combat (contre Zuniga). J'ai perdu Michael King, alors je gagnerai peut-être cette ceinture. En tout cas, je me battrai pour eux.»

Camille Estephan, le promoteur de l'événement et président d'EOTTM, a confié qu'environ 5000 billets avaient trouvé preneurs, sur une possibilité d'environ 7800 pour le gala de samedi. Il a indiqué que la situation s'expliquait principalement par le fait que N'Dam est un boxeur très peu connu de ce côté-ci de l'océan atlantique, mais a ajouté qu'il était confiant de pouvoir mousser les ventes grâce aux événements promotionnels qui auront lieu d'ici au combat.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer