Pacquiao-Mayweather, le «combat du siècle» qui met les précédents K.-O.

Floyd Mayweather Jr. et Manny Pacquiao... (PHOTO JOHN GURZINSKI, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Floyd Mayweather Jr. et Manny Pacquiao

PHOTO JOHN GURZINSKI, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jérôme RASETTI
Agence France-Presse
Las Vegas

Jamais dans l'histoire de la boxe un combat n'a généré autant d'attention, d'attente et de millions: le choc entre Manny Pacquiao et Floyd Mayweather samedi à Las Vegas relègue les autres «combats du siècle» aux oubliettes.

Ils mesurent autour de 1,70 m et pèsent à peine 67 kg. Ils font la loi sur la catégorie peu connue des mi-moyens, mais ils n'ont pourtant eu aucun mal à détrôner Mohamed Ali, George Foreman, Mike Tyson et autres colosses légendaires de la catégorie reine, les lourds.

«C'est le plus grand combat de l'histoire de la boxe», a affirmé, sans ciller, Mayweather. Et les chiffres, plus que les comparaisons de palmarès, de style de boxe ou de place dans l'histoire, lui donnent raison.

Dans la capitale mondiale des jeux d'argent, Mayweather, 38 ans, et Pacquiao, 36 ans, vont toucher le jackpot, 120 millions de dollars minimum pour le premier, 80 millions pour le second.

Leur duel pour les titres WBC, WBA et WBO des mi-moyens va générer entre 300 et 400 millions de dollars, des sommes inédites pour un sport qu'on dit moribond, dépassé par les nouveaux sports de combat comme les arts martiaux mixtes et en manque de personnalités.

«Pacquiao vs Mayweather» va permettre aux deux diffuseurs rivaux, HBO et Showtime, qui se sont alliés pour l'occasion, de battre un record pour la vente à la séance (entre 90 et 100 dollars) d'un événement sportif. 3 millions d'achats sont attendus rien qu'aux États-Unis et au Canada.

D'autres chiffres encore donnent le tournis comme ces billets d'une valeur nominale de 10 000 dollars qui se négocieraient sur le marché de la revente à 250 000 dollars pour être au premier rang au MGM Grand.

Pas de vidéo pour Mayweather

Il est vrai que Pacquiao et Mayweather sont tous les deux des phénomènes du «noble art».

Passés pro dans les années 1990, ils ont réussi à durer dans une discipline qui laisse bien des traces dans les corps et les esprits, ils ont collectionné les titres dans plusieurs catégories et ils ont amassé des millions de dollars.

«The Fight of the Century» est aussi l'épilogue de négociations qui ont duré... cinq ans et ont connu bien des impasses sur fond d'inimitiés personnelles, de jalousies et de guerre d'égos surdimensionnés.

Il est aussi l'occasion pour l'un des deux boxeurs de cimenter sa place dans l'histoire.

À ce petit jeu, Mayweather a beaucoup à perdre: «Money», sportif le mieux payé de la planète, est toujours invaincu en 47 combats et veut mettre un terme à sa carrière en septembre ou octobre avec un palmarès vierge de toute défaite.

Alors qu'il a bâti sa réputation sur sa rapidité et ses esquives, il a promis d'aborder ce combat «de façon agressive».

«Je vais le presser, je vais l'attaquer, bien sûr j'aimerais gagner par K.-O., mais il ne faut pas oublier que c'est l'un des meilleurs boxeurs que j'ai jamais eu à affronter», souligne Mayweather, qu'on a connu plus arrogant ou provocateur.

Malgré l'enjeu de ce rendez-vous, «Pretty Boy» (beau gosse) ne va pas changer ses habitudes: «Je ne regarde jamais les vidéos de mes adversaires, c'est en étant sur le ring que je définis ma stratégie», assure-t-il.

«S'il veut me défier physiquement, c'est bien pour moi, s'il veut courir et bouger sur le ring, je suis prêt aussi», prévient Pacquiao qui aborde ce combat avec 57 victoires (38 avant la limite), cinq défaites et deux nuls.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer