• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Tomas Plekanec: «Un des points tournants de la saison» 

Tomas Plekanec: «Un des points tournants de la saison»

Après avoir battu les Red Wings à Detroit,... (Photo Carlos Osorio, AP)

Agrandir

Après avoir battu les Red Wings à Detroit, samedi, le Canadien disputera ses quatre prochains matchs dans l'Ouest.

Photo Carlos Osorio, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour amorcer ce long voyage de cinq matchs, le Canadien devait en premier disposer de ces Red Wings de Detroit fatigués, qui avaient joué la veille et qui ont en plus dû disputer la troisième période sans deux de leurs joueurs, blessés. Ce défi étant relevé, le Canadien a ensuite mis le cap sur la grande région de Los Angeles, où ça s'annonce un peu plus compliqué.

Compliqué, oui, parce que le Canadien devra affronter les Ducks à Anaheim demain soir, pour ensuite aller à San Jose chez les Sharks et terminer ce détour californien à Los Angeles contre les Kings. Le voyage va se conclure le 6 décembre avec une visite chez les Blues de St. Louis.

On insiste: compliqué. Mais l'éternel optimiste en Tomas Plekanec y voit une occasion.

«Ça pourrait nous donner un coup de pouce pour la confiance, a-t-il noté à Detroit samedi soir. Nous avons une bonne fiche jusqu'ici, mais on sait aussi qu'on peut faire mieux que ça. On peut jouer mieux.» 

«Si on pouvait revenir de ce voyage avec une bonne récolte, ce serait très bon pour tout le groupe.»

Au hockey, on dit souvent que les longs voyages sont bons pour le proverbial «esprit d'équipe». C'est là, selon les croyances les plus anciennes, que les caractères se forment, que les liens se tissent, que les premiers signes d'un éventuel championnat peuvent apparaître comme par enchantement.

Prudence

Dans le vestiaire montréalais, on joue bien évidemment la carte de la prudence, malgré cette fiche inespérée de 16-4-2. Comme Plekanec le faisait remarquer samedi soir, il y a une raison à ça. «Parce qu'il y a des choses à améliorer», a-t-il admis sans détour.

Plekanec lui-même aimerait marquer plus souvent, lui qui ne l'a pas fait à ses 10 derniers matchs - il a tout de même obtenu un point important samedi soir sur le but de Brendan Gallagher, qui a lui-même fini par marquer après une sécheresse de 15 matchs. David Desharnais n'a que trois buts cette saison, aucun à ses cinq derniers matchs. Max Pacioretty a 5 buts en 22 matchs, ce qui n'est pas ce que l'on attend de lui.

C'est certes un voyage qui tombe à point. Au cours de la prochaine semaine, les joueurs du Canadien vont pouvoir jouer dans un décor complètement différent, sans controverse de troisième étoile et sans avoir à se soucier des diagnostics psychologiques qui peuvent être établis à distance.

Ce qui ne veut pas dire que ce sera facile. À la maison, les trois clubs californiens ont une fiche combinée de 22-9-1, et la saison dernière, lors de la portion californienne du calendrier, les joueurs montréalais, sans Carey Price il faut le rappeler, étaient revenus de ces trois matchs avec une fiche de 0-3.

Évidemment, la fiche de l'équipe actuellement est de beaucoup supérieure à celle de mars dernier. À bien y penser, tout est supérieur à mars dernier, et ça explique sans doute la bonne humeur qu'il y avait dans le vestiaire des visiteurs au Joe Louis Arena samedi soir.

«C'était immense de pouvoir entreprendre ce voyage avec une victoire à Detroit, a dit Plekanec après ce triomphe de 2-1. Ce voyage est pour nous l'un des points tournants de la saison. C'est le résultat de ce périple qui va donner le ton pour la suite des choses.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer