Le rêve de tous: travailler dans une ville abordable, proche de la mer

La ville de Bordeaux, en France.... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

La ville de Bordeaux, en France.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

Un moindre coût de la vie motiverait un salarié sur deux à déménager, selon un sondage publié mercredi, selon lequel les métropoles proches de la mer et «à taille humaine» sont aussi plébiscitées.

Interrogés sur les raisons qui les inciteraient à «quitter le territoire sur lequel ils vivent et travaillent», les salariés ont répondu à 52% la «recherche d'un coût de la vie moins élevé», selon cette enquête réalisée par l'institut Opinionway pour la société Foncière des Régions.

Chez ceux vivant dans des métropoles, le taux monte même à 64%.

Viennent ensuite la recherche d'un marché du travail plus dynamique, cité par 38% des personnes interrogées (mais 47% de ceux vivant «hors métropole»), et la possibilité de réduire son trajet domicile/travail, citée à 31%.

Incités à définir «la métropole idéale au sein de laquelle ils aimeraient travailler», les sondés ont principalement formulé deux critères: qu'elle soit proche de la mer (55%) et à taille humaine (54%).

Moins souvent citée, la connexion à d'autres grandes villes européennes (33%), la proximité de la montagne (21%) ou d'une frontière (15%).

Les métropoles dans lesquelles les salariés interrogés envisageraient aisément de vivre et travailler sont Bordeaux (23%), Nantes (20%), Lyon (17%), Marseille-Aix-en-Provence (12%), devant le Grand Paris (11%).

Ce sondage a été réalisé sur internet, du 3 au 23 octobre, auprès d'un échantillon de 1.012 personnes, représentatif des salariés de bureau des entreprises du secteur privé comptant plus de 250 salariés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer