Pureté scandinave

Le propriétaire voulait une grande cuisine à aire... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Le propriétaire voulait une grande cuisine à aire ouverte donnant sur la salle à manger et le salon.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nadielle Kutlu

Collaboration spéciale

La Presse

Un Suédois établi à Montréal a complètement transformé son haut de triplex pour lui donner une allure scandinave avec l'aide d'EM architecture. Lignes épurées, couleurs sobres, matières brutes et formes géométriques y sont à l'honneur. Sans oublier le sauna et la terrasse sur le toit!

Un Suédois établi à Montréal a complètement transformé... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Quand son employeur au Danemark lui a demandé s'il voulait occuper un poste à Montréal au cours de l'été 2010, le propriétaire, qui travaille dans l'industrie du vêtement, n'a pas hésité à accepter l'offre. Il a d'ailleurs rapidement craqué pour la ville et ses habitants. En plus de tomber sous le charme d'une Québécoise, qu'il vient d'épouser.

Après avoir acheté un triplex dans le quartier Mile End, il tenait à donner un style scandinave au dernier étage, qui devait être rénové. Baptisé «Résidence Esplanade», le projet a été confié à la designer d'intérieur Maria Rosa Di Loia et à l'architecte Emilie Bédard d'EM architecture. «Mais c'est moins coloré et plus sobre qu'un appartement typiquement danois», convient-il. Il a investi près de 300 000$ pour une transformation totale.

Le propriétaire voulait une grande cuisine à aire ouverte donnant sur la salle à manger et le salon. Le problème, c'est que l'appartement ne fait que 1000 pieds carrés et avait quatre pièces fermées avec une petite cuisine. «J'ai fait un compromis: je n'ai gardé qu'une seule chambre et une petite pièce qui sert à entreposer les vélos, dans laquelle j'ai installé dans le mur un lit Murphy qui se rabaisse pour la visite», explique-t-il. Le mur de briques d'origine dans le salon a été conservé.

Une petite salle d'eau, couverte de planches de bois des murs au sol, ainsi qu'une penderie pour cacher la laveuse et la sécheuse ont été ajoutées.

Partout, le plancher a été remplacé par de très larges planches de sapin Douglas.

«C'est un bois très mou, qui s'abîme facilement, mais le client le savait et voulait justement ce look usé.

»

Maria Rosa Di Loia
designer d'intérieur
Un Suédois établi à Montréal a... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Terrasse sur le toit

Autre demande du propriétaire: construire une terrasse et un sauna sur le toit. Pour cela, il a fallu démolir le toit existant et en construire un autre. «On était à ciel ouvert! C'était spécial d'arriver sur le chantier et de voir qu'il n'y avait plus de toit», lance Maria Rosa Di Loia. La grande terrasse, avec vue sur le mont Royal et sur les couchers du soleil, a été aménagée avec une grande table en bois et des bancs sur mesure, confectionnés chez Linea P International. Sur place, un ébéniste a réalisé le plan de travail pour le coin cuisine-BBQ. «On passe 6 à 8 mois par année ici, dit le propriétaire en souriant. L'hiver, c'est vraiment agréable d'être au chaud dans le sauna et de regarder la neige.»

Un clin d'oeil à Montréal

Autre défi pour EM architecture: trouver la meilleure façon d'accéder à la nouvelle terrasse. «Il fallait trouver le bon endroit pour créer l'ouverture vers le toit», explique Maria Rosa Di Loia. Et créer un escalier qui se fond dans le décor. La designer a alors eu l'idée d'un escalier en colimaçon d'extérieur, en acier. Un clin d'oeil à l'architecture montréalaise. «Ça crée aussi un lien de l'espace intérieur vers l'extérieur», précise-t-elle. Elle ajoute que l'escalier devient presque une oeuvre en soi, étant un élément architectural que l'on remarque dès qu'on entre dans l'appartement. «On l'a laissé brut. On a juste ajouté une laque pour ne pas qu'il rouille. Mais il aurait aussi été possible de peindre l'acier», mentionne-t-elle. L'escalier de cinq pieds de large a été fabriqué par Régis Berger, au coût d'environ 4000$.

La luminosité

L'appartement était très sombre. De grandes fenêtres ont été installées dans le séjour. Avec la construction de la terrasse, le plafond est passé de 9 à 11 pieds, ce qui donne un espace plus grand et lumineux. Sur les murs, le blanc domine pour donner de la clarté.

Une cuisine pour recevoir

Le propriétaire voulait une grande cuisine conviviale. Chez Kastella, il a choisi un mélange de noir et de bois (teck). «Avec ces teintes, la cuisine a plutôt un look des années 70 qu'un look scandinave», dit-il. Un grand îlot lui permet de cuisiner tout en discutant avec ses invités. Le réfrigérateur et le garde-manger sont camouflés par des panneaux en teck. Pour le mobilier, il voulait une grande table, simple et mince. Elle a été confectionnée sur mesure par Linea P. International, en acier, un rappel de l'escalier.

Une chambre avec salle de bains

La chambre principale donne sur la rue. Des armoires pour ranger les vêtements ont été créées sur mesure. Le plafond, en bois d'origine, a été conservé et restauré.

Pour la salle de bains attenante, le propriétaire voulait une douche où se mêlent acier et verre, en plus d'être séparée du bain. Au sol, de grandes pièces de céramique noire hexagonales, très tendance, donnent le ton à la pièce. Au mur, une céramique blanche rectangulaire, très simple, laisse toute la place à la céramique du plancher.

Avis aux intéressés, l'appartement sera à louer à partir de janvier.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer