Les visiteurs - La Révolution: vive la révolution!

Gérard Depardieu dans Danton.... (PHOTO FOURNIE PAR GAUMONT)

Agrandir

Gérard Depardieu dans Danton.

PHOTO FOURNIE PAR GAUMONT

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En 1993, Les visiteurs de Jean-Marie Poiré a été l'un des plus grands succès comiques au box-office français. On s'en souvient, ça raconte les tribulations du noble Godefroy de Montmirail et de son serviteur Jacquouille, parachutés par un voyage dans le temps à notre époque.

Le succès fut tel que le film a eu une suite en 1998. Et voilà que 18 ans plus tard, toute l'équipe remet ça avec Les Visiteurs - La Révolution.

Cette fois, nos deux comparses se retrouvent coincés dans l'une des périodes les plus agitées de l'histoire: la Révolution française.

En attendant le film, quelques suggestions de voyages dans le temps pour découvrir cet épisode fondateur de la République française.

La Révolution française - Les Années lumière, Les Années terribles (1989) de Robert Enrico et de Richard T. Heffron.

Cette longue chronique en deux films, encore plus longue dans sa version pour la télé, a été produite en 1989 pour le bicentenaire de la Révolution française. Beaucoup d'argent, une distribution internationale, des maux de tête pour les réalisateurs, qui devaient composer avec les problèmes de coproduction (on y voit même quelques acteurs québécois!), ça s'est terminé par un bide au box-office. Ce qui est malheureux, car il s'agit d'un formidable cours d'histoire pour les néophytes. Oui, c'est pompier. Oui, c'est didactique. Oui, les doublages sont maladroits. Oui, c'est le festival des citations célèbres. Mais pour ceux qui adorent les films historiques, c'est une fascinante immersion qui raconte assez bien pourquoi les Parisiens ont pris la Bastille et renversé la monarchie, et pourquoi la Révolution s'est terminée dans le sang.

Danton (1983) d'Andrzej Wajda

C'est l'un des grands rôles de Gérard Depardieu, qui y incarne le célèbre révolutionnaire Georges Danton en 1794, quand la Révolution a sombré dans ce que l'on a appelé «La Terreur», qui a envoyé des milliers de gens à la guillotine. Le film aborde l'affrontement idéologique entre Danton et Robespierre (joué par le glacial Wojciech Pszoniak), le premier voulant ramener la politique à une vision plus modérée, l'autre voulant aller jusqu'au bout de la vertu révolutionnaire. Par ce thème, Wajda voulait en fait dénoncer les dérives totalitaires de son propre pays, la Pologne, avec comme résultat un film franchement terrifiant et sanglant sur l'horreur de la dictature. La lancinante bande sonore de Jean Prodromidès ajoute à cette ambiance de cauchemar. Très orienté, mais inoubliable.

Lady Oscar (1979-1980)

Il existe un fan-club de gens qui ont développé un intérêt pour la Révolution française en regardant quand ils étaient enfants le dessin animé japonais Lady Oscar. Cette série est une adaptation du manga La Rose de Versailles créé par Riyoko Ikeda, qui raconte le destin d'Oscar, une fillette élevée comme un garçon par son père pour qu'elle devienne capitaine de la garde royale. Protectrice de la reine Marie-Antoinette, Oscar sera emportée par le tourbillon de l'histoire, au coeur de la Révolution. Si la série commence par les intrigues à la cour du roi, elle évolue étonnamment vers la complexité et la tragédie pour un dessin animé - c'était même traumatisant par moments, comme dans les bonnes vieilles séries japonaises qui ne ménageaient pas les enfants. Bien des petites filles ont été amoureuses de Fersen ou d'André, et nombreuses ont été celles qui ont vu un modèle de courage dans Oscar. La série est sortie en DVD il y a quelques années.

Les adieux à la reine (2012) de Benoît Jacquot

Adapté du superbe roman de Chantal Thomas (prix Femina 2002), ce film de Benoît Jacquot propose un angle original sur la Révolution, du point de vue des habitants de Versailles, et plus particulièrement de Sidonie Laborde (Léa Seydoux), lectrice personnelle de la reine Marie-Antoinette (Diane Kruger). On y vit les derniers jours de la cour à Versailles, désertée par les courtisans au fur et à mesure que les rumeurs provenant de Paris se font de plus en plus inquiétantes, dans une atmosphère de fin de règne. Transie d'amour pour la reine, qui n'a d'yeux que pour sa favorite, la Polignac, Sidonie acceptera tout pour tenter de la sauver - en vain.

Assassin's Creed Unity, jeu vidéo

Même les créateurs de la populaire série de jeux vidéo Assassin's Creed ont été séduits par la richesse dramatique de la Révolution française en créant en 2014 un jeu qui se déroule pendant cette période. Le parti pris anti-Robespierre a fait polémique, mais Ubisoft est allé chercher les conseils des historiens Jean-Clément Martin et Laurent Turcot pour créer un environnement au plus près de la réalité de l'époque - et c'est impressionnant, voire saisissant. Une façon nouvelle (et ludique) d'aborder l'histoire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer