Films d'automne: un automne prometteur

Sicario...

Agrandir

Sicario

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le dernier trimestre de l'année cinéma sera marqué par des films réalisés par quelques-uns des plus grands noms du cinéma contemporain. Steven Spielberg, Denis Villeneuve, Quentin Tarantino, Alejandro G. Iñárritu, Ridley Scott, Philippe Falardeau, Robert Zemeckis, Paolo Sorrentino, Todd Haynes, Sam Mendes, Danny Boyle et Guillermo del Toro, entre autres, proposeront tous leur plus récent long métrage.

> Consultez le calendrier des sorties

SEPTEMBRE

Au menu du prochain mois: le savoir-faire de Denis Villeneuve, ainsi que des productions hollywoodiennes inspirées d'histoires vraies. Sans oublier le passage au grand écran d'un certain Paul...

Sicario

Thriller réalisé par Denis Villeneuve. Avec Emily Blunt, Benicio del Toro, Josh Brolin, Jon Bernthal.

Une agente du FBI est appelée à se joindre à une opération secrète de la CIA visant à neutraliser un baron de la drogue mexicain.

Même s'il fut écarté du palmarès, le nouveau film hollywoodien de Denis Villeneuve a fait très belle figure au Festival de Cannes. Sicario est un narcothriller de qualité supérieure, qui se distingue surtout sur le plan de la réalisation. On s'extasie notamment sur les prises de vue, à couper le souffle parfois. Les scènes montrant le voyage d'un imposant convoi policier qui part d'El Paso, au Texas, et se rend jusqu'à Juárez, au Mexique, figurent sans doute parmi les plus impressionnantes que nous ayons vues récemment dans un film américain. Sombre, toujours sous haute tension, Sicario est diablement efficace.

25 septembre

Au menu du prochain mois: le savoir-faire de Denis... (PHOTO FOURNIE PAR REMSTAR) - image 2.0

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR REMSTAR

Paul à Québec

Chronique réalisée par François Bouvier. Avec François Létourneau, Gilbert Sicotte, Julie Le Breton, Louise Portal.

Paul à Québec, c'est la vie tout simplement, dans ce qu'elle a de plus heureux et de plus difficile à surmonter.

Dès la parution du sixième album des aventures de Paul en 2009, son auteur Michel Rabagliati s'est mis à songer à une éventuelle adaptation cinématographique. Pour ce faire, il a sollicité l'appui de François Bouvier, réalisateur d'Histoires d'hiver, une magnifique adaptation d'un roman illustré de Marc Robitaille. Produit par Karine Vanasse, Paul à Québec met en vedette François Létourneau, dans le rôle-titre, et Gilbert Sicotte, dans celui de son père.

18 septembre

Bonté divine

Comédie satirique réalisée par Vinko Bresan. Avec Kresimir Mikic, Niksa Butijer, Drazen Kühn.

Le jeune prêtre d'une petite île croate décide de percer tous les préservatifs mis en vente dans sa paroisse afin d'augmenter le taux de natalité de sa population.

Finaliste aux Prix du cinéma européen l'an dernier (catégorie comédies), cette comédie grinçante venue de Croatie a pu bénéficier d'un partenariat de Charlie Hebdo à l'occasion de la sortie du film en France. Des caricatures ont même été produites avant la tragédie du 7 janvier. Estimant le ton de cette comédie en parfait accord avec l'esprit du journal, les survivants ont décidé d'aller de l'avant. Signalons que cette adaptation cinématographique d'une pièce de Mate Matisic constitue en Croatie le plus grand succès au box-office depuis l'accession du pays à son indépendance, en 1991.

25 septembre

Black Mass (Messe noire)

Drame policier de Scott Cooper. Avec Johnny Depp, Benedict Cumberbatch, Joel Edgerton.

À Boston, dans les années 70, un agent du FBI convainc un mafieux irlandais de collaborer avec l'agence afin d'éliminer leur ennemi commun: la mafia italienne.

Faisant métier de transformiste à l'écran, Johnny Depp est une fois de plus pratiquement méconnaissable. Dans ce drame policier, l'acteur incarne un gangster dont la vision du monde glace le sang. Sélectionné à la Mostra de Venise, qui le présentera en primeur mondiale, Black Mass aura aussi droit à une présentation spéciale au festival de Toronto. Rappelons par ailleurs que Crazy Heart, l'un des films précédents du réalisateur Scott Cooper, a valu un Oscar à Jeff Bridges. Depp peut-il commencer à rêver à une statuette dorée?

18 septembre

Everest

Drame réalisé par Baltasar Kormákur. Avec Jake Gyllenhaal, Keira Knightley, Robin Wright, Josh Brolin.

Deux expéditions distinctes sont confrontées aux plus violentes tempêtes de neige que l'homme ait connues lors d'une tentative d'ascension.

Quelques jours avant d'ouvrir le festival de Toronto avec Demolition, le film de Jean-Marc Vallée dont il est la tête d'affiche, Jake Gyllenhaal ira ouvrir un autre festival du «carré d'as». Everest, un film inspiré d'une histoire réelle survenue en 1996, aura en effet l'honneur de lancer la 72e Mostra de Venise le 2 septembre. Le récit est construit autour d'une tentative d'ascension au cours de laquelle deux expéditions sont confrontées à l'une des plus violentes tempêtes de neige de l'histoire. Le réalisateur islandais Baltasar Kormákur, révélé il y a 15 ans grâce à 101 Reykjavik, dirige une distribution cinq étoiles dont font partie, notamment, Jason Clarke, Sam Worthington et Clive Standen.

18 septembre

Stonewall

Drame de Roland Emmerich. Avec Jeremy Irvine, Ron Perlman, Jonathan Rhys Meyers, Joey King.

Un jeune homme s'éveille à la politique et au militantisme à la suite d'un raid policier homophobe survenu dans un bar de Greenwich Village le 28 juin 1969.

Reconnu en tant que réalisateur de superproductions hollywoodiennes (Independence Day 2 sortira l'an prochain), le réalisateur Roland Emmerich propose cette année un projet plus personnel. Stonewall, un docudrame, fait bien entendu écho à la fameuse nuit violente survenue à New York en 1969. À l'époque, de nombreuses manifestations ont été organisées à la suite du raid policier homophobe perpétré au bar Stonewall. On prête à ces événements le début du mouvement visant la revendication des droits de la communauté LGBT.

25 septembre

Guibord s'en va-t-en guerre, avec Patrick Huard et... (PHOTO FOURNIE PAR CHRISTAL/SÉVILLE) - image 7.0

Agrandir

Guibord s'en va-t-en guerre, avec Patrick Huard et Suzanne Clément.

PHOTO FOURNIE PAR CHRISTAL/SÉVILLE

OCTOBRE

Outre Philippe Falardeau, qui retrouve sa plus belle forme, les vétérans Steven Spielberg, Guillermo del Toro, Robert Zemeckis, Ridley Scott et Danny Boyle se lancent dans la mêlée.

Guibord s'en va-t-en guerre

Comédie politique réalisée par Philippe Falardeau. Avec Patrick Huard, Suzanne Clément, Irdens Exantus, Clémence Dufresne-Deslières.

Un député indépendant se retrouve malgré lui à détenir la balance du pouvoir au Parlement et doit décider si le Canada partira en guerre.

Après un détour du côté des États-Unis, où The Good Lie fut produit, Philippe Falardeau est rentré au Québec afin de tourner cette comédie politique dont il a écrit le scénario. Lancé récemment au Festival de Locarno, Guibord s'en va-t-en-guerre est une satire qui évoque le cinéma de Nanni Moretti, en empruntant un ton toutefois plus espiègle que féroce. Très riche en détails, le film révèle finesse, drôlerie et intelligence. Si les travers d'un système aux contours surréalistes - et le cynisme qu'il engendre - sont ici exposés dans toute leur splendeur, l'oeil du réalisateur de Monsieur Lazhar reste quand même très empathique. Et jette un regard compatissant sur les gens qui, un jour, décident de se lancer dans le service public, malgré les ratés du système.

2 octobre

The Martian (Seul sur Mars)

Drame de science-fiction et d'aventures réalisé par Ridley Scott. Avec Matt Damon, Jessica Chastain, Kate Mara.

Laissé pour mort et abandonné sur la planète Mars, un astronaute se retrouve seul dans un environnement hostile.

L'an dernier, Matt Damon s'est retrouvé abandonné sur une planète perdue dans le film de Christopher Nolan Interstellar. Son karma se poursuit, cette fois sous la direction du réalisateur d'Alien et de Blade Runner. Dans The Martian, l'acteur incarne un astronaute qui, alors que tout le monde le croit mort, doit trouver le moyen de survivre pendant au moins... quatre ans sur la planète rouge! Matt Damon a raconté au site Yahoo avoir d'abord hésité à enfiler de nouveau le costume d'un astronaute, mais l'enthousiasme communicatif du réalisateur aura vite eu le dessus sur ses craintes.

2 octobre

Steve Jobs

Drame biographique réalisé par Danny Boyle. Avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen.

La révolution informatique racontée à travers les lancements de trois produits emblématiques de l'entreprise Apple.

Après des mois - sinon des années - de flottement et de défections en tous genres, le nouveau film sur Steve Jobs (tiré d'un scénario d'Aaron Sorkin) s'apprête à voir enfin le jour. Michael Fassbender se glisse dans la peau du regretté visionnaire. La vedette de Shame est entourée de Kate Winslet (Joanna Hoffman, ancienne directrice du marketing de Macintosh), Seth Rogen (Steve Wozniak, cofondateur d'Apple) et Jeff Daniels (John Sculley, ancien PDG de la société). D'abord prévue pour David Fincher, la réalisation du film a été assurée par Danny Boyle (Slumdog Millionaire). Repêché in extremis par le studio Universal après le désistement de Sony Pictures, Steve Jobs sera lancé, selon toute vraisemblance, au très sélect festival de Telluride. Cela reste toutefois à confirmer.

9 octobre

The Walk

Drame biographique réalisé par Robert Zemeckis. Avec Joseph Gordon-Levitt, Ben Kingsley, Charlotte Le Bon.

En 1974, le funambule français Philippe Petit devient célèbre en se rendant d'une tour du World Trade Center à l'autre sur un fil suspendu au-dessus du vide.

Tourné à Montréal, The Walk est le nouvel opus de Robert Zemeckis, un cinéaste dont la feuille de route comporte quelques-uns des plus grands succès hollywoodiens des dernières décennies, notamment Back to the Future, Forrest Gump et Cast Away. Pour évoquer l'histoire du funambule Philippe Petit, le réalisateur veut faire ressentir l'action au spectateur de manière viscérale. Le relief accentuera sans doute l'effet de vertige. «L'utilisation de la 3D au cinéma est justifiée, nécessaire quand elle prend sa source dans l'histoire, a-t-il déclaré au magazine Première. Je cherchais une histoire qui devait exister uniquement en 3D.» La première mondiale de The Walk aura lieu le mois prochain au Festival de New York.

9 octobre (30 septembre en version IMAX)

Bridge of Spies (Le pont des espions)

Drame réalisé par Steven Spielberg. Avec Tom Hanks, Alan Alda, Amy Ryan.

En pleine guerre froide, un avocat new-yorkais est mandaté par la CIA pour négocier la libération du pilote d'un avion-espion américain U-2 qui a été capturé.

Trois ans après Lincoln, Steven Spielberg reprend du service avec un drame d'espionnage qui, en principe, devrait faire belle figure au cours de la prochaine saison des récompenses. Inspiré d'un fait réel, le récit évoque le parcours de James Donovan, chargé en pleine guerre froide de négocier une entente avec les autorités soviétiques en vue de faire libérer le pilote et espion de la CIA qu'elles ont capturé. Cette période de l'histoire résonne de façon particulière chez le cinéaste, car à la même époque, le père de ce dernier se trouvait en URSS afin de participer à un échange entre ingénieurs. Pour l'occasion, Tom Hanks retrouve son réalisateur de Saving Private Ryan, Catch Me if You Can et The Terminal.

16 octobre

Crimson Peak

Drame d'épouvante réalisé par Guillermo del Toro. Avec Charlie Hunnam, Tom Hiddleston, Jessica Chastain, Mia Wasikowska.

Une romancière tente d'échapper aux fantômes de son passé, mais s'aventure dans une sombre demeure étrangement humaine, qui respire, saigne et se souvient.

Les admirateurs du genre attendent avec fébrilité le nouvel opus du réalisateur du Labyrinthe de Pan et de Pacific Rim. Cinéaste culte, Guillermo del Toro propose cette fois une fable macabre au centre de laquelle figure un manoir hanté. Et glauque. La bande-annonce laisse entrevoir une production très accomplie sur le plan artistique. Avec frissons d'effroi à la clé. Invité à une projection privée il y a quelques mois, le romancier Stephen King n'a pu s'empêcher de partager son enthousiasme sur Twitter, allant même jusqu'à comparer le choc à celui ressenti lors du premier visionnement du mythique Evil Dead (Sam Raimi). Ça promet!

16 octobre

Le film de Sam Mendes, avec Daniel Craig... (Photo fournie par la production) - image 13.0

Agrandir

Le film de Sam Mendes, avec Daniel Craig dans le rôle principal, a récolté 73 millions de dollars dans plus de 3900 salles.

Photo fournie par la production

NOVEMBRE

Autour de films tirés de deux des séries les plus lucratives de l'histoire reviennent aussi des personnages classiques en dessins animés. En prime, un drame dont on parlera encore sans doute aux prochains Oscars, et le retour d'un vétéran.

007 Spectre

Thriller réalisé par Sam Mendes. Avec Daniel Craig, Monica Bellucci, Christoph Waltz, Léa Seydoux.

Un message venu de son passé entraîne James Bond sur les traces d'une organisation clandestine sinistre.

Le cinéaste Sam Mendes avait souhaité revenir à la réalisation d'une production plus modeste, mais il s'est finalement laissé convaincre de retourner à la barre d'un nouveau James Bond. Les admirateurs de l'agent 007 en sont ravis. Skyfall, que Mendes avait mis en scène, était en effet l'un des meilleurs de la série. Ce 24e film «officiel» des aventures de l'illustre serviteur de Sa Majesté sera toutefois assurément le dernier pour Mendes. «C'est une expérience hors du commun, quelque chose qui a changé ma vie, a-t-il déclaré au micro de la BBC. Mais je ne crois pas pouvoir me replonger dans un tel projet. Réaliser un James Bond, ça chamboule tout un style de vie, c'est plus qu'un simple travail. D'autant que pour Spectre, on a tourné dans plus d'endroits que pour Skyfall: Mexico, Tanger et le nord du Sahara, ensuite Rome, dans les Alpes et enfin Londres. C'était un énorme investissement!»

6 novembre

La guerre des tuques 3D

Film d'animation réalisé par Jean-François Pouliot et François Brisson.

Deux bandes d'enfants se font la guerre à grands coups de balles de neige...

Une réinterprétation en animation du tout premier - et plus célèbre - Conte pour tous, réalisé à l'époque par André Melançon. «Dans cette nouvelle mouture, nous préservons l'action, les dialogues et l'esprit de l'oeuvre originale qui fait maintenant partie de l'héritage culturel québécois. Par l'animation 3D de La guerre des tuques, le fort sera plus grand que dans nos souvenirs les plus fous!», promet-on. Jean-François Pouliot (La grande séduction) et François Brisson (Les exploits d'Arsène Lupin) cosignent la réalisation de ce film dont l'animation est assurée par le studio québécois Singing Frog.

13 novembre

Floride

Comédie réalisée par Philippe Le Guay. Avec Jean Rochefort, Sandrine Kiberlain, Laurent Lucas.

À 80 ans, un homme un peu confus décide sur un coup de tête de quitter la France pour se rendre en Floride.

À cause d'une boutade lancée au cours d'une interview, relayée ensuite par tous les médias francophones, tout le monde a cru que Jean Rochefort allait mettre un terme à sa carrière après la sortie de Floride. Or, il n'en serait rien. L'acteur, aujourd'hui âgé de 85 ans, compte bien toujours accepter les beaux rôles dans des films «utiles». Dans cette comédie dramatique réalisée par Philippe Le Guay (Les femmes du 6e étage, Molière à bicyclette), le célèbre acteur se glisse dans la peau d'un homme dont la mémoire s'étiole progressivement. «C'était vraiment fort, a déclaré l'acteur à la chaîne BFMTV. J'ai mis un petit moment à me retrouver après ce film. Ça m'a secoué. Je fréquente des gens comme ça!»

27 novembre

The Hunger Games: Mockingjay - Part 2 (Hunger Games: La révolte - dernière partie)

Drame d'aventures réalisé par Francis Lawrence. Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Liam Hemsworth.

Alors que Panem est ravagé par une guerre désormais totale, Katniss et le président Snow vont s'affronter pour la dernière fois.

Bon nombre d'observateurs estiment que le dernier tome de la trilogie de Suzanne Collins aurait très bien pu faire l'objet d'un seul film. On a plutôt opté ici pour la technique Twilight. À la lumière du succès qu'a obtenu la première partie de ce diptyque final en 2014, l'idée s'est révélée astucieuse. Et devrait en principe assurer le succès de cette ultime conclusion. L'an dernier, la première partie de La révolte s'est en effet classée au deuxième rang des plus grands succès au box-office nord-américain grâce à des recettes de plus de 337 millions de dollars.

20 novembre

Carol

Drame réalisé par Todd Haynes. Avec Cate Blanchett, Rooney Mara, Kyle Chandler.

Dans les années 50, une jeune employée d'un grand magasin de Manhattan tombe sous le charme d'une cliente distinguée, prisonnière d'un mariage malheureux.

Ce drame lesbien est l'adaptation de The Price of Salt, un roman que l'écrivaine Patricia Highsmith a publié sous le pseudonyme Claire Morgan dans les années 50. En empruntant la forme d'un mélodrame classique, Todd Haynes, qui retrouve Cate Blanchett sept ans après I'm Not There, peut ainsi magnifier l'époque qu'il décrit sur le plan de la direction artistique. Ce nouveau film s'inscrit ainsi dans la parfaite continuité de Far from Heaven, tourné il y a 13 ans. En résulte un drame magnifique, d'une grande maîtrise, dans lequel brillent les deux actrices, Cate Blanchett et Rooney Mara. Cette dernière, rappelons-le, a obtenu le prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes plus tôt cette année.

20 novembre

Le Petit Prince... - image 18.0

Agrandir

Le Petit Prince

Le Petit Prince

Film d'animation réalisé par Mark Osborne. Avec les voix de Florence Foresti, André Dussollier, Marion Cotillard, Vincent Cassel, Guillaume Gallienne, Vincent Lindon.

L'histoire d'une petite fille, d'un aviateur et du Petit Prince qui va les réunir dans une aventure extraordinaire.

Pour mettre en images le célèbre conte de Saint-Exupéry, le réalisateur Mark Osborne (Kung Fu Panda) utilise deux techniques: l'animation 3D (images de synthèse) pour le monde réel, et la prise de vue image par image, ou stop motion, pour les séquences inspirées du monde original du Petit Prince. Dotée d'un budget de 80 millions de dollars, cette imposante production internationale a été fabriquée dans les studios de Mikros Image à Montréal. Soulignons que par amour du conte, le réalisateur Mark Osborne, nommé deux fois aux Oscars, a quitté les studios Dreamworks pour venir s'installer à Montréal. Le film a été honoré d'une sélection officielle hors concours au Festival de Cannes.

À déterminer

DÉCEMBRE

C'est le dernier mois de l'année. Tout se bouscule. Des artisans déjà primés ou nommés aux Oscars y vont de leur nouvelle offrande. Une légende québécoise se fait aussi valoir. Sans oublier un petit truc nommé Star Wars...

Star Wars: The Force Awakens (Star Wars: Le réveil de la Force)

Film de science-fiction réalisé par J.J. Abrams. Avec Harrison Ford, Mark Hamill, Carrie Fisher, Adam Driver, Andy Serkis.

Une nouvelle trilogie s'amorce autour d'une intrigue qui se déroule 30 ans après celle du Retour du Jedi.

La production a si savamment orchestré la mise en marché de cet Épisode VII que les amateurs se demandent aujourd'hui comment patienter jusqu'au 18 décembre. Aucunement impliqué dans la création de cette nouvelle mouture, George Lucas cède la place à J.J. Abrams, celui-là même qui a su relancer la franchise de Star Trek. Les vétérans Harrison Ford, Mark Hamill et Carrie Fisher sont de retour, mais de nouveaux personnages font aussi leur entrée dans la galaxie. On remarque en outre dans la distribution les noms de Max Von Sydow, Andy Serkis, Oscar Isaac, Gwendoline Christie, Adam Driver, Domhnall Gleeson, sans oublier la remarquable Lupita Nyong'o, lauréate de l'Oscar de la meilleure actrice dans un rôle de soutien l'an dernier grâce à sa performance dans 12 Years A Slave.

18 décembre

Joy

Comédie dramatique réalisée par David O. Russell. Avec Jennifer Lawrence, Bradley Cooper, Dascha Polanco, Robert De Niro.

Au début des années 90, Joy Mangano invente le balai à vapeur Miracle Mop...

Fidèle à sa «famille», David O. Russell fait de nouveau appel à Jennifer Lawrence, Bradley Cooper et Robert De Niro, déjà croisés dans Silver Linings Playbook et American Hustle. Pour ce drame biographique, dont le cinéaste a écrit le scénario avec Annie Mumolo (la coscénariste de Bridesmaids), Jennifer Lawrence se glisse dans la peau de Joy Mangano. On prête en outre à cette femme l'invention de toutes sortes d'objets pratiques, vendus à la télé en échange de quelques paiements faciles. On peut s'attendre à ce que ce portrait, inspiré de la vie de la vedette de la chaîne Home Shopping Network, ne soit pas banal.

25 décembre

The Revenant

Western réalisé par Alejandro G. Iñárritu. Avec Leonardo Di Caprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson.

Au cours d'une expédition, un trappeur est brutalement attaqué par un ours et laissé pour mort par les membres de sa propre équipe.

Alors qu'il triomphait aux Oscars grâce à Birdman or (The Unexpected Virtue of Ignorance), le cinéaste Alejandro G. Iñárritu tournait déjà The Revenant dans les montagnes de l'Alberta. Le projet est ambitieux, car le cinéaste a tenu à filmer son long métrage sans aucun artifice, en lumière naturelle. Selon The Hollywood Reporter, le tournage, qui s'est étalé sur plusieurs mois, fut éprouvant au point où quelques membres de l'équipe ont même quitté le plateau en cours de route. «Oui, il y a eu des problèmes sur ce projet, mais aucun ne me fait honte», a déclaré le maître d'oeuvre. La bande-annonce laisse en tout cas deviner un résultat concluant. Notons la participation de l'acteur québécois Emmanuel Bilodeau.

25 décembre

The Hateful Eight (Les huit enragés)

Western réalisé par Quentin Tarantino. Avec Walton Goggins, Samuel L. Jackson, Jennifer Jason Leigh, Tim Roth, Kurt Russell, Channing Tatum.

Après la guerre de Sécession, huit chasseurs de primes se retrouvent coincés dans un refuge au milieu des montagnes quand une tempête s'abat sur le massif.

Trois ans après Django Unchained, Quentin Tarantino propose un western pur jus dont la particularité est d'avoir été tourné en Ultra Panavision 70, un format pratiquement inutilisé depuis 50 ans. Comme les salles équipées en projecteurs 70 mm sont maintenant très rares (on songerait à rééquiper certaines salles pour l'occasion), Tarantino travaille aussi sur une conversion numérique «la plus propre possible» (pour reprendre une expression utilisée par le magazine Première). On ne sait pas encore si The Hateful Eight, le huitième long métrage du réalisateur de Pulp Fiction, pourra être présenté au Québec dans les conditions souhaitées. Croisons-nous les doigts.

25 décembre

Chasse-galerie, la légende... - image 23.0

Agrandir

Chasse-galerie, la légende

Chasse-galerie, la légende

Conte réalisé par Jean-Philippe Duval. Avec Caroline Dhavernas, Francis Ducharme, François Papineau.

À la fin du XIXe siècle à Lavaltrie, des forces occultes semblent s'opposer au bonheur d'une mercière et d'un agriculteur nouvellement mariés.

Mario Bolduc (Le dernier tunnel) et le romancier Guillaume Vigneault (Tout est parfait) signent le scénario de cette adaptation cinématographique de la célèbre légende. Ce film marque aussi un retour au cinéma pour le réalisateur Jean-Philippe Duval (Dédé à travers les brumes) après un glorieux détour du côté de la télévision (Unité 9). On remarque également la présence de Caroline Dhavernas, qui n'avait pas tenu un rôle important dans un film québécois depuis plusieurs années. Le rappeur Samian, Vincent Guillaume-Otis et Fabien Cloutier font aussi partie de la distribution.

23 ou 25 décembre

Youth... - image 24.0

Agrandir

Youth

Youth

Drame réalisé par Paolo Sorrentino. Avec Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz, Jane Fonda.

Deux vieux artistes se retrouvent en vacances dans un bel hôtel dans les Alpes. L'un a complètement abandonné sa carrière de pianiste, l'autre, cinéaste, planche toujours sur un prochain scénario.

Lauréat de l'Oscar du meilleur film en langue étrangère l'an dernier grâce à La grande bellezza, Paolo Sorrentino revient cette fois avec un film anglophone, porté par les performances vibrantes de Michael Caine et Harvey Keitel. À la fois drôle et profond, ponctué de scènes oniriques parfois étonnantes, Youth est une réflexion à la fois tendre et lucide sur le temps qui passe. Et parfois cruelle. On notera au passage un morceau de bravoure de Jane Fonda, irrésistible dans la peau d'une vieille star de cinéma, venue en Suisse expressément pour lancer au visage du cinéaste qui l'a révélée ses quatre vérités. Ce long métrage, lancé à Cannes, comporte aussi quelques fabuleux traits de mise en scène.

Décembre

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer