Le Prince Harry héros à son insu d'une comédie française

Aspirant à «un destin grandiose», une Parisienne arrogante,... (PHOTO DIANNE MANSON, AFP)

Agrandir

Aspirant à «un destin grandiose», une Parisienne arrogante, mal élevée et superficielle décide de se lancer dans la quête d'un époux royal. Or, comme précisé dans la publicité du film, «qui est le dernier prince célibataire non difforme - même s'il est roux - en âge de se marier? Le prince Harry».

PHOTO DIANNE MANSON, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fran BLANDY
Agence France-Presse
PARIS

Le Prince Harry est à son insu au centre d'un film français, dont le tournage en caméra cachée a valu à son actrice principale deux passages en prison, notamment pour avoir tenté d'escalader les grilles du palais de Kensington en talons aiguilles.

La comédie Connasse, princesse des coeurs, des réalisatrices Eloïse Lang et Noémie Saglio, est une adaptation d'un mini-programme télévisé diffusé sur la chaîne française Canal+, mettant en scène une Parisienne arrogante, mal élevée et superficielle, interprétée par l'actrice Camille Cottin.

Le film a remporté un franc succès lors de sa première semaine d'exploitation avec plus de 500 000 spectateurs en France et «de très bons résultats» en Belgique et en Suisse, selon son distributeur, le groupe Gaumont.

Dans le long-métrage, Camilla ne supporte plus de travailler, payer ses impôts, prendre les transports en commun et autres contraintes de Mme Tout-le-Monde.

Aspirant à «un destin grandiose», elle décide de se lancer dans la quête d'un époux royal. Or, comme précisé dans la publicité du film, «qui est le dernier prince célibataire non difforme - même s'il est roux - en âge de se marier? Le prince Harry».

Voilà donc la peste en route pour Londres, où elle se livre à une série de sketchs sous l'oeil interloqué de Britanniques pas conscients d'être partie prenante d'un tournage.

Le scénario prévoit qu'elle se fasse arrêter à deux reprises: une fois en s'accrochant aux grilles du palais de Kensington, une autre en perturbant la relève de la garde.

«Haaarryyyy!»

Lors de la première scène, «je suis restée dix minutes sur la grille à hurler ''Haaarryyyy!'' et les policiers n'entendaient rien. On pensait que ce serait une des scènes les plus difficiles, mais le plus difficile a été de les faire intervenir», a raconté la comédienne au site spécialisé Allociné.

La seconde fut plus délicate, car il fallait éviter de brusquer les chevaux.

Au final, ses deux passages au poste se sont «très bien passés, la police anglaise est charmante», même si elle l'a «interdite à vie de relève de la garde», selon la comédienne.

Pour éviter que le tournage soit interrompu, Camille Cottin n'a pas expliqué ses motivations aux policiers, et a prétendu avoir agi dans le cadre d'un défi posé lors d'un enterrement de vie de jeune fille.

Pour les besoins du film, elle a également engagé un professeur d'«étiquette» et volé un corgi, censé être le chien préféré de la reine, à un promeneur de chiens.

Les critiques français, qui n'avaient pas eu le droit de voir Connasse avant sa sortie en salles, lui ont réservé un accueil mitigé. Si certains ont salué une «bouffée d'air frais», d'autres ont jugé que la transposition sur grand écran de la minisérie était ratée.

La comédie sera présentée aux distributeurs étrangers en marge du Festival de Cannes la semaine prochaine, a précisé à l'AFP la responsable de Gaumont, Cécile Gaget.

Pour assurer que le film ne soit pas interdit, Camille Cottin a expliqué qu'elle avait dû montrer le film à des avocats anglais qui «l'ont adoré».

En revanche, le prince Harry n'a pas été mis dans la boucle et rien ne dit qu'il se sache héros d'un film.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer