Plus de 740 bijoux et objets de Lauren Bacall aux enchères

La vente des souvenirs de cette légende de... (PHOTO FREDERIC J. BROWN, AFP)

Agrandir

La vente des souvenirs de cette légende de l'âge d'or d'Hollywood, décédée en août à 89 ans, aura lieu les 31 mars et 1er avril.

PHOTO FREDERIC J. BROWN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Plus de 740 bijoux, meubles, tableaux, statues et bibelots ayant appartenu à l'actrice américaine Lauren Bacall, disparue l'an dernier, vont être dispersés aux enchères à New York à la fin du mois, a-t-on appris mercredi de la maison d'enchères Bonhams.

La vente des souvenirs de cette légende de l'âge d'or d'Hollywood, décédée en août à 89 ans, aura lieu les 31 mars et 1er avril.

Ce sont ses enfants -Stephen et Leslie Bogart, qu'elle avait eus avec Humphrey Bogart, et Sam Robards, fils de Jason Robards - qui ont décidé de les disperser.

Ils se trouvaient dans son appartement new-yorkais dans le célèbre immeuble du Dakota face à Central Park, mais aussi dans celui qu'elle avait occupé avec Bogart à Los Angeles.

La collection est estimée à 3 millions de dollars.

Parmi les pièces mises en vente figurent notamment deux bracelets en or du dessinateur français de bijoux Jean Schlumberger, que Bacall aimait porter ensemble au même poignet (estimés entre 20 000 et 30 000 dollars pour le premier, de 6 à 8000 dollars pour le second). Un autre gros bracelet d'émail et or est estimé de 20 000 à 30 000 dollars, une bague en or avec améthyste, turquoises et diamant, toujours de Schlumberger à entre 8000 et 12 000 dollars.

Mais on trouve aussi dans cette collection éclectique venue du monde entier un porte-parapluie en céramique (600 à 900 dollars), des petites lampes (200-300 dollars) des cannes (300-500), des tapis, des toiles d'un artiste argentino-espagnol Andres Segovia, des meubles syriens, italiens, français, des sculptures de femmes nues de l'Américain Robert Graham, de l'art africain... Et une lithographie d'un bouquet de jonquilles peint par un certain «Ted K», le sénateur Edward Kennedy (600 à 900 dollars).

L'actrice avait aussi acquis au fil des ans des toiles de maître, notamment Picasso et Miro, et des sculptures d'Henry Moore et Calder.

Mais les amateurs de glamour vestimentaire resteront sur leur faim: aucune robe. Lauren Bacall avait donné de son vivant 700 vêtements au Fashion Institute of Technology (FIT) de New York.

Ses héritiers avaient déjà mis en vente en novembre son appartement du Dakota, pour 26 millions de dollars. Il figurait toujours mercredi sur le site de l'agence Warburg Realty.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer