Mostra de Venise: Lion d'or du meilleur film pour le Mexicain Guillermo del Toro

Le réalisateur mexicain Guillermo del Toro, qui vit... (PHOTO Ettore Ferrari, AP/ANSA)

Agrandir

Le réalisateur mexicain Guillermo del Toro, qui vit aux États-Unis, a dédié son film à tous les «réalisateurs mexicains et latino-américains qui rêvent de faire quelque chose en forme de parabole, mais à qui on dit que ce n'est pas possible. C'est possible», a-t-il martelé.

PHOTO Ettore Ferrari, AP/ANSA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
VENISE

La Mostra de Venise a récompensé samedi le coup de coeur du public de ce prestigieux festival de cinéma en décernant le «Lion d'or du meilleur film» au réalisateur mexicain Guillermo del Toro pour The shape of water.

Ce conte fantasmagorique raconte l'histoire d'amour entre une muette rêveuse et une étrange créature amphibienne, voulue comme un antidote contre «la peur et le cynisme» par le réalisateur.

Le film, projeté la semaine dernière, avait été salué par les applaudissements et une salve d'éloges de la part des critiques.

«Le conte de fées est l'antidote parfait contre le cynisme, car il touche les émotions», avait alors souligné le cinéaste venu le présenter à Venise.

Le Mexicain y laisse à nouveau libre cours à sa passion pour les créatures fantasmagoriques, dans un univers visuel flamboyant.

«Si vous restez pur et fidèle à votre croyance, à ce que vous croyez vraiment, -dans mon cas aux monstres-, vous pouvez faire tout ce que vous voulez», a-t-il déclaré, en anglais, en recevant samedi soir son prix des mains de la présidente du jury, l'actrice américaine Annette Bening.

«J'ai 52 ans, je pèse plus de 110 kg et j'ai déjà fait plus de dix films», a-t-il encore dit, ajoutant aussitôt que cela ne l'avait pas empêché de faire «quelque chose de différent».

Le réalisateur mexicain, qui vit aux États-Unis, a dédié son film à tous les «réalisateurs mexicains et latino-américains qui rêvent de faire quelque chose en forme de parabole, mais à qui on dit que ce n'est pas possible. C'est possible», a-t-il martelé.

L'autre grand vainqueur de cette 74e Mostra est le jeune réalisateur français Xavier Legrand qui a obtenu deux prix, celui de la première oeuvre et le Lion d'argent de la meilleure mise en scène pour son premier long-métrage, «Jusqu'à la garde», qui traite des violences faites aux femmes.

Le jury de la Mostra a par ailleurs décerné la coupe Volpi du meilleur acteur au Palestinien Kamel El Basha pour son interprétation dans le film du Libanais Ziad Doueiri, «L'insulte».

Le prix de la meilleure actrice est revenu à la Britannique Charlotte Rampling pour son rôle dans le film «Hannah», coproduction franco-belgo-italienne du jeune réalisateur italien Andrea Pallaoro.

Le film du Britannique Martin McDonagh «Three Billboards outside Ebbing, Missouri», qui avait reçu un accueil très enthousiaste de la critique pour ses dialogues ciselés, a de son côté reçu le prix du meilleur scénario.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer