Go Films: quinze ans, une mission

Nicoles Robert travaille pour une troisième fois avec... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Nicoles Robert travaille pour une troisième fois avec le réalisateur Podz (à gauche), lui qui tourne actuellement King Dave avec l'acteur Alexandre Goyette.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce soir, dans le cadre du festival Fantasia, les artisans du marché de coproductions Frontières célébreront les 15 ans de Go Films. Cette maison de production a été fondée en janvier 2000 par Nicole Robert qui en tient toujours la barre.

Sur la page d'accueil du site internet de Go Films, cet engagement est mis bien en évidence: «Produire du film d'auteur à résonnance populaire».

Quinze ans après avoir fondé cette maison de production nous ayant donné des oeuvres aussi différentes que Sur le seuil (Éric Tessier), 1987 (Ricardo Trogi), Tout est parfait (Yves Christian Fournier) et Le baiser du barbu (Yves Pelletier), Nicole Robert croit toujours autant à cette façon de penser qui est au coeur de chaque projet déposé sur sa table de travail.

«Je suis encore dans la même mission, dit la productrice. J'aime bien les films qui véhiculent certains messages tout en s'adressant à un public large. Je pense par exemple à Québec-Montréal de Ricardo Trogi qui nous parlait des relations hommes-femmes d'un point de vue masculin, mais qui était en même temps une comédie rejoignant beaucoup de gens.

Le nom de Ricardo Trogi que Mme Robert évoque est très à propos, car il nous rappelle que la productrice aime bien retravailler avec les mêmes personnes et établir des relations producteur-réalisateur bâties sur la durée. Quatre films avec Trogi (Québec-Montréal, Horloge biologique, 1981, 1987), bientôt trois avec Podz (Les 7 jours du talion, L'affaire Dumont et King Dave en 2016), deux avec Gabriel Pelletier, deux autres avec Yves Pelletier nous le rappellent.

«Oui, j'aime bien retravailler avec les mêmes scénaristes et réalisateurs, dit-elle. J'aime apprendre à connaître ces personnes. Je veux voir tout leur potentiel.»

Joint par La Presse, Ricardo Trogi parle de la façon de travailler de la productrice. «Elle croit en moi. Elle me laisse la liberté de créer. C'est important dans le processus de création, dit-il. Lorsqu'elle te parle, c'est avec le son de cloche d'un ami qui embarque dans ton équipe et qui croit en toi. Mais en même temps, elle va toujours se placer dans la position du grand public.»

Longue route

Nicole Robert a commencé sa longue carrière dans le cinéma en travaillant aux Productions de la Fête de Rock Demers. Dans les années 90, elle quitte cette maison pour fonder LUX Films, sa première boîte où elle produit Karmina de Gabriel Pelletier.

Après avoir reçu une offre d'achat de l'homme d'affaires Richard Szalwinski, elle vend sa boîte et va travailler avec ce dernier durant deux ans. Puis, elle s'associe avec Gabriel Pelletier et Jet Films dans une nouvelle entreprise.

«J'ai racheté mes partenaires, dit-elle. En janvier 2000, je lançais Go Films.»

Les premiers titres de l'entreprise sont Karmina 2 et Québec-Montréal. Mme Robert participe aussi au projet de série La vie, la vie de Jacques Blain chez Cirrus.

Le catalogue de la maison Go Films compte maintenant 16 titres déjà diffusés. Ses trois prochains films à sortir seront Anna de Charles-Olivier Michaud, King Dave de Podz, une adaptation de la pièce d'Alexandre Goyette qui signe d'ailleurs le scénario et Nelly d'Anne Émond, film inspiré de l'histoire de l'auteure Nelly Arcan. Le tournage de celui-ci aura lieu de la mi-septembre à la fin octobre avec un petit segment à Paris.

Tout cela se fait dans un contexte où, Mme Robert le sait très bien, le cinéma se trouve à une période charnière de son histoire. «Le défi de la mise en marché des films est de plus en plus grand, dit-elle. Le nombre d'artisans augmente alors qu'il y a moins de financement. En plus, il y a beaucoup de changements dans la façon de consommer des films. Malgré tout, je continue à penser toujours au cinéma parce que la demande pour les longs métrages reste toujours là.»

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer