Le FFM en péril? Le doute plane encore

Le Cinéma Impérial est le lieu de projection... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Le Cinéma Impérial est le lieu de projection principal du Festival des films du monde depuis plusieurs années.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'un côté, des employés du Festival des films du monde (FFM) annoncent avoir démissionné en bloc. De l'autre, le président directeur général, Serge Losique, confirme le départ de «quelques employés» seulement. Et promet de toutes ses forces le bon déroulement du 40e FFM.

Alors? Ce 40e FFM aura-t-il lieu? Hier, au beau milieu de l'après-midi, le portrait semblait plus sombre que jamais. Il empruntait même toutes les allures d'un coup de grâce. À peine 48 heures avant la soirée d'ouverture, des employés du Festival des films du monde ont rendu leur tablier. Ils ont même fait part de leur démission dans un courriel, que La Presse a obtenu, à des invités du festival, notamment des cinéastes dont les films ont été sélectionnés au FFM.

«C'est avec regret que la majorité de l'équipe du festival a décidé de mettre un terme à leur participation dans l'organisation de la 40édition. Cette décision est due à l'incertitude financière du festival et à l'impossibilité de concrétiser les réservations des infrastructures ou encore à honorer les traites. L'équipe a travaillé sans relâche afin de trouver des solutions mais a pris la décision de ne plus soutenir un encadrement défaillant en la personne du président du Festival», peut-on lire.

Pas de soucis pour Serge Losique

Au cours d'un entretien accordé hier en début de soirée à La Presse, le président-directeur général du FFM, Serge Losique, a tout nié en bloc. Et assuré que son festival aura lieu comme prévu, dans les endroits prévus, avec les employés requis.

«Ce sont trois ou quatre employés qui sont partis. Et qui ont voulu faire un coup médiatique. Mais tout est prêt. Et nous présenterons du beau cinéma.»

Aucune plainte pour salaire impayé n'a été déposée cette année par les employés du FFM à la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). L'an dernier, l'organisme gouvernemental avait ouvert huit dossiers pour salaire impayé relativement au FFM. Environ 25 des 80 employés du FFM avaient porté plainte en 2015. Le FFM avait obtenu 150 000 $ d'un prêteur à l'automne afin de payer les salaires en cause.

Aux prises avec de graves difficultés financières, privé de subsides gouvernementaux depuis trois ans... Voilà qu'à l'aube de sa 40édition, les tuiles semblent s'accumuler de nouveau. Au point où tous, invités, professionnels et festivaliers, se demandent de quoi sera fait le festival cette année. Au Cinéma Impérial, des photocopies noir et blanc de la grille-horaire mise en ligne samedi dernier sur le site web du FFM tapissent les vitres. Et un panneau annonce la mise en vente des billets individuels... aujourd'hui à midi. Ceux-ci devaient d'abord être mis en vente samedi dernier, puis hier.

«Cela ne me préoccupe pas du tout, dit Serge Losique. Les gens vont venir. Plusieurs d'entre eux achètent leur billet le jour même de la représentation.»

Les festivaliers ne pourront toutefois pas se procurer de catalogue cette année. «Nous avons pris cette décision parce que les gens ne les achetaient plus», précise le grand manitou du FFM. La précieuse grille-horaire est seulement disponible sur le web.

Il est quand même moins cinq

Serge Losique confirme aussi la présence de son festival dans les salles du Cineplex Forum, même si des rumeurs voulant que l'entente conclue avec Cineplex Odeon ne serait peut-être pas aussi ferme que le FFM le prétend ont circulé hier. Interrogée par La Presse, la gérante du cinéma a déclaré qu'elle n'avait encore aucune information à fournir à propos de la présence - ou pas - de l'événement dans l'enceinte de l'avenue Atwater vendredi.

À la veille de la soirée d'ouverture, personne n'est encore affecté non plus aux relations avec les médias. Serge Losique assure pourtant la mise en place d'une salle de presse, tout en laissant savoir que celle-ci pourrait être logée dans un autre hôtel que le Hyatt Regency, lequel servait de quartier général au FFM depuis pratiquement toujours. Il compte toutefois tenir encore les conférences de presse au Hyatt, mais il reconnaît ne pas avoir encore de confirmation en ce sens. À la direction générale de l'hôtel Hyatt Regency, c'est silence radio. «Pas de commentaires», nous a-t-on répondu.

La fête à André Forcier

Bref, toutes ces contradictions auront tôt fait de faire planer sur le 40FFM un mystère plutôt opaque. Une chose est toutefois certaine: la soirée d'ouverture se déroulera comme prévu à l'Impérial, que le FFM ait lieu ou pas. Andrew Noble, directeur de la société Filmoption international, qui distribue le film d'ouverture Embrasse-moi comme tu m'aimes, assure que cette soirée est avant tout destinée à célébrer le cinéaste André Forcier.

«André a toujours appuyé le Festival des films du monde, et c'est lui qui a insisté pour que son film y soit présenté.»

«Pour nous, cette soirée emprunte davantage l'allure d'une grande première. Nous en gérons tous les aspects, nous avons notre propre attachée de presse, et nous avons dressé nous-mêmes les listes d'invitations. Autrement dit, nous gérons cette soirée de façon autonome et nous avons pris toutes les précautions afin que cette soirée soit à la hauteur du film d'André. Et la fête à laquelle se rendront les invités ensuite, c'est nous qui l'organisons, pas le festival!»

La plupart des acteurs d'Embrasse-moi comme tu m'aimes ont d'ailleurs confirmé leur présence. Comme la distribution est imposante, le tapis rouge risque d'être finalement assez fréquenté demain soir. Autour des jeunes vedettes du film, Juliette Gosselin et Émile Schneider, gravite en effet une constellation dans laquelle se retrouvent, entre autres, Céline Bonnier, France Castel, Roy Dupuis, Antoine Bertrand, Mylène Mackay, Christine Beaulieu, Réal Bossé, Marc Hervieux, Donald Pilon, Rémy Girard, Benoît Brière et même... Denys Arcand!

_______________________________________________________________________

Le 40e Festival des films du monde se déroule du 25 août au 5 septembre.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer