À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      La grande bellezza, un regard sur la décadence

      Le réalisateur italien Paolo Sorrentino a présenté La grande bellezza... (LOIC VENANCE)

      Agrandir

      Le réalisateur italien Paolo Sorrentino a présenté La grande bellezza en compétition officielle.

      LOIC VENANCE

      Partage

      Partager par courriel
      Taille de police
      Imprimer la page
      Agence France-Presse
      Cannes

      À travers les doutes existentiels du roi mondain Jep Gambardella, Paolo Sorrentino livre dans La grande bellezza, en compétition mardi à Cannes, un regard sur la décadence morale d'une certaine Italie doublé d'un hommage à la splendeur de Rome, aux accents felliniens.

      Génial écrivain dans sa jeunesse devenu journaliste dandy, Jep Gambardella est de toutes les soirées, véritable idole mondaine à Rome. Mais dans ce tourbillon de superficialités, l'homme, qui souffre de se voir vieillir, commence à s'interroger: lui faut-il reprendre l'écriture, et ainsi donner du sens à cette vie décadente, cette comédie du néant?

      Jep cache son dégoût de lui-même et des autres derrière une attitude désabusée et cynique. Son cas de conscience: depuis son premier roman, couronné par un prix dans les années 70, il n'a jamais transformé l'essai, renonçant à poursuivre ses ambitions littéraires.

      Malgré sa quête de sens, il continue de fréquenter les fêtes romaines, excentriques et colorées, ponctuées de performances artistiques étranges - une fillette jette en pleurant des pots de peinture sur une toile géante pour en faire un tableau -  qu'il organise parfois lui-même sur sa superbe terrasse dominant le Colisée.

      «Le film tente d'exprimer une pauvreté autre que matérielle, une pauvreté d'un autre genre. Je n'ai pas tenté d'exprimer un avis négatif vis-à-vis de ces gens-là mais simplement de représenter ce qu'ils sont, ce qui symbolise notre pays», a souligné Sorrentino qui montre à l'écran des bourgeoises botoxées dissertant sur le jazz éthiopien.

      Avec ce film à la photo époustouflante, Sorrentino signe un retour réussi à Cannes, qui avait reçu sans enthousiasme son dernier opus en anglais, This must be the plac» avec Sean Penn dans le rôle d'une rock-star.

      La grande bellezz» (La grande beaut») est un film «totalement débiteur du grand cinéma italie, Scola, Fellini, Ferreri, Monicelli...», explique dans le dossier de presse le réalisateur, qui avait décroché le prix du Jury du festival en 2008 pour Il Div», un film sur l'ancien président du conseil italien Giulio Andreotti.

      Fêtes orgiaques dans une Rome décadente, dilemme entre aspirations littéraires et déchéance: bien que Sorrentino s'en défende, les références à La Dolce Vita de Fellini (1960) sont nombreuses, malgré la différence d'âge entre Marcello Mastroianni et Toni Servillo, acteur fétiche de Sorrentino qui incarne avec brio le personnage blasé de Jep.

      Partager

      publicité

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      publicité

      Autres contenus populaires

      image title
      Fermer