Laurent Lafitte: jouer pour de bonnes raisons

Laurent Lafitte tente de conjuguer sa nouvelle carrière... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Laurent Lafitte tente de conjuguer sa nouvelle carrière au cinéma et ses rôles à la Comédie-Française, où il est pensionnaire depuis 2012.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Devenu vedette au cinéma grâce aux Petits mouchoirs de Guillaume Canet, Laurent Lafitte s'amène au festival Cinemania pour accompagner les présentations de deux premiers longs métrages.

Dans Elle l'adore, le premier de Jeanne Herry, il incarne un rocker qui demande à sa plus fervente admiratrice (Sandrine Kiberlain) de l'aider à camoufler un accident potentiellement fatal à sa carrière. Dans Tristesse Club, le premier long métrage de Vincent Mariette, il prête ses traits à un fils en colère que la mort de celui à qui il voue une haine profonde n'apaise en rien. Aux yeux de Laurent Lafitte, ces deux films, de tonalité très différente, illustrent la vitalité d'un nouveau mouvement dans le cinéma français.

«N'appelons pas cela une nouvelle vague, car le terme est déjà très chargé, faisait remarquer l'acteur hier au cours d'un entretien accordé à La Presse. Mais il y a quand même, présentement, un mouvement de jeunes auteurs indépendants, bien représenté à Cinemania, notamment à travers les deux films dans lesquels je joue, mais aussi des longs métrages comme Les combattants, Party Girl et quelques autres. Ces jeunes cinéastes semblent avoir bien digéré une forme d'efficacité qu'on retrouve dans le cinéma anglo-saxon, sans renier la profondeur et la complexité psychologique des films français des années 50, 60 et 70. Les jeunes créateurs assimilent tout ça. C'est très agréable. Et aussi très encourageant. Grâce à ces nouvelles voix, le cinéma français se porte plutôt bien.»

Acteur multiple

Au Québec, Laurent Lafitte s'est fait connaître des cinéphiles grâce aux rôles qu'il a tenus dans les films de Guillaume Canet, particulièrement Les petits mouchoirs. L'an dernier, nous l'avons aussi vu dans Les beaux jours, un film dans lequel il donnait la réplique à Fanny Ardant. En France, Laurent Lafitte est également connu à titre d'acteur de théâtre. En 2008, il a en outre créé avec succès un spectacle solo qu'il a présenté en tournée pendant trois ans.

«J'ai toujours eu du travail, explique-t-il. J'ai eu la chance de pouvoir gagner ma vie grâce à ce métier. Mais je n'avais pas encore eu l'occasion de tenir un rôle qui me révélerait au grand public. J'ai donc écrit ce spectacle d'humour dans lequel je campais plusieurs personnages. Cela relevait plus d'une démarche théâtrale que du stand-up. Ça a bien marché.»

Le tournant dans la carrière cinématographique de Laurent Lafitte est survenu avec Les petits mouchoirs. Au même moment, l'administratrice de la Comédie-Française lui propose de devenir pensionnaire au sein de la prestigieuse institution. Même si la carrière au cinéma commence à prendre alors un véritable envol, il est bien difficile pour l'acteur de refuser pareille invitation.

«La Comédie-Française est un endroit qui m'a toujours fait rêver, indique-t-il. Plusieurs de ses acteurs ont tendance à quitter quand ils reçoivent de belles propositions de cinéma, mais j'ai pris le pari de faire les deux. Il est vrai que l'emploi du temps est parfois difficile à gérer. J'attends de connaître mon programme au "Français" - c'est ma priorité - avant de me commettre pour des tournages. Parfois, je suis obligé de refuser certaines propositions de film. Mais bon, l'an dernier seulement, j'ai eu l'occasion de jouer du Marcel Aymé, du Feydeau, du Shakespeare et du Voltaire!»

Maître de cérémonie des Césars?

Les médias français ont par ailleurs annoncé la semaine dernière la nomination de Laurent Lafitte à titre d'animateur de la prochaine cérémonie des Césars du cinéma français, qui célébrera ses 40 ans le 20 février 2015. L'acteur souhaite en effet hériter de la tâche, mais il n'est pas encore en mesure de confirmer la nouvelle.

«En fait, dit le principal intéressé, on m'a proposé de le faire et j'ai donné mon accord. Maintenant, il faut essayer de faire en sorte que mon emploi du temps me le permette. Nous travaillons là-dessus. Mais j'aimerais bien que ça fonctionne. Ça m'amuserait!»

_____________________________________________________________________________

Au Cinéma Impérial, Tristesse Club est présenté ce soir à 19 h 10 et demain à 12 h 30; Elle l'adore est présenté demain à 19 h.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer