It Comes at Night: efficace, mais oubliable ***

La PresseSonia Sarfati 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

L'histoire: Paul, sa femme et leur fils adolescent Travis se terrent dans une maison au fond des bois, alors qu'une pandémie est en train de décimer l'humanité. Une nuit, Will pénètre chez eux avec l'intention de trouver de l'eau potable pour sa compagne et leur fils. D'abord hésitant, Paul décide de les accueillir sous son toit. Sauf que petit à petit, soupçons et paranoïa s'installent.

La maison close (au sens propre, s'entend) est toujours très populaire en horreur et elle s'agite avec pas mal de succès sur les écrans ces derniers temps. Pour un très mauvais Knock Knock et un Split raté, nous avons eu droit à l'étouffant Don't Breathe, au surprenant 10 Cloverfield Lane, à l'angoissant Green Room, à l'intense The Gift et au formidable Get Out.

Où situer It Comes at Night, écrit et réalisé par Trey Edward Shults (Krisha)? Dans la bonne moyenne. Le hic, en tout cas pour l'amateur du genre, c'est que ce long métrage, bien qu'angoissant à souhait et efficacement mené, ne se démarque pas vraiment sur le plan du  récit - malgré sa touche «zombiesque» et son soupçon de gore.

Par contre, il est beau (façon de parler) de voir combien les personnages, bien campés dans la première partie du film (il y a là du rêve et du cauchemar), demeurent jusqu'au bout fidèles à eux-mêmes: leurs réactions, même désespérées, sont toujours cohérentes avec ce que l'on sait d'eux.

It Comes at Night... (Photo fournie par A24) - image 2.0

Agrandir

It Comes at Night

Photo fournie par A24

Pour les interpréter, une distribution juste menée par Joel Edgerton - qui était apparu magnifiquement machiavélique dans The Gift (qu'il avait aussi écrit et réalisé).

Et puis, il y a la «famille» artistique que Trey Edward Shults est déjà en train de se constituer: ses complices de Krisha à la musique et à la direction photo, Brian McOmber et Drew Daniels, sont de la nouvelle aventure.

La trame sonore du premier, qui fait monter la tension jusque dans les aigus et qui disparaît quand il le faut afin de laisser le silence tomber sur une scène comme une chape de plomb, est diaboliquement orchestrée. Quant au second, il sculpte les ombres et les touches de lumière; ce faisant, il participe à la montée de la paranoïa.

Bref, le plaisir est là, grand, tant que le film dure. Mais l'effet se dissipe malheureusement assez rapidement.

* * *

It Comes at Night (V.O.A. S.-T.F.: Lorsque tombe la nuit). Thriller d'horreur de Trey Edward Shults. Avec Joel Edgerton, Carmen Ejogo, Christopher Abbott, Riley Keough. 1h37.

Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer