L'étudiante et Monsieur Henri: impression de déjà-vu **1/2

La PresseCatherine Schlager 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une impression de déjà-vu. C'est ce que l'on ressent à la suite du visionnement de L'étudiante et Monsieur Henri, quatrième long métrage du réalisateur français Ivan Calbérac.

Une galerie de personnages stéréotypés (la nunuche de service, le comptable coincé, le vieux bougon), ce n'est rien de bien nouveau. Pas plus qu'une intrigue mille fois vue où deux personnages aux caractères diamétralement opposés finiront par s'apprivoiser.

Le récit débute alors que Constance (Noémie Schmidt), jeune fille d'Orléans désirant poursuivre des études supérieures à Paris, cherche un logement abordable. Au gré de ses visites, elle fait la rencontre de Monsieur Henri (Claude Brasseur), un vieux grincheux à la santé fragile qui dispose d'une chambre répondant à ses attentes.

La cohabitation entre Monsieur Henri et Constance réjouit Paul (Guillaume de Tonquédec), comptable ennuyant comme la pluie, heureux de voir enfin quelqu'un veiller sur son paternel. Mais devient rapidement embarrassante lorsque Monsieur Henri donne le mandat à Constance de briser le mariage entre Paul et Valérie (Frédérique Bel), sa belle-fille qu'il déteste.

En adaptant pour le cinéma sa propre pièce de théâtre à succès, Ivan Calbérac n'évite pas les pièges propres à l'adaptation théâtrale: sa réalisation est paresseuse et statique. Et sa caméra se place un peu trop souvent dans le même appartement sombre et vieillot.

Une impression de déjà-vu. C'est ce que l'on... (PHOTO FOURNIE PAR AZ FILMS) - image 2.0

Agrandir

PHOTO FOURNIE PAR AZ FILMS

Heureusement, les acteurs sont plutôt bien dirigés. Le vieux routier Claude Brasseur (Les acteursLe souper) et la jeune novice Noémie Schmidt font même preuve d'une belle complicité. Frédérique Bel, qui surjoue à outrance, tape parfois sur les nerfs, malgré ses répliques amusantes («J'adore l'humour, surtout quand c'est drôle»).

Annoncé comme une comédie, L'étudiante et Monsieur Henri propose peu de moments franchement comiques. En revanche, le réalisateur ne se gêne pas pour faire la morale en martelant haut et fort la nécessité de s'affranchir de sa famille, de croire en ses rêves et d'aller jusqu'au bout afin de les réaliser. Pas nécessaire, on avait compris.

* * 1/2

Comédie dramatique. L'étudiante et Monsieur Henri. D'Ivan Calbérac. Avec Claude Brasseur, Noémie Schmidt, Guillaume de Tonquédec, Frédérique Bel. 1h38.

> Consultez l'horaire du film

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer