Juste la fin du monde: Xavier Dolan au travail

« J'ai écrit le scénario en pensant aux acteurs... (PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

« J'ai écrit le scénario en pensant aux acteurs auxquels je rêvais. Et ils m'ont tous fait l'honneur d'accepter ! », se réjouit le réalisateur Xavier Dolan.

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si ce n'était des multiples remorques stationnées dans les rues paisibles d'un quartier résidentiel de Laval, personne ne pourrait savoir qu'il se tourne actuellement là l'un des films les plus attendus par la communauté cinéphile internationale. Même Marion Cotillard, qui compte notamment l'Oscar de la meilleure actrice dans sa collection de prix, peut se balader en toute discrétion dans la rue en portant les vêtements de son personnage, loin de l'image glamour de Dior.

Pour Juste la fin du monde, un film inspiré de la pièce de Jean-Luc Lagarce, Xavier Dolan a installé ses quartiers dans une petite maison anonyme de banlieue, histoire de mettre subtilement une touche nord-américaine au récit.

« Le lieu où se déroule l'histoire n'est jamais précisé, indique le cinéaste. Mais c'est quelque part en Europe. Je tenais toutefois à ce qu'il y ait quand même une touche d'ici. D'où le choix de tourner dans cette maison. »

Dans le petit sous-sol du bungalow, quelques membres de l'équipe, deux journalistes et un invité ami (Guillermo Del Toro, juré comme Dolan au Festival de Cannes) scrutent le moniteur. Dans la pièce adjacente, on règle les moindres détails d'une scène. Xavier Dolan tourne à plateau fermé et donne un accès très limité aux médias, même si les demandes fusent de partout. La Presse a eu le privilège d'assister au tournage, mais aucune prise de photo n'a été autorisée.

Rien au hasard

Flanqué de son as directeur photo André Turpin, Dolan discute, répète avec ses acteurs, indique le ton, la position. Il dirige ses comédiens en leur parlant pendant qu'ils sont en train de jouer, discute de nouveau avec son directeur photo. « Penses-tu que... Non, il vaudrait mieux ça. Là, on enlève ce meuble, je ne veux plus jamais le revoir ! », etc. Pendant la mise en place, Marion Cotillard et Gaspard Ulliel, les deux acteurs dont la présence était requise sur le plateau hier, parlent des films qu'ils ont vus, de leurs expériences de tournage. Ici, le cinéma est souverain.

« Marion s'en va aujourd'hui. Là, tout ce que j'ai envie de faire est de m'asseoir sur un sofa et d'attendre la prochaine occasion de travailler avec elle ! », explique Xavier Dolan.

Gaspard Ulliel, qu'on peut voir actuellement dans Saint Laurent (Bertrand Bonello), incarne Louis, le personnage pivot du film. Écrivain, ce jeune homme revient dans son patelin natal après plusieurs années d'absence pour annoncer à sa famille sa mort imminente. 

Nathalie Baye incarne sa mère, Vincent Cassel, le grand frère, Marion Cotillard, une belle-soeur qu'il ne connaît pas encore, et Léa Seydoux, sa plus jeune soeur.

En ce quatorzième jour de tournage (qui en compte 28 en tout), on tourne une scène feutrée, à deux personnages, au cours de laquelle Catherine, la belle-soeur inconnue de Louis, fait comprendre à ce dernier qu'elle connaît les raisons de son retour. Les personnages sont fragiles, à fleur de peau. Les notes d'une partition musicale mélancolique, signée Gabriel Yared, se font entendre. L'émotion du protagoniste est palpable. À chaque prise, les acteurs trouvent la note juste.

Une distribution de rêve

Quand, plus tard, on demandera à Xavier Dolan si, malgré l'évidence de cette distribution tout étoiles, l'idée de faire appel à des acteurs français était claire dès le départ, il répondra par l'affirmative.

« La langue de Lagarce est très particulière et je ne voulais pas la dénaturer en l'adaptant en québécois, explique-t-il. Bien entendu, des acteurs québécois peuvent très bien emprunter l'accent français, et ils le font très bien dans des films français. Mais les faire jouer avec l'accent français dans un film québécois aurait sans doute provoqué un décalage. Et puis, j'ai écrit le scénario en pensant aux acteurs auxquels je rêvais. Et ils m'ont tous fait l'honneur d'accepter ! »

Les cinq acteurs n'auront toutefois été réunis que pendant cinq jours. Un sixième jour de tournage avec la distribution entière a dû être reporté au mois d'août en raison de l'absence de Léa Seydoux, requise sur le plateau de Spectre, le prochain James Bond. Mis à part ce petit retour collectif à la fin de l'été, le tournage de Juste la fin du monde est maintenant chose faite pour Marion Cotillard. Et Xavier Dolan espère avoir très vite l'occasion de travailler de nouveau avec elle.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer