Noël de «filmeux» au Centre PHI

Le comédien Guillaume Cyr a réalisé le court... (Photo: Olivier Pontbriand, archives La Presse)

Agrandir

Le comédien Guillaume Cyr a réalisé le court métrage Rotor.

Photo: Olivier Pontbriand, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le comédien Guillaume Cyr passe derrière la caméra et les cinéphiles auront une première impression de son travail en participant au Noël des filmeux, projection de courts métrages présentés mardi soir au Centre PHI du Vieux-Montréal.

En première montréalaise, on y verra donc Rotor, première oeuvre réalisée par Guillaume Cyr dans laquelle il nous propose un savoureux montage de «moments de vérité» captés au terme de cinq heures d'entrevues avec plusieurs amis comédiens.

«J'avais envie de faire des films, mais je peinais à trouver le bon scénario, raconte Cyr, lauréat en mars dernier du Jutra du meilleur rôle secondaire pour son travail dans le film Louis Cyr. Un jour, en revenant de New York, je me suis demandé ce que j'aimais le plus dans un tournage. La réponse: capter des moments vrais. Ce que j'ai fait au fil d'entrevues réalisées chez moi en trois jours.»

Plusieurs comédiens ont répondu à son appel, que ce soit Louise Bombardier, Annette Garant, Rose-Maïté Erkoreka, Fayolle Jean Jr, Émilie Gilbert, Vincent Fafard, Debbie Lynch-White, entre autres.

Ces derniers s'assoient devant la caméra et répondent aux questions de Cyr. Ils parlent, se confient même, sur des sujets tantôt légers, tantôt plus sensibles: le couple, les enfants, le deuil, les craintes, ce qui les énerve dans la vie, etc.

En postproduction, Cyr en a fait un montage rapide, serré, saccadé, enchaînant des dizaines de témoignages de quelques secondes à travers lesquels il a intercalé des segments de la vie quotidienne.

«J'ai l'impression d'être parti d'une grosse bûche et d'avoir sculpté dedans, dit le comédien et réalisateur à propos de tout le matériel filmé qu'il avait à sa disposition pour le montage. Qu'une personne se confie de cette façon me plaît beaucoup et j'aime le ton que cela donne au film.»

Le titre, Rotor, n'est pas fortuit. «Comme je voulais que le titre apparaisse au début et à la fin du film, j'ai cherché un palindrome qui en serait le reflet. En épluchant la liste des palindromes, j'ai trouvé que "rotor" faisait écho à notre mécanisme intérieur de pensées», dit-il.

Encouragé par cette première expérience publique, Guillaume Cyr a deux autres projets de courts métrages en chantier.

Programmation

Plusieurs autres courts métrages seront évidemment présentés demain au Centre PHI (phi-centre.com) pour ce Noël des filmeux. La programmation est costaude!

Les films présentés sont La Pepperette de Jérôme Hof, Chaloupe de Sophie B. Jacques, Sur le ciment de Robin Aubert, Mémorable moi de Jean-François Asselin, Derviche de Christian Laurence, Toutes des connes de François Jaros, Pas la grosse Sophie de Philippe Arsenault, Prends-moi d'Anaïs Barbeau-Lavalette et André Turpin, Petit frère de Rémi St-Michel et Imelda de Martin Villeneuve.

____________________________________

Au Centre Phi, 407, rue Saint-Pierre, le 16 décembre à 20 h

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer