Spotlight: «pas anticatholique» dit le Vatican

Michael Keaton et Mark Ruffalo dans Spotlight.... (PHOTO FOURNIE PAR OPEN ROAD FILMS)

Agrandir

Michael Keaton et Mark Ruffalo dans Spotlight.

PHOTO FOURNIE PAR OPEN ROAD FILMS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Cité du Vatican

Oscar du meilleur film, Spotlight, sur la pédophilie dans l'Église, est «convaincant» sur la volonté de l'institution de défendre son image face à «une horrible réalité», mais n'est pas pour autant «anticatholique», affirme lundi le journal du Vatican.

«Les prédateurs ne portent pas forcément l'habit ecclésiastique et la pédophilie ne dérive pas nécessairement du voeu de chasteté. Mais il est désormais clair que, dans l'Église, trop de gens se sont plus préoccupés de l'image de l'institution que de la gravité de l'acte», écrit l'éditorialiste de l'Osservatore Romano, Lucetta Scaraffia.

«Tout cela ne peut justifier la faute gravissime de celui qui, représentant de Dieu, se sert de cette autorité pour abuser d'innocents: c'est bien raconté dans le film», estime la journaliste dans ce premier commentaire officiel sur l'Oscar attribué à Spotlight.

«Le film convainc par sa trame. Et n'est pas un film anticatholique», assure-t-elle.

La journaliste regrette seulement que «la lutte longue et tenace» entreprise contre la pédophilie dans l'Église par Mgr Joseph Ratzinger, comme préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi puis comme pape, n'ait pas été mentionnée.

L'appel au pape François lancé pendant la cérémonie des Oscars «doit être vu comme un signal positif: il y a encore de la confiance dans l'institution et dans un pape qui poursuit le nettoyage entamé par son prédécesseur», estime l'Osservatore Romano.

Spotlight, de Thomas McCarthy, est une saga journalistique haletante sur l'enquête du Boston Globe ayant dénoncé le scandale de la pédophilie dans l'Église américaine en 2002.

À partir de cette enquête, les révélations sur des abus commis par des prêtres contre des enfants se sont succédé aux États-Unis et ailleurs, en particulier en Irlande.

«Ce film a donné voix aux survivants. Et l'Oscar amplifie cette voix, en espérant qu'elle devienne une chorale qui résonnera jusqu'au Vatican», a déclaré dimanche le coproducteur Michael Sugar, en s'adressant au pape François: «Il est temps de protéger les enfants et de rétablir la foi».

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer