• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Le tournage de Bon Cop Bad Cop 2 s'amorcera le 22 mai 

Le tournage de Bon Cop Bad Cop 2 s'amorcera le 22 mai

Une scène de Bon Cop, Bad Cop... (fournie par Alliance Atlantis)

Agrandir

Une scène de Bon Cop, Bad Cop

fournie par Alliance Atlantis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dix ans après le succès de Bon Cop, Bad Cop  - toujours indétrônable au sommet du box-office canadien -, le tournage de la suite très attendue s'amorcera dans moins de deux semaines pour le duo formé de Patrick Huard et Colm Feore. Quelques indices sur ce qui s'en vient.

Think Big!

«Si les retrouvailles avec les spectateurs sont aussi spectaculaires qu'entre les deux personnages, ça va être big!» a lancé Patrick Huard hier, au restaurant Le Richmond, lors de la conférence de presse annonçant la distribution et le tournage, à compter du 22 mai, de Bon Cop, Bad Cop 2. «Ça va être big en tabarnak» a renchéri le nouveau réalisateur de cette suite, Alain DesRochers, l'homme derrière les films Nitro. «Il y aura plus d'action et plus d'ambition.» «Le défi est d'en faire autant que pour le premier, que le public a tellement aimé», estime le producteur François Flamand. D'ailleurs, les producteurs comptent bien relancer un peu la carrière du premier volet, afin de le faire découvrir à une nouvelle génération qui pourrait être intéressée à voir la suite.

Le duo

«Patrick m'a dit qu'il n'y a qu'un personnage, et ce sont les deux ensemble», note le comédien Colm Feore, heureux de reprendre son rôle après une décennie. Bon Cop, Bad Cop, c'est la formule typique des «buddy movies», dans lesquels deux gars que tout oppose sont forcés de collaborer, comme Gérard Depardieu et Pierre Richard dans La Chèvre, du côté français, ou Eddie Murphy et Nick Nolte dans 48 Hours, du côté américain. Au Canada, bien sûr, il nous fallait un anglo et un franco coincés dans le même pétrin, soit David Bouchard (Huard) et Martin Ward (Feore). Mais 10 ans plus tard, que sont-ils devenus? «On sent qu'après leur première rencontre, ils se sont un peu contaminés, révèle Huard, qui signe le scénario. David a un peu mûri, tandis que Martin s'est un peu loussé, des fois à la grande surprise de David qui s'inquiète de son comportement.»

Un succès historique

Sorti en 2006, le premier Bon Cop, Bad Cop, demeure le film le plus populaire de l'histoire du cinéma canadien. Est-ce que cela met plus de pression sur les épaules pour la suite? Bien sûr, admet Patrick Huard, «mais il ne faut pas s'occuper de ça». Ce qui n'a pas changé depuis 10 ans est la difficulté de faire des films. «Et le système de financement reste le même, dit Huard. Aux États-Unis, on aurait triplé le budget.» Par contre, souligne-t-il, l'expertise des artisans québécois dans le rayon des films d'action s'est grandement développée, notamment avec les tournages américains. «Et quand nous faisons des demandes pour tourner dans des endroits où l'on rêve de tourner, on a beaucoup de chances de tomber sur un fan. Bon Cop, Bad Cop, c'est plus qu'un succès, les gens se sont approprié le film.»

Des recrues

On notera, dans le retour des personnages principaux, le nom de Sarah-Jeanne Labrosse (devenue la Donalda des Pays d'en haut) qui n'était qu'une adolescente lorsqu'elle a joué la fille de David Bouchard. Dans le premier film, il y avait aussi la première apparition au cinéma de l'humoriste Louis-José Houde, qui allait connaître un grand succès ensuite dans une autre comédie policière, De père en flic. C'est maintenant l'humoriste Mariana Mazza qui fera sa première apparition au cinéma.

Au générique

Patrick Huard (David Bouchard)

Colm Feore (Martin Ward)

Marc Beaupré (Mike Dubois)

Lucie Laurier (Suzie Bouchard)

Mariana Mazza (MC)

Sarah-Jeanne Labrosse (Gabrielle Bouchard)

Erik Knudsen (Jonathan Ward)

Noam Jenkins (Sylvio DiPietro)

Catherine St-Laurent

Rendez-vous en 2017

Le tournage de cette suite commencera à Montréal le 22 mai, et la sortie est prévue pour l'été 2017. Dans ces nouvelles aventures, c'est Bouchard qui se retrouvera sous les ordres de Ward, devenu officier de la GRC, et ils devront démanteler un réseau de trafiquants de voitures volées, derrière lequel se cache quelque chose de plus important. Huard a spécifié dans plusieurs entrevues que le ressort comique ne s'appuiera pas autant sur les différences entre anglophones et francophones, comme pour le premier film. On risque plutôt d'y voir une solidarité Québec-Canada face aux Américains. «Si Donald Trump voit le film, il voudra probablement construire un autre mur» a plaisanté Patrick Huard.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer