Échos de scène: Chienne(s), une «immersion poétique»

Marie-Ève Milot et Marie-Claude Saint-Laurent... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Marie-Ève Milot et Marie-Claude Saint-Laurent

Photo André Pichette, La Presse

Mario Cloutier

Tous les mardis, La Presse présente les actualités de la semaine dans le monde du théâtre à Montréal et au Québec. Premières, coups de coeur, spectacles en tournée et pièces à voir. La scène se passe ici et maintenant.

Chienne(s): «Immersion poétique dans une épreuve anxieuse»

Les autrices de la pièce Chienne(s), Marie-Ève Milot et Marie-Claude Saint-Laurent, qui joue dans le spectacle, abordent des sujets encore trop souvent tabous, les troubles anxieux et la dépression, sur lesquels elles ont passé quatre ans à se documenter.

«Tout le monde a vécu un ou des épisodes anxieux dans sa vie, dit l'autrice et metteure en scène Marie-Ève Milot. Mais ce n'est pas une pièce didactique. On s'est intéressées à l'aspect scientifique, mais on a passé ça dans le filtre du sensible et de l'expérience humaine. C'est une immersion poétique dans une épreuve anxieuse.»

En scène, une femme se retire chez elle pour résister au monde qui s'accélère et se déshumanise pendant qu'une artiste, à mille lieues de là, crée. C'est un personnage inspiré par la jeune photographe palestinienne Nidaa Badwan.

«Elle s'est enfermée dans sa chambre à Gaza pendant plus d'un an. Elle a réalisé une série de portraits intitulée Cent jours de solitude. Là-bas ou à Montréal, un acte de résistance peut se déployer de manière différente dans des endroits différents. Je pense que c'est quelque chose qui élève», souligne-t-elle. 

Chienne(s) est présentée à la salle Jean-Claude-Germain du Centre du Théâtre d'Aujourd'hui du 13 au 31 mars.

Cirque: Celui qui tombe

Il s'agit d'une création du Français Yoann Bourgeois produite par le Centre chorégraphique national de Grenoble. L'espace de jeu? Un plateau de 6 m x 6 m suspendu à 2 m du sol. Le défi? Le plateau bouge et tangue dans toutes les directions. Une pièce acrobatique qui met en scène six comédiens-acrobates dont l'objectif est à la fois simple et compliqué: ne pas tomber. - Jean Siag

Du 14 au 17 mars à la TOHU.

À Ottawa: Le CNA annonce sa saison 2018-2019

Le Centre national des Arts (CNA) a annoncé sa saison 2018-2019 en théâtre et en danse. En théâtre, Robert Lepage ira présenter son Quills, pièce dans laquelle il joue divinement le marquis de Sade. Le CNA présentera aussi Le songe d'une nuit d'été mettant notamment en vedette les acrobates circassiens de Flip FabriQue. En danse, le CNA recevra la visite de la compagnie d'Akram Khan et l'Alberta Ballet qui dansera sur la musique de la grande Joni Mitchell. À noter que l'excellente comédie musicale montréalaise The Hockey Sweater, du Centre Segal, sera également présentée en anglais.

En galerie: Rouge Speedo au Livart

On a vu du théâtre en piscine, dans des entrepôts désaffectés et, parfois, en galerie d'art. Il était temps d'y retourner, selon les artisans de Rouge Speedo, une pièce qui parle de dopage dans le sport, présentée au Livart. Il s'agit d'un texte du jeune dramaturge américain Lucas Hnath, traduite par Jean-Simon Traversy et mise en scène par Louis-Philippe Tremblay.

Rouge Speedo est présentée au Livart, 3980, rue Saint-Denis, jusqu'au 24 mars.

Relève: Philadelphia High School

C'est le printemps des jeunes acteurs et actrices sur les planches montréalaises. Après La déesse des mouches à feu et Hamster, voici Philadelphia High School, un texte et une mise en scène de Jonathan Caron. Tous les interprètes de la pièce, portant sur un groupe de jeunes qui créent une fanafiction sur YouTube, sont diplômés des écoles de théâtre depuis 2012 ou après.

Philadelphia High School est présentée à la salle Fred-Barry jusqu'au 31 mars.

Aussi à l'affiche

Hamster, de Marianne Dansereau, mise en scène de Jean-Simon Traversy, à La Grande Licorne jusqu'au 24 mars

Mélanie sans extasy, d'Édith Paquet, mise en scène de Nicolas Gendron, dans la Salle intime du Prospero jusqu'au 17 mars 

L'effet Hyde, de Francis Monty, d'après Robert Louis Stevenson, mise en scène de Marcelle Hudon et de Francis Monty, aux Écuries jusqu'au 24 mars

Le poisson combattant, texte et mise en scène de Fabrice Melquiot, au Prospero jusqu'au 17 mars

La déesse des mouches à feu, de Geneviève Pettersen, mise en scène d'Alix Dufresne et de Patrice Dubois, au Quat'Sous jusqu'au 30 mars

Tout ce qui va revient, de Catherine Gaudet (danse), à La Chapelle jusqu'au 15 mars

Le petit Arturo, d'après Bertolt Brecht, mise en scène d'Ariel Ifergan, au Centre Segal jusqu'au 29 mars

Les Marguerite(s), de Stéphanie Jasmin et Marguerite Porete, mise en scène de Denis Marleau et de Stéphanie Jasmin, à Espace Go jusqu'au 17 mars

Jean dit, texte et mise en scène d'Olivier Choinière, au Théâtre d'Aujourd'hui jusqu'au 17 mars

Dans la tête de Proust, texte et mise en scène de Sylvie Moreau, à Espace Libre jusqu'au 17 mars

The Daisy Theatre, texte et mise en scène de Ronnie Burkett, au Théâtre Centaur jusqu'au 25 mars

Marjorie Prime, de Jordan Harrison, mise en scène de Lisa Rubin, au Centre Segal jusqu'au 18 mars

Le chemin des Passes-Dangereuses, de Michel Marc Bouchard, mise en scène de Martine Beaulne, chez Duceppe jusqu'au 24 mars




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer