Peter Brook crée Battlefield à Paris

Le metteur en scène Peter Brook... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le metteur en scène Peter Brook

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Pierre Ferey
Agence France-Presse
Paris

Face aux «massacres, à la cruauté, au terrorisme», le maître anglais du théâtre Peter Brook, 90 ans, revient à l'épopée du Mahabharata pour créer Battlefield, une pièce autour de quatre comédiens, présentée à Paris avant une tournée mondiale.

Trente ans après sa version légendaire en neuf heures du poème sacré de l'Inde, il revient vers le texte «non pas pour faire un revival, une chose nostalgique, mais au contraire pour faire dans l'esprit d'aujourd'hui une pièce très distillée, très intense à partir de nos préoccupations».

Concentré, Peter Brook garde une ferveur de jeune homme qui contraste avec le corps devenu fragile.

Lorsqu'il monte en 1985 l'épopée indienne au Festival d'Avignon, «personne ne connaissait même le nom de Mahabharata: on ne savait pas comment le prononcer», rappelle-t-il.

«J'ai pensé que subitement, on me donnait, pour des raisons inconnues, une responsabilité d'aider le Mahabharata à sortir de son carcan éternel de l'Inde et à s'ouvrir au monde entier».

Mais après dix ans de travail d'adaptation avec le metteur en scène français Jean-Claude Carrière, de voyages en Inde, après la tournée internationale de la pièce en anglais et en français puis le film, Peter Brook est passé à autre chose, explorant cet autre territoire mythique et inconnu, le cerveau.

S'il revient aujourd'hui au Mahabharata avec sa collaboratrice artistique Marie-Hélène Estienne qui a aussi traversé toute l'épopée il y a 30 ans, c'est que le besoin a surgi - «pouf!» dit-il - d'y trouver une matière «pour nous, maintenant».

«Les Indiens disent, et ça a l'air un peu vaniteux, que tout ce qui existe est dans le Mahabharata et si ce n'est pas dans le Mahabharata, ce n'est nulle part», sourit-il.

«Cette grande épopée d'il y a plusieurs milliers d'années s'est peu à peu agrandie, a assimilé les plus grandes réflexions cosmiques et métaphysiques en même temps que les choses les plus quotidiennes de la vie».

Le poème décrit la guerre qui déchire une famille (les «Bharata»), avec d'un côté cinq frères, les Pandavas, et de l'autre leurs cousins, les Kauravas, les cent fils du roi aveugle Dritarashtra. Les Pandavas finissent par gagner, mais «on y parle de dix millions de morts, un chiffre énorme à l'époque».

«Hiroshima, ou la Syrie aujourd'hui»

«C'est une description terrifiante, ça pourrait être Hiroshima, ou la Syrie aujourd'hui», raconte Peter Brook. «Nous avons voulu raconter ce qui se passe après la bataille».

Comment le vieux roi aveugle, qui a perdu tous ses fils et ses alliés, et son neveu victorieux vont-ils faire face et assumer leur responsabilité?

«Les grands responsables des deux côtés ont un moment profond de conscience: celui qui a gagné dit «La victoire est une défaite» et ceux qui ont perdu reconnaissent qu'ils auraient pu empêcher cette guerre. Au moins, dans le Mahabharata, ils ont la force de poser ces questions», souligne Peter Brook.

«Notre vrai public, c'est Obama, Hollande, Poutine et tous les présidents. La question, c'est comment voient-ils leurs adversaires aujourd'hui?» lance-t-il.

Peter Brook récuse le terme de théâtre «politique», lui préférant celui de «responsabilité».

«Quand j'ai fait ma pièce sur la guerre du Vietnam (US, 1966), c'était pour qu'à la fin on sente de manière aigüe notre propre responsabilité, pas pour dire naïvement que ce sont les Vietnamiens qui sont les méchants, ou les Américains, mais qu'on réfléchisse en tant qu'adulte».

«Pour moi, le théâtre, c'est la possibilité pendant une heure ou deux, dans un lieu de concentration, avec le public, de rentrer dans une expérience partagée, pour que chacun sorte nourri dans sa propre réflexion», explique-t-il.

Le théâtre de Peter Brook, qu'il s'agisse d'explorer Shakespeare, Carmen ou La flûte enchantée, est une aventure qui dépasse le simple divertissement, une plongée dans «l'invisible», l'accès à une spiritualité.

«Quand on regarde les informations, on est en colère, plein de dégoût, furieux, mais au théâtre on peut traverser tout ça et sortir plus confiant, plus courageux, en se disant qu'on peut faire face à la vie».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer