Le couronnement de Michel Marc Bouchard

Michel Marc Bouchard... (Photo: Martin Chamberland, archives La Presse)

Agrandir

Michel Marc Bouchard

Photo: Martin Chamberland, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Luc Boulanger
La Presse

La pièce Christine, la reine-garçon de Michel Marc Bouchard est dans la liste des cinq finalistes du Grand Prix de littérature dramatique, qui sera remis le 18 novembre, par le Centre national du théâtre, en France. En janvier, le tournage du film The King Girl débutera en Europe. Sa pièce fait aussi partie de la programmation du prochain festival de Stratford.

Décidément, Christine de Suède porte chance à Michel Marc Bouchard! Après son triomphe la saison dernière au TNM avec Céline Bonnier, l'auteur risque de se voir attribuer un prestigieux prix français remis à un auteur contemporain. La Presse a appris que celui-ci est finaliste du Grand Prix de littérature dramatique.

«J'ai vraiment le cul bordé de nouilles!», a écrit l'auteur sur sa page Facebook, diffusant la nouvelle, hier matin. «Mon éditeur [Leméac] le savait depuis lundi, mais il n'arrivait pas à me joindre, a confié Bouchard, en entretien avec La Presse. Car j'étais en Europe, pour le repérage et la préparation du tournage de The Girl King

Questionné à savoir ce qui explique un tel engouement autour de sa dernière pièce - celle qui fait le plus l'unanimité depuis Les Muses orphelines, en 1988 - , le dramaturge avance qu'il y a le sujet historique, la modernité et la profondeur du personnage royal et énigmatique. «Mais aussi, si j'ose ajouter, l'écriture. La permission que je me donne d'être lyrique.»

Depuis Les feluettes, Michel Marc Bouchard a toujours assumé et revendiqué son lyrisme, son romantisme. Parfois, cela lui a valu des insuccès, voire de l'incompréhension du public. Or, en persistant à explorer les zones troubles de l'âme et le clair-obscur des sentiments, l'auteur natif du Lac-Saint-Jean a fini par s'imposer comme une figure majeure du théâtre québécois dans le monde. Et confondre les sceptiques.

Bouchard au cinéma

Depuis quatre ans, l'auteur Michel Marc Bouchard collabore avec le réalisateur finlandais Mika Kaurismaki à une coproduction tournée en anglais avec une distribution internationale. Le scénario (différent de sa pièce) nous montre la jeune reine avant qu'elle ne renonce au trône, à 28 ans. Le tournage du film débutera en janvier (en Allemagne, en Finlande et en Suède). Il s'étalera sur plus de neuf semaines.

«La reine Christine sera interprétée par l'étoile montante du cinéma suédois, la jeune Malin Buska», annonce Bouchard, qui arrive tout juste d'Europe, où il a visité les lieux de tournage pour la pré-production du film.

«Martina Gedek, l'une des plus grandes actrices allemandes [La vie des autres et bientôt La religieuse] va jouer Marie Élonore, la mère de Christine. Il y a aussi des grands noms français, suédois, canadiens et québécois. Connus de partout. Mais je ne peux plus rien dire... Je suis tenu au silence par contrat.»

Le directeur de la photographie, lui, est connu. Il s'agit de Christopher Doyle (In the Mood for love, Hero). La sortie internationale du long métrage est prévue pour 2015.

Bouchard au festival de Stratford

Une nouvelle production originale de la pièce Christine, la reine-garçon, dans une traduction de Linda Gaboriau (Christine, the Girl-King), sera présentée cet été au prestigieux festival de Stratford, en Ontario.

La mise en scène est signée par Vanessa Porteous, directrice artistique de la compagnie Alberta Theatre Projects à Calgary, et figure respectée du milieu théâtral canadien-anglais.

Soulignons que l'acteur canadien et vedette de Bon Cop, Bad Cop, Colm Feore, va défendre le Roi Lear, l'été prochain à Stratford. Le roi de Shakespeare et la reine de Bouchard, la même saison, au même endroit... À vos agendas!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer