Les 39 marches : drôle de drame!

Les quatre comédiens de la pièce Les 39... (Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse)

Agrandir

Les quatre comédiens de la pièce Les 39 marches: Martin Drainville, Joël Legendre, Diane Lavallée et Patrice Coquereau. Cette équipe de choc a une équipe tout aussi solide à la production avec Denise Robert, Pierre Marchand et Steve Galluccio.

Photo: Édouard Plante-Fréchette, La Presse

Au début du mois de juin, en après-midi à L'Étoile de Brossard, les représentants des médias ont assisté aux répétitions de la comédie policière Les 39 marches. Ce spectacle a tout du blockbuster théâtral de l'été. Il regroupe des gens tant du théâtre que du cinéma, de l'humour et de la musique.

Appelons cela, de l'instinct. Lorsque Denise Robert s'intéresse à un projet, il émane toujours autour une odeur de succès. En 2009, à New York, la productrice a vu The 39 Steps. Elle était accompagnée de l'auteur Steve Galluccio et du réalisateur Émile Gaudreault. Tous les trois ont eu un véritable coup de foudre pour le spectacle de Broadway: «À la sortie, on s'est regardé tous les trois en se disant qu'il fallait monter ça au Québec», se souvient-elle.

De retour à Montréal, Denise Robert a tout de suite appelé Pierre Marchand de Musicor pour lui communiquer son enthousiasme, tout en sachant bien que Marchand, le fondateur de MusiquePlus, baigne davantage dans le monde de la musique que celui du théâtre: «Je lui ai dit qu'il fallait qu'il m'aide à produire le show et qu'il avait cinq minutes pour se décider...»

Et comme c'est tout simplement impossible de répondre non à Denise Robert, Musicor Spectacles s'est associé à celle-ci et à Steve Galluccio pour présenter l'adaptation québécoise de la pièce. Le trio de producteurs fait ici son baptême au théâtre. Pour ce, il a mis le paquet: avec les droits francophones pour tout le Canada, ils espèrent présenter la pièce en tournée au-delà de 2013!

Au début du mois de juin, par un bel après-midi dans le quartier DIX30 à Brossard, les représentants des médias ont assisté à un media call pour voir des extraits de 39 marches, sous le regard intéressé des producteurs.

La pièce créée à Londres est inspirée du film noir et humoristique d'Alfred Hitchcock (réalisé en 1935); lui-même adapté d'un roman de John Buchan. Ça raconte une histoire d'espions lancés dans une chasse à l'homme (Richard Hannay, faussement accusé de meurtre) en Angleterre et en Écosse. Une histoire rocambolesque qui multiplie les cascades, les poursuites en voiture ou en train, les femmes fatales et les politiciens méchants. Mené tambour battant, ce spectacle sans gros décor ni effets spéciaux démontre simplement la magie du théâtre.

La mise en scène a été confiée à un novice dans l'art de Shakespeare, Benoit Pelletier (qui signe aussi l'adaptation québécoise). Mais Pelletier n'est pas un débutant: il a coscénarisé la comédie Le sens de l'humour, collaboré avec les Claudine Mercier, Martin Matte, Mario Jean, François Morency, et il enseigne à l'École nationale de l'humour.

Dans la distribution, on retrouve Joël Legendre qui remonte sur les planches après huit ans de télévision et de radio. «Depuis que je fais ce métier-là (25 ans), je n'avais jamais eu de premier rôle», dit-il, visiblement comblé d'interpréter Richard Hannay, «un genre de héros dans la lignée des James Bond, Simon Templar et autres gentlemen au flegme british» ...

Les trois autres acteurs interprètent une cinquantaine de personnages. Ils sont des génies comiques qu'on a pu souvent applaudir au théâtre: Diane Lavallée, Martin Drainville et Patrice Coquereau. «Ce sont tous des virtuoses et mes premiers choix», explique le metteur en scène. «Correction. J'avais pensée à Jim Carey... mais il ne parle pas très bien français! (rires) Pour ce genre de spectacle, très rythmé, il faut des acteurs avec une âme comique, un clown intérieur pour injecter une dose de comédie sans effort», ajoute-t-il.

«C'est très très physique comme jeu, explique Patrice Coquereau. C'est comme si tu jonglais avec 20 balles à la fois et que tu ne pouvais pas en échapper une... Nous avons répété, répété et répété. Plus de 200 heures! Le texte est réglé comme une partition.»

La formule des 39 marches a fait un tabac pas seulement à New York, Londres et Paris... mais dans plus de 26 pays. Le spectacle a récolté des tonnes de prix depuis la création londonienne, il y a cinq ans. Parions que l'instinct de Denise Robert sera aussi bien servi par le timing comique québécois.

___________________________________________________________________________

Les 39 marches, au Théâtre Hector-Charland de L'Assomption, du 15 au 17 juin, et à L'Étoile de Brossard, du 4 au 21 juillet. En tournée à l'automne 2012 et à l'hiver 2013.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer