La belle et la bête a la faveur des abonnés

Benoît McGinnis et Anne-Marie Cadieux ont reçu les... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Benoît McGinnis et Anne-Marie Cadieux ont reçu les prix d'interprétation Gascon-Roux, le premier pour Hamlet et la seconde pour Le dieu du carnage.

Photo André Pichette, La Presse

L'adaptation faite par Michel Lemieux et Victor Pilon du conte La belle et la bête a eu la cote auprès des abonnés du TNM qui lui ont décerné trois des prix Gascon-Roux hier. La remise de prix a aussi été l'occasion pour le théâtre de dévoiler les expositions, lectures et autres activités mises sur pied pour souligner ses 60 ans.

La belle et la bête s'est essentiellement distingué pour ses qualités visuelles: éclairages (Alain Lortie), conception de décor (Anne Séguin-Poirier) et «création, mise en scène et conception visuelle» (Michel Lemieux et Victor Pilon). Rappelons que ce spectacle misait sur une technologie qui donnait l'impression que les acteurs en chair et en os interagissaient avec des personnages virtuels.

Benoît McGinnis, qui a campé un Hamlet vif sous la direction inspirée de Marc Béland, a reçu le prix Gascon-Roux de l'interprétation masculine. Du côté des actrices, les abonnés du TNM ont craqué pour Anne-Marie Cadieux, l'une des bourgeoises du Dieu du carnage de Yasmina Reza.

Pierre Benoît a été primé pour les arrangements musicaux de L'opéra de quat' sous de Brecht, présenté dans une mise en scène lisse mais révélatrice de Robert Bellefeuille. Un autre artisan de cette production, l'éclairagiste Erwann Bernard, s'est démarqué en remportant le Prix de la relève Olivier Reichenbach. Il met la main sur une bourse qui s'élève désormais à 5000$ au lieu de 3000$.

Soixante ans bien sonnés

La bonification de cette bourse n'est pas le seul geste fait par la direction du TNM en cette année où le théâtre institutionnel célébrera ses 60 ans d'activité. Lorraine Pintal, sa directrice artistique depuis 20 ans, a aussi décidé «de manière unilatérale», souligne-t-elle en riant, d'instaurer une bourse à la création destinée aux auteurs.

Michel Marc Bouchard, qui prépare une pièce pour la saison 2012-2013 du TNM, en est le premier bénéficiaire. Les liens de ce dramaturge avec le TNM sont anciens. Il est en effet le premier auteur québécois que Lorraine Pintal a mis au programme (Le voyage du couronnement, en 1995) lorsqu'elle a pris les rênes du théâtre cofondé par Jean Gascon et Jean-Louis Roux.

Les 60 ans du TNM seront soulignés par deux expositions cet automne. La première est consacrée au photographe de scène André Le Coz, très présent au TNM de 1966 à 1983, et se tiendra dans la salle de répétition du théâtre du 30 septembre au 7 octobre. L'autre, intitulée Passeur de personnage, misera sur les archives du théâtre et sera présentée dans le hall de la Grande Bibliothèque dès le 11 octobre. Lorraine Pintal animera en outre une série d'entretiens radiophoniques à CIBL articulée autour des «couples célèbres au TNM».

La directrice artistique du TNM a profité d'une rencontre de presse tenue hier après-midi pour assurer que la controverse suscitée au printemps par la présence de Bertrand Cantat dans la distribution d'un spectacle mis en scène par Wajdi Mouawad n'a pas eu d'effet négatif sur les abonnements.

Elle a également remis de l'avant ce qu'elle appelle la «phase deux» des rénovations du TNM, en soulignant avoir l'espoir de récolter environ 10 millions en subventions pour la reconfiguration des aires d'accueil et de service du TNM, ainsi que l'aménagement d'un entrepôt et d'une deuxième salle de répétition d'ici 2014.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer