Avudo: le fleuve raconté par Daniele Finzi Pasca

Avudo sera un spectacle multimédia de 30 minutes qui racontera... (Image fournie par la compagnie Finzi Pasca)

Agrandir

Avudo sera un spectacle multimédia de 30 minutes qui racontera l'histoire de Montréal à travers son fleuve.

Image fournie par la compagnie Finzi Pasca

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le metteur en scène Daniele Finzi Pasca a détaillé hier le contenu du spectacle multimédia Avudo qui sera présenté à partir du 17 mai dans le Vieux-Port de Montréal, dans le cadre du 375e anniversaire de la métropole.

À peu près toute l'équipe de concepteurs de la compagnie Finzi Pasca était réunie hier matin dans ses bureaux montréalais pour détailler ce projet de spectacle multimédia commandé il y a près de deux ans par Gilbert Rozon pour le 375e anniversaire de Montréal. Maria Bonzanigo, Hugo Gargiulo, Alexis Bowles, Geneviève Dupéré...

La grande absente, Julie Hamelin, cofondatrice de la compagnie et amoureuse de Daniele Finzi Pasca, a copiloté ce projet jusqu'à sa mort, il y a près d'un an. La conceptrice et productrice québécoise (qui a aussi cofondé le Cirque Éloize) a, rappelons-le, succombé à l'âge de 43 ans à des problèmes cardiaques.

Le metteur en scène suisse-italien, encore ébranlé par son départ, n'a pas manqué de souligner son apport, présentant Avudo comme son dernier legs.

«C'était important pour elle de parler de sa ville, a-t-il insisté. Toutes les intuitions qui nous ont portés à définir ce spectacle (comme d'autres) viennent de Julie. C'est donc quelque chose qu'on doit terminer avant de faire autre chose. Elle aimait faire rayonner sa terre, et même si elle n'est plus là, Montréal va rester un endroit important pour la compagnie.»

Habitué des spectacles à grand déploiement - Finzi Pasca a conçu le spectacle de la cérémonie de clôture des Jeux olympiques de Sotchi et de Turin -, le metteur en scène a quand même opté pour une formule intimiste. Ce sont en effet environ 1800 personnes qui pourront assister (assis) à ce spectacle extérieur gratuit.

Des illustrations, animations et documents d'archives seront projetés... (Image fournie par la compagnie Finzi Pasca) - image 2.0

Agrandir

Des illustrations, animations et documents d'archives seront projetés sur quatre écrans d'eau (appelés queues de paon) déployés au centre du bassin ainsi que sur des colonnes formées de 94 conteneurs (dont une tour de 11 étages!).

Image fournie par la compagnie Finzi Pasca

Plus que des jets d'eau

Avudo, donc, sera un spectacle multimédia de 30 minutes qui racontera l'histoire de Montréal à travers son fleuve. «Ce lieu central dans l'histoire de la ville», nous dit Finzi Pasca. Les éléments scénographiques seront déployés dans le bassin King-Edward, juste à l'ouest du Centre des sciences, le long du quai des convoyeurs.

En clair, des illustrations, animations et documents d'archives seront projetés sur quatre écrans d'eau (appelés queues de paon) déployés au centre du bassin ainsi que sur des colonnes formées de 94 conteneurs (dont une tour de 11 étages!). La tour des convoyeurs sera également habillée d'un tulle pour faciliter les projections.

La musique a été composée par Maria Bonzanigo, qui s'est notamment inspirée d'une pièce de Charles d'Albert interprétée le jour de l'inauguration du pont Victoria. Elle a été enregistrée avec l'Orchestre métropolitain et les Petits Chanteurs du Mont-Royal (à l'église Saint-Jean-Baptiste), qui interpréteront entre autres À la claire fontaine.

«Avudo, c'est un peu le regard qui passe à travers les yeux d'un enfant, qui voit défiler tout ce qui s'en vient. C'est aussi le regard de Julie sur sa ville.»

Pas un cours d'histoire

Daniele Finzi Pasca, qui renoue avec le thème de l'eau qui traverse à peu près tous ses spectacles (de Rain d'Éloize à Luzia du Cirque du Soleil), n'a pas voulu faire un «son et lumière» historique, avec un récit chronologique.

«On voulait raconter le port et le fleuve de façon plus émotionnelle, en faisant ressentir tous les petits détails qui ont marqué cette histoire. On aborde, par exemple, des fragments de vie de personnages-clés, mais pas si présents dans les livres d'histoire, mais toujours en donnant un peu l'impression d'être dans un rêve...»

La directrice du contenu artistique, Geneviève Dupéré, donne l'exemple de la première envolée d'une montgolfière ou de la taverne Joe Beef, fréquentée à l'époque par de jeunes ouvriers irlandais. «On a aussi découvert qu'il y avait beaucoup de spectacles à Montréal comme le Futurity Winner des États-Unis, où l'on pouvait voir des chevaux sur des tapis roulants!»

«On se base sur des faits historiques, a-t-elle dit, mais on s'intéresse surtout aux effets qu'ont pu ressentir les gens, par exemple en voyant un ballon s'envoler pour la première fois. Avec Julie, on a découvert plein d'histoires et d'anecdotes, dont certaines venaient d'elle ou de ses parents.»

«Toute la compagnie a vécu un deuil avec le départ de Julie, nous confie Daniele Finzi Pasca, qui vit à Lugano. Le deuil partagé nous a permis de se sentir moins seul, mais ça a été très difficile. Aujourd'hui encore, ce n'est pas facile d'être à Montréal», a avoué le metteur en scène qui a également créé un spectacle hommage à sa compagne, Per te., qui devrait être présenté à Montréal d'ici à l'année prochaine.

____________________________________________________________________________

Du 17 mai au 2 septembre, au quai des Convoyeurs. Les gens pourront réserver leurs billets à partir du 27 mars.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer