Laurent Paquin: plus libre que jamais

Plus heureux, plus à l'aise et surtout plus... (Photo Ivanoh Demers, La Presse)

Agrandir

Plus heureux, plus à l'aise et surtout plus libre que jamais sur scène, Laurent Paquin ser de retour l'automne prochain avec un quatrième spectacle qui l'amènera hors de sa zone de confort.

Photo Ivanoh Demers, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En avril 2015, Laurent Paquin s'est lancé dans un projet qui allait changer sa vie: l'ouverture du Bordel Comédie Club, rue Ontario. Un nouveau terrain de jeu pour l'humoriste, mais surtout l'occasion de vivre une seconde lune de miel avec la profession.

«J'ai plus de fun aujourd'hui que j'en ai eu au cours des 20 dernières années. Je suis beaucoup moins préoccupé par la peur de déplaire. J'ai un petit côté "j'm'en crisse" que je n'avais pas auparavant», lance-t-il d'entrée de jeu.

«J'ai l'impression d'être retourné aux sources, de m'éloigner d'un chemin qui m'aurait amené à me répéter, où je serais devenu blasé et pantouflard. Ça m'a rappelé le plaisir de monter sur scène quand j'étais plus jeune et que je n'avais que 15 minutes pour me prouver», ajoute l'humoriste qui promet de revenir à la pure tradition du stand-up avec Déplaire.

Le risque de déplaire

Plus heureux, plus à l'aise et surtout plus libre que jamais sur scène, Laurent Paquin sera donc de retour l'automne prochain avec un quatrième spectacle qui l'amènera hors de sa zone de confort.

 J'assume un peu plus l'idée de ne pas faire l'unanimité. Cette réflexion est partie d'un message d'une dame qui était déçue d'un numéro hommage que j'avais fait à Jean-Marc Parent, intitulé Va chier, Jean-Marc. Je lui avais écrit: "Décevoir des gens est un risque de mon métier et je dois vivre avec cela. Personnellement, je suis très fier de ce numéro"», raconte l'humoriste pour qui se renouveler après 20 ans de carrière est au centre de ses préoccupations.

«J'ai l'impression d'être à un tournat dans ma carrière, que ce spectacle va donner envie aux gens de continuer à me suivre ou non.»

Incarner la duchesse

Près de 15 ans après Chicago, Laurent Paquin renouera également cette année avec la comédie musicale en incarnant la duchesse de Langeais dans Demain matin, Montréal m'attend.

«Dans un monde idéal, j'aurais dit: "On peut faire ça l'année prochaine?" Mais c'est une occasion qui ne se représentera jamais. Tu prends le bateau qui passe et tu embarques tout de suite! Quand j'ai fait Chicago, je me trouvais déjà chanceux: des rôles pour mon casting, il n'y en a pas des tonnes, alors en plus que je ne suis pas chanteur. Je ne peux pas me permettre de manquer ça», précise le comédien qui vient de commencer des cours de chant avec Monique Cardinal, connue comme étant «la coach de Céline Dion».

«Étrangement, mon plus grand défi n'est pas le chant, mais le fait que je ne suis pas comédien. On me connaît comme humoriste et j'ai toujours cette inquiétude que les gens voient sur scène Laurent Paquin déguisé en femme», explique-t-il quelques jours avant les premières répétitions.

Son actualité

> L'humoriste présentera son spectacle Déplaire au Monument-National du 8 au 11 novembre et en tournée.

> Il incarnera la duchesse de Langeais sur les planches du Théâtre du Nouveau Monde dans Demain matin, Montréal m'attend dès le 17 juin.

> Il sera à la barre de son 14Gala Juste pour rire avec une soirée consacrée à l'humour engagé, les 17 et 18 juillet.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer