P.K. Subban promet de faire rire à Just for Laughs

P. K. Subban lors d'un match des Cavaliers,... (PHOTO PC)

Agrandir

P. K. Subban lors d'un match des Cavaliers, à Cleveland, le 25 mai dernier.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Juste pour rire
Juste pour rire

Nos articles sur le Festival Juste pour rire. »

Bill Beacon
La Presse Canadienne
Montréal

Si P.K. Subban était mal à l'aise à l'idée de revenir à Montréal pour un spectacle d'humour après avoir été échangé en juin, il l'a très bien caché.

«Pas vraiment, parce que je ne pense que pas j'étais simplement un joueur de hockey quand je jouais ici», a raconté un Subban détendu et souriant, lundi, lors d'une conférence de presse quelques heures avant qu'il anime le spectacle All-Star Comedy Gala dans le cadre du festival Just For Laughs.

Le Canadien de Montréal a surpris le monde du hockey et plusieurs de ses partisans en échangeant Subban, probablement le joueur le plus populaire de l'équipe, aux Predators de Nashville en retour du défenseur Shea Weber, le 29 juin.

Subban n'a pas rayonné que sur la patinoire au cours de ses sept saisons avec le Canadien. Il a aussi brillé dans la communauté grâce à sa personnalité énergique et flamboyante et en promettant 10 millions $ à la Fondation de l'Hôpital de Montréal pour enfants.

Le natif de Toronto avait accepté d'animer le gala de fermeture du festival Just For Laughs avant son transfert, mais il n'allait pas laisser filer l'occasion de fouler les planches avec plusieurs grands humoristes. La salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts sera à guichet fermé et les profits de la soirée seront remis à la Fondation de l'Hôpital de Montréal pour enfants.

Il n'a pas voulu dévoiler les blagues qu'il allait raconter, mais a précisé qu'il ne prévoyait pas lancer de flèches à l'équipe qui l'a échangé.

«Si les gens s'attendent à me voir insulter des joueurs ou des entraîneurs, ils vont être déçus, a dit Subban. C'est une belle soirée pour redonner à la communauté.»

Subban a un don pour divertir les gens, et pas seulement sur la glace. Quand il s'est rendu à Nashville quelques jours après la transaction, il a été filmé dans un bar alors qu'il chantait du Johnny Cash.

«Si on m'avait dit au début de l'année que je chanterais sur une scène à Nashville ou que j'allais animer un gala d'humour, j'aurais probablement dit non, mais rien n'est impossible, a-t-il raconté. Mais c'est pour une bonne cause. C'est pour collecter des fonds pour les enfants.»

Le président du festival Just For Laughs, Bruce Hills, a mentionné qu'il avait lancé l'invitation à Subban après l'avoir vu animer le gala de la LNH à Las Vegas, en juin.

«Il est plus qu'un joueur de hockey, il est un véritable tour de force, a dit Hill. Il a tellement de charisme.

«C'était une soirée un peu rock n» roll, mais il s'en était bien sorti. Il a une belle présence, un bon sens de l'humour et il travaille fort. C'était une décision facile.»

Certains croient que la personnalité de Subban et ses nombreux intérêts à l'extérieur du hockey expliquent au moins en partie pourquoi le Canadien a décidé de l'échanger, même si le directeur général Marc Bergevin et tous les joueurs de l'équipe ont refusé de dire publiquement que le numéro 76 était une distraction.

«Si quelqu'un me dit que je suis une distraction, alors je vais avoir une discussion avec lui, mais personne ne m'a dit ça jusqu'ici, a souligné Subban. Je ne crois pas aux rumeurs.

«S'il y a des rumeurs, c'est peut-être parce qu'il y a une raison, mais on ne connaît pas ces raisons. En fin de compte, je ne peux pas commenter une chose que personne ne m'a dit directement. Si quelqu'un veut m'en parler, je vais ensuite pouvoir commenter.»

Les opinions sont partagées sur l'équipe gagnante de l'échange.

Subban est près de quatre ans plus jeune et de loin le meilleur patineur et manieur de rondelle, tandis que Weber est plus robuste et marque plus de buts en avantage numérique.

Le directeur général Marc Bergevin aime aussi le leadership de Weber.

Subban a préféré ne pas se mêler au débat.

«Je me fous de ce que les gens pensent, a-t-il dit. Je veux simplement travailler fort et aider mon équipe à gagner.

«Je n'ai pas le temps de m'asseoir et écouter les analyses à la télévision. L'important, c'est ce que vous faites sur la patinoire. On a vu ce qui s'est passé avec Phil Kessel, qui a été échangé, et beaucoup de choses ont été dites à son sujet. Je le connais bien et il a bien géré la situation. Je vais faire la même chose.

«Peut-être que les gens vont encore en parler l'année prochaine, mais pas moi.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer