Alice transportée au pays des merveilles numériques

Damon Albarn... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Damon Albarn

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Edouard Guihaire
Agence France-Presse
Londres

Chat de Chester en images de synthèses, pixels et réseaux sociaux: pour les 150 ans de la publication d'Alice aux pays des merveilles, le rockeur Damon Albarn entraîne l'indémodable icône surréaliste dans une comédie musicale ébouriffante sous perfusion numérique.

Librement inspiré du chef-d'oeuvre de Lewis Carroll, le spectacle de presque deux heures et demie, intitulé wonder.land, à la manière d'un courriel, est joué depuis le début de la semaine au National Theatre de Londres. Il rejoindra ensuite le Théâtre du Châtelet à Paris en juin 2016.

Cette comédie musicale aux airs d'opéra-rock débute dans la chambre d'Aly (Lois Chimimba), jeune ado métisse complexée, en conflit avec ses parents et harcelée par ses camarades de classe qui tentent de détruire sa réputation en publiant des messages insultants sur les réseaux sociaux.

Pour s'évader, la jeune fille se connecte avec son téléphone cellulaire sur wonder.land, un monde virtuel recréant le «pays des merveilles» à qui le révérend anglais Charles Lutwidge Dodgson - le vrai nom de Lewis Carroll - donna naissance il y a un siècle et demi, en 1865.

Dans cet univers de pixels qui lui promet «de réaliser ses rêves», Aly crée «Alice», son avatar, en lui prêtant les qualités dont elle se croit dépourvue: la beauté, l'intelligence, l'aptitude à être aimée.

Chat de Chester sur téléphone intelligent

Cette première scène donne le ton: lorsqu'Aly pianote sur les touches de son téléphone, les images numériques de wonder.land sont projetées sur un écran et interagissent avec les comédiens.

L'extravagant Chat de Chester devient ainsi un matou gigantesque en images de synthèse.

Résolument tournée vers le numérique, la mise en scène du réalisateur Rufus Norris entend illustrer les rapports sociaux induits par les nouvelles technologies, ou comment les appareils mobiles connectés deviennent des prolongements de nous-mêmes, de nos aspirations.

Wonder.land traite aussi des maux de l'adolescence, de la difficulté à se construire une identité, à s'accepter: «Je déteste ce que je suis», dit Aly.

L'inspiration, Damon Albarn (Blur, Gorillaz), qui a écrit la musique mais ne fait pas lui-même partie du spectacle, l'a puisée au sein de sa propre famille.

«L'idée d'installer (le spectacle dans un monde virtuel) est une réaction à la relation de ma fille aux réseaux sociaux et aux autres choses qu'elle regarde sur internet et que je ne comprends pas toujours», explique-t-il.

«Irrésistible»

Le chanteur britannique signe une bande-son ambitieuse, presque torturée, mêlant rock et fanfare, instruments traditionnels et sons électroniques, bruitages de jeux vidéo, le tout saupoudré d'un lyrisme mélancolique rappelant son opéra Dr. Dee.

«Nous voulions que la musique ait une double identité, qu'elle soit une articulation entre les ordinateurs et le monde réel. J'ai essayé d'y insuffler un peu de folie, tout en gardant un côté pop», dit Damon Albarn, peu amène envers les comédies musicales à l'affiche dans le West End, le quartier des théâtres londoniens.

Présentée cet été en avant-première mondiale au Festival international de Manchester, la comédie musicale a été plutôt bien accueillie par les critiques britanniques.

«Wonder.land est la meilleure et la plus étrange comédie musicale familiale britannique depuis longtemps, et devrait se révéler irrésistible pour ceux qui sauront réveiller l'adolescent qui sommeille en eux», écrit le Sunday Times.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer