Tournée de l'École nationale de l'humour: en quête de gloire

Les metteurs en scène Serge Postigo et Alexis... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

Les metteurs en scène Serge Postigo et Alexis Cadieux, tous deux à l'arrière, ont encadré tout au long de l'année les 11 finissants de l'École nationale de l'humour, soit Marc-André Beaulieu, Antoni Rémillard, Nicolas Audet, Célia Gaudreau, Daniel Pinet, Gabriel Prévost, Rosalie Vaillancourt, Roman Frayssinet, David Foh, Éliane Trahan et Anas Hassouda.

Photo: François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Onze nouveaux humoristes sont sortis de l'École nationale de l'humour ce printemps. Trois filles et huit gars. En tournée au Québec depuis le 26 mars, ils présenteront, jeudi au Club Soda, leur spectacle de fin d'études, mis en scène de façon très originale par Serge Postigo.

C'est la première fois que Serge Postigo travaille avec l'École nationale de l'humour. Le comédien de 46 ans a encadré les 11 élèves de deuxième année depuis septembre. Il a coordonné la préparation de leur show de Noël et leur a inculqué ses connaissances en art dramatique. Depuis janvier, il a élaboré avec eux leur spectacle de fin d'études de 90 minutes qui sera présenté au Club Soda jeudi.

La Presse a constaté, lors des répétitions, combien le courant a bien passé entre les élèves et leur «professeur». L'ambiance de travail était à la fois détendue et sérieuse. Serge Postigo et son assistant Alexis Cadieux, responsable des textes, avaient visiblement du plaisir à travailler avec ces jeunes âgés de 20 à 34 ans.

«C'est une expérience très enrichissante, dit Serge Postigo. Ils sont très attachants. Et puis, c'est comme quand on a un enfant et que ça te fait réfléchir à ton propre père. Quand tu enseignes, ça te fait penser à l'étudiant que tu étais.»

Figurer les mots

Lors des répétitions, chaque étudiant présentait seul son projet de numéro sur scène. Puis, il recevait les critiques de Serge Postigo, d'Alexis Cadieux et de ses collègues qui n'hésitaient pas à dire le fond de leur pensée.

Les recommandations étaient formulées sans laisser poindre le moindre excès d'autorité, ce qui donnait à la répétition des airs de réflexions interactives agréables à suivre et qui semblent porter leurs fruits.

«Pour moi, c'est essentiel, car c'est comme ça que je travaille avec des professionnels, dit Serge Postigo. Je suis là pour orienter les échanges et les réflexions.»

Un spectacle inédit

Le spectacle de cette année est moins conventionnel. «On a opté pour un contexte dramatique, dit Serge Postigo. Le spectacle est une histoire dans laquelle les numéros ont été intégrés.»

L'histoire est celle de 11 élèves de l'École de l'humour. Ils sont en tournée au Québec quand leur avion s'écrase dans une forêt. Survivants, ils se retrouvent isolés durant trois mois en pleine nature. «Ils recréent alors une société avec de nouveaux codes afin de vivre dans la forêt, explique Serge Postigo. Ils se racontent une légende un soir autour du feu, et ça débute comme ça. Tous les numéros se succèdent ensuite, comme dans une pièce de théâtre.»

Serge Postigo a fait travailler très fort ses 11 blancs-becs de l'humour! Ils ont dû écrire non seulement les textes de leurs numéros, mais aussi les liens entre ces numéros.

Les élèves ont choisi d'intituler leur spectacle 11 vies, un clin d'oeil à 30 vies et au fait que la tournée et leurs espoirs de devenir des humoristes est l'aventure d'une vie.

Pas comme les autres

Comment Serge Postigo trouve-t-il ces 11 jeunes de la relève? «Ils ont l'instinct de vouloir faire les choses autrement, répond-il. Ce qui me rassure, c'est que quand je les vois écrire et jouer, je ne vois pas des humoristes connus. Ce ne sont pas des émules.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer