Philippe Bond: adulescent responsable

À 35 ans, c'est déjà le temps d'un bilan pour Philippe Bond. Dans son deuxième... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Photo: David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À 35 ans, c'est déjà le temps d'un bilan pour Philippe Bond. Dans son deuxième spectacle solo, présenté à partir de mercredi au Théâtre St-Denis, l'humoriste revient sur ses débuts, ses mauvais coups avec ses chums, mais aussi son envie d'être père.

Dans son tout premier spectacle, en 2010, Philippe Bond s'était présenté en parlant de sa famille. Cette fois, il veut offrir au public un spectacle beaucoup plus personnel. «Je veux que les gens comprennent pourquoi j'ai voulu devenir humoriste», dit-il.

Philippe Bond reviendra ainsi sur les premiers petits boulots qu'il a dû enchaîner (de paysagiste à travailleur dans la construction, en passant par laveur de vitres) avant de trouver le courage de tenter sa chance à l'École nationale de l'humour. «Je raconte mes premières expériences de scène à ma sortie de l'ENH en 2002, comme mon pire spectacle à vie dans une prison un 24 décembre!» se souvient-il.

Les gars de Fabreville

Depuis l'école primaire, Philippe Bond a toujours gardé les mêmes amis, ses chums de Fabreville qu'il retrouve à la première occasion.

«On change, on vieillit, certains ont des enfants. Mais une fois par semaine, les blondes donnent des laissez-passer pour qu'on aille souper tous ensemble. J'ai un gros volet sur mes amis dans le spectacle, car c'est grâce à eux que je reste terre à terre», explique l'humoriste.

Philippe Bond consacre même un sketch de sept minutes à son ami Jean-Luc, source intarissable de gags à qui il souhaitait rendre hommage dans son spectacle. «Il est très drôle sans le savoir! C'est un gars à qui il arrive plein d'affaires et je fais un pot-pourri de ses meilleures anecdotes, s'exclame-t-il. J'ai un autre de mes amis qui s'est marié l'an dernier à Cuba avec sa copine. On lui a fait une surprise en allant tous le rejoindre. Je raconte ce périple digne du film Hangover», ajoute Philippe Bond en souriant.

Faire le point

Bien conscient que sa réputation d'adulescent le précède, Philippe Bond n'hésitera pas sur scène à faire le point sur sa vie de mi-trentenaire. «Mes amis ont des enfants et pas moi. Je trouve ça un peu difficile. J'ai mes dimanches de congé et j'en profite pour m'occuper de mes neveux: on fait des tours de quatre-roues et je leur achète des autos téléguidées. Mais le lundi, je joue encore au hockey avec mes chums», dit-il.

Philippe se serait-il découvert la fibre paternelle ou serait-il un éternel adolescent? «Les deux. Je suis bon avec les jeunes! J'arrive chez mes amis et il y a 10 enfants qui courent partout. Je me demande pourquoi ils m'invitent encore! Je ressens d'ailleurs le jugement des blondes de mes amis. Pourtant, je travaille tellement fort: je me lève à 3h30 du matin pour faire de la radio, je fais de la télé le jour et le soir, je suis sur scène. Tant qu'à avoir une blonde et faire des enfants pour ne pas m'occuper d'eux, je préfère attendre», confie-t-il.

Alors que son contrat avec la station de radio NRJ prendra fin en juin 2015, Philippe Bond ne sait pas encore s'il souhaite poursuivre l'aventure matinale.

«Je me pose beaucoup la question. C'est épuisant. Si je veux avoir des enfants, je vais devoir choisir entre la radio, la télé et la scène. Mais jamais je ne laisserai tomber les shows. Du lundi au vendredi, je n'ai pas de vie. À 8h30, mes yeux se ferment. L'été prochain, je vais recommencer à vivre! Je vais aller faire mes shows et avoir du fun. Je n'aurai pas d'autres projets que de rencontrer quelqu'un et de faire des enfants!» conclut-il en riant.

______________________________________________________________________________

Du 23 au 25 octobre au Théâtre St-Denis. Script édition: Sylvain Larocque; mise en scène: Joseph St-Gelais; décors et scénographie: Yves Aucoin.

Nouvelle émission à TVA

C'est un show qui me ressemble beaucoup. Il y a quelques années, Sylvain Larocque et moi avions déjà pensé à quelque chose d'assez similaire. Je participe à la création et tout ce que je peux dire, c'est que ça va être très drôle! J'ai reçu un appel de TVA qui m'offrait ce projet sur un plateau d'argent. Alors j'ai accepté comme l'aurait fait n'importe quel autre animateur ou humoriste pigiste. Je n'avais aucune nouvelle de V concernant Allume-moi. Ils attendent à la dernière minute d'avoir les cotes d'écoute pour décider s'ils vont renouveler.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer