Controverse Dieudonné: Nabila Ben Youssef a peur

Nabila Ben Youssef... (Photo: Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Nabila Ben Youssef

Photo: Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'humoriste québécoise Nabila Ben Youssef présente, chaque samedi jusqu'en mars, un spectacle d'humour, Nabila, rebelle non halal, dans un petit théâtre de la capitale française. Se produisant alors qu'enfle la controverse entourant les propos de l'humoriste français Dieudonné, elle explique à La Presse que l'atmosphère en France n'est pas très agréable actuellement et qu'elle a eu peur à plusieurs reprises des réactions des spectateurs.

«Je ne reconnais plus la France, dit Nabila Ben Youssef, jointe au téléphone à Paris. On est chanceux au Québec d'avoir la liberté de dire ce qu'on veut. En France, l'atmosphère n'est vraiment pas saine. C'est la peur qui règne, ici. La peur de tout le monde et entre tout le monde. Ce n'est pas juste les juifs: on n'a pas le droit de parler de qui que ce soit. On m'accuse même d'islamophobie!»

D'origine tunisienne, Nabila Ben Youssef dit que des spectateurs ont déjà quitté la salle du Théâtre Popul'Air du Reinitas où elle se produit, tous les samedis soirs, dans le 20e arrondissement de Paris. «Des gens partent pendant le show parce qu'ils sont enragés quand je commence à parler de Mahomet dans mon numéro sur le voile et sur le niqab. Les gens n'acceptent même pas que je parle du niqab! C'est terrible. Des spectateurs n'osent même pas rire. Ce n'est pas vivable du tout.»

Nabila Ben Youssef a également présenté son numéro sur le voile sur une scène extérieure de la capitale française. Les choses ne se sont pas bien passées.

«J'ai dû partir avant la fin, car j'ai eu peur, dit-elle. Je te jure. Je suis partie avant que le public ne sorte, pour sauver ma peau. Une personne m'a dit que j'étais courageuse de faire ça ici, en France, car elle m'a dit qu'une fille qui avait parlé des intégristes, une fois, avait failli recevoir de l'acide au visage. C'est incroyable ici, ça fait vraiment peur. Et la semaine dernière, quand j'ai fait mon show, j'ai vraiment eu la trouille.»

L'humoriste établie au Québec depuis 18 ans dit avoir hâte de rentrer à Montréal. «On est mieux chez nous! dit-elle. Mais c'est vrai que je ne pensais pas que c'était à ce point-là. Dieudonné n'a jamais eu autant de succès qu'aujourd'hui. Il en rajoute parce que ça lui fait plaisir et ça fait sa célébrité. Plus les médias parlent de lui, plus il remplit ses salles. Dans son théâtre parisien, les gens sont même assis entre les rangées car ils veulent absolument assister à son spectacle, surtout des jeunes de banlieue et des gens qui veulent entendre des blagues sur les juifs et qui viennent le voir parce qu'il ose le faire. C'est épouvantable. Et il a le public avec lui. Les jeunes capotent sur lui.»

Par contre, Nabila ben Youssef n'est pas favorable à ce qu'on interdise les spectacles de Dieudonné.

«L'artiste doit avoir la liberté de dire ce qu'il pense, dit-elle. Je suis un esprit libre, donc je dois défendre la liberté de penser.» Toutefois, elle ajoute qu'elle est opposée aux «insultes gratuites» proférées durant un spectacle d'humour. «Je suis pour une dénonciation saine et intelligente», dit-elle.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer