Affaire Dieudonné : Mike Ward inquiet pour la liberté d'expression

Mike Ward... (Imacom, Julien Chamberland)

Agrandir

Mike Ward

Imacom, Julien Chamberland

À la suite de l'annonce la semaine dernière de l'annulation des représentations au Théâtre Corona de Montréal de Rendez-nous Jésus, le plus récent spectacle solo de Dieudonné, Mike Ward se dit inquiet pour la liberté d'expression au Québec.

«Ce que je trouve plate, c'est qu'on dirait que la liberté d'expression n'est pas importante pour nous. Je ne connais pas Dieudonné et je ne sais pas si dans la vie, il est antisémite ou non, mais ce qui s'est passé en Belgique m'a traumatisé, car ça m'a fait penser à Lenny Bruce aux États-Unis dans les années 50», précise Mike Ward.

Les autorités belges ont en effet interrompu l'un des spectacles de Dieudonné à Bruxelles pour «incitation à la haine raciale» et «antisémitisme» la semaine dernière en mobilisant 200 policiers. C'est à la lumière de cet incident, et après avoir reçu, il y a un mois, une lettre de la part du Centre des affaires israéliennes et communautaires juives questionnant le choix de recevoir Dieudonné au Corona, que le propriétaire de la salle, evenko, a laissé savoir au controversé humoriste français, dans une lettre datée du 10 mai, qu'il mettait fin au contrat de location de la salle.

Martin Petit a lui aussi réagi à cet incident: «La rumeur qui court voulant que la communauté juive de Montréal ait fait annuler les spectacles de Dieudonné m'inquiète #enquête #censure», a-t-il indiqué sur son compte Twitter.

«Je sais que je suis le prochain sur la liste», s'amuse Mike Ward. «Quand Jeff Fillion avait eu son problème avec le CRTC, j'ai été le seul à mettre une bannière sur mon site. Je ne le connaissais pas, mais la liberté d'expression est essentielle. Ce n'est pas le propos de Dieudonné que je défends, mais l'idée qu'on puisse dire des choses qui choquent dans un pays libre», précise le controversé humoriste québécois, qui avait mentionné sur son compte Twitter mardi: «Bravo @evenko d'avoir annulé les shows à Dieudonné... hâte de retravailler pour quelqu'un qui n'a aucun respect pour la liberté d'expression».

En toute légalité?

Rejoint en Belgique, Sébastien Courtoy, avocat de Dieudonné, affirme que rien ne ferait mention, dans les textes de l'humoriste, de propos xénophobes où d'incitation à la haine raciale.

«À Montréal, on ne veut pas donner l'impression qu'on accepte un antisémite pour le laisser venir déverser sa haine, explique l'avocat. Selon la loi, on ne peut s'attaquer à une race, une nationalité ou une ethnie. Par contre, la liberté d'expression garantie par la Cour européenne des Droits de l'Homme dit qu'on peut s'attaquer à une doctrine politique ou un mouvement politique dans les termes les plus durs. Si Dieudonné dit que les juifs sont des cafards, il y a incontestablement un problème. Par contre, s'il dit que les sionistes sont des cafards, juridiquement, il n'y a rien à y redire.»

En avril dernier, le tribunal de grande instance de Paris a validé la diffusion et la vente de L'antisémite, un long métrage de Dieudonné dans lequel une femme atteinte d'un cancer demande à son mari qu'il se fasse psychanalyser par un juif pour soigner son antisémitisme.

«Plus on le met au pas, plus il se radicalise. C'est vrai, Dieudonné y va fort. Il est antisioniste, il le revendique et il en a le droit. Et il en paye aussi le prix», conclut Me Courtoy.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer