Radio-Canada abolira 657 emplois en deux ans

CBC - Radio-Canada a annoncé jeudi qu'elle abolira l'équivalent de 657 postes à... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

(Ottawa) CBC - Radio-Canada a annoncé jeudi qu'elle abolira l'équivalent de 657 postes à temps plein au cours des deux prochaines années.

Le président-directeur général de la société d'État, Hubert Lacroix, a fait l'annonce aux employés en début d'après-midi. Il espère retrancher quelque 130 millions de dollars de son budget cette année.

Ces compressions ont été rendues nécessaires par la perte par le réseau anglais CBC des droits de diffusion des matchs de la Ligue nationale de hockey. En novembre, la LNH a cédé ces droits à Rogers pour les 12 prochaines années.

Hubert Lacroix avait annoncé à la suite de ce revers commercial que des «nuages sombres» pointaient à l'horizon pour la société d'État.

«On ne peut pas continuellement être placés dans une situation où on réduit la taille du diffuseur public tous les deux ans», a déclaré le PDG.

«CBC - Radio-Canada ne concurrenceront plus les radiodiffuseurs privés pour les droits professionnels» dans le secteur des sports, a aussi annoncé M. Lacroix.

La société d'État couvrira moins d'évènements sportifs, incluant le sport amateur, mais continuera à tenter de présenter les Jeux olympiques.

En tout, 344 emplois disparaîtront à CBC, selon le site web du diffuseur public, et 312 au réseau français. Le trou budgétaire à combler du côté francophone est de 44,2 millions $.

Lors de la réunion, M. Lacroix aurait aussi indiqué à ses employés qu'il n'avait pas les moyens de leur offrir un programme de retraite volontaire. «Nous sommes rendus à l'heure des choix, a-t-il dit. L'exercice 2014-2015 est loin d'être le seul défi financier auquel nous faisons face.»

À la Chambre des communes mercredi, la ministre du Patrimoine Shelly Glover n'a pas bronché lorsque l'Opposition officielle l'a questionné sur les compressions attendues.

«Radio-Canada a suffisamment d'argent pour remplir leur mandat en vertu de la Loi sur la radiodiffusion; c'est à Radio-Canada d'offrir aux Canadiens la programmation qu'ils veulent, et ça inclut une programmation pour les anglophones et les francophones», a tranché la ministre Glover.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer