Où le soleil s'éteint: jeu de piste avec cadavres ****

Membre d'un gang de motards, le tueur à gages Benoit Ayotte a raté sa dernière... (Image fournie par Alire)

Agrandir

Image fournie par Alire

La PresseNorbert Sphener, collaboration spéciale 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Norbert Spehner

Collaboration spéciale

La Presse

Membre d'un gang de motards, le tueur à gages Benoit Ayotte a raté sa dernière mission: il a abattu par erreur un père de famille plutôt qu'un membre de gang rival.

Rejeté par son clan, et accompagné de son ami Sylvain Mailloux, il quitte Montréal pour aller se terrer dans le chalet d'un oncle.

Au cours de leur cavale, la rencontre inattendue avec deux jeunes filles tourne au drame: Ayotte les viole, puis les tue en jetant les corps dans la rivière du haut du tracel de Cap-Rouge. Mailloux, qui voulait s'opposer aux meurtres, est liquidé à son tour.

C'est au duo formé par Daniel Duval et Louis Harel, enquêteurs à la Sûreté du Québec, que revient la responsabilité de l'enquête qui les mènera sur les traces d'un tueur fou aux abois qui sème les cadavres.

Où le soleil s'éteint, de Jacques Côté est le cinquième polar de la série consacrée à ces deux enquêteurs. C'est aussi le meilleur!

Dès les premières pages, le lecteur embarque dans cette histoire pleine de bruit et de fureur au suspense constant. Par ailleurs, les deux pages de l'épilogue risquent fort de surprendre (euphémisme!) les fans de cette série remarquable.

* * * *

Où le soleil s'éteint. Jacques Côté. Alire. 368 pages.

«Extrait :

« Il traîna les cadavres des jeunes filles sur le rail, puis il les balança tour à tour dans la rivière gonflée par les pluies des derniers jours. Il entendit les deux "ploucs" d'où il se trouvait. Il revenait sur le cap quand il sentit les rails trembler : un train arrivait. Il se dépêcha pour traîner le corps de Mailloux et le placer de travers sur la voie ferrée, le cou directement sur un rail. Il se cacha ensuite dans le buisson où ils avaient violé les filles. Avec son jean et son t-shirt noir, il était quasi invisible.

Il était seul maintenant. Ce serait plus facile de s'en tirer. Une fuite à deux est toujours incertaine.

La lumière du train perça l'obscurité. Le museau orange d'une locomotive du CN surgit du bois à vitesse réduite. Malgré le bruit de ferraille que générait le train, Ayotte entendit bientôt un craquement discret. Son plan marchait. »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer