Jusqu'à l'impensable: franchir la ligne rouge... ****

Jusqu'à l'impensable de Michael Connelly est le 21e polar... (Image fournie par Calmann-Lévy)

Agrandir

Image fournie par Calmann-Lévy

La PresseNorbert Spehner, collaboration spéciale 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Norbert Spehner

Collaboration spéciale

La Presse

Jusqu'à l'impensable de Michael Connelly est le 21e polar mettant en scène l'inspecteur Harry Bosch de la police de Los Angeles. Obligé de prendre sa retraite, cet homme d'action tente tant bien que mal de tuer le temps.

C'est alors que son demi-frère Mickey Haller (protagoniste d'une autre série du même auteur) lui demande de l'aide. Il a besoin de Bosch pour tenter d'innocenter Da Quan Foster, accusé d'avoir battu à mort une directrice adjointe des services municipaux.

Mais, pour l'ex-policier, il est impensable de franchir la ligne rouge sans passer pour un traître auprès de ses ex-collègues et amis: quand tu es flic, tu arrêtes des coupables, tu ne les innocentes pas!

Après examen du dossier, il décide d'accepter sa mission, mais précise qu'elle ne consiste pas d'abord à prouver l'innocence de Foster, mais bien à mettre la main au collet du véritable meurtrier qui est toujours dans la nature.

S'ensuit une enquête minutieuse des plus passionnante, car tout le mystère repose sur un seul indice. Alors que les cadavres s'accumulent, que sa vie est menacée, Bosch va s'obstiner à démêler tous les fils de cette affaire pleine de risques dont le dénouement sera sanglant!

Du grand Connelly!

* * * *

Jusqu'à l'impensable. Michael Connelly. Calmann-Lévy. 390 pages.

«Extrait :

« Cela dit, ce plaisir lui semblait factice. Il savait bien qu'aussi stressant qu'il soit de se trouver là-bas, dans ce fleuve de lumière et d'acier qui avançait lentement, il y était à sa place. Et que, d'une façon ou d'une autre, on y avait besoin de lui.

C'était bien à lui que Mickey Haller avait fait appel lors du déjeuner de vendredi en arguant que son client était innocent. Ce qui, bien sûr, restait à démontrer. Mais, ce faisant, il avait loupé l'autre moitié de l'équation. Si son client était vraiment innocent, cela signifiait qu'il y avait un tueur dans la nature et que personne ne se donnait même seulement la peine de le rechercher. Et ce tueur était en plus assez vicieux pour faire porter le chapeau à un innocent. Malgré les protestations qu'il avait élevées au restaurant, cette histoire chagrinait Bosch et n'avait jamais vraiment quitté son esprit tout le week-end. »»





À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer