Veiller la braise: manque de souffle **1/2

La PresseJosée Lapointe 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Josée Lapointe

Après un premier roman charmant, Patchouli, la jeune auteure Sara Lazzaroni met à profit son écriture délicate pour raconter par petites touches impressionnistes l'histoire d'un couple, du premier regard jusqu'à la vieillesse.

Ce sont elle et lui, jamais nommés, qui prennent la parole à tour de rôle. Le coup de foudre, la passion, le tumulte, l'engagement, l'auteure s'intéresse de près à toutes ces étapes, la force, mais aussi le principal défaut de son roman.

Alors qu'elle consacre les trois quarts du récit aux premières années, elle passe en accéléré sur la naissance des enfants, la vie de famille, la maturité, la vieillesse...

Comme la vie qui va de plus en plus vite, peut-être, mais on se demande surtout de quoi elle a voulu parler exactement: d'une histoire d'amour naissante ou de la pérennité d'un couple? Comme si elle avait changé d'idée en cours de route, mais avait manqué de souffle pour la suite.

Le résultat manque de cohérence, et c'est dommage, car il y a dans ce roman des moments criants de vérité, très émouvants. Sara Lazzaroni a un réel don pour saisir l'âme humaine, il lui manque peut-être juste un peu de consistance pour passer à une autre étape.

* * 1/2

Veiller la braise. Sara Lazzaroni. Leméac, 199 pages.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer