Rosa Candida : grâce légère ***1/2

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Arnjoltur est un jeune homme de 22 ans, un solitaire passionné de jardins et de fleurs en culture. Surnommé Lobbi, le narrateur se prépare à quitter son père et son frère jumeau autiste, pour aller planter une rose rare dans le jardin d'un lointain monastère.

Lobbi pense beaucoup à la mort, qui est venue saisir sa mère adorée dans un terrible accident le jour où sa fille, Flora Sol, est née. Lobbi promène la photo de Flora Sol, conçue avec une inconnue presque totale dans la serre de sa chère mère, lors de son voyage. La vie monacale qu'il pense trouver loin des siens prendra une tournure inattendue quand la mère de sa fille décidera de venir lui rendre visite.

Rosa Candida est le troisième roman d'Audur Ava Olafsdottir, mais le premier traduit en français: autant dire que cette lecture donne envie de connaître les précédentes expériences littéraires de cette auteure islandaise.

Le titre du roman résume bien le charme qui se dégage quand on lit les pérégrinations de ce jardinier naïf, héros candide qui se découvrira, apprendra l'amour presque malgré lui, sans cesser de s'interroger sur la mort.

La grâce légère mais pas superficielle du livre, les errances empreintes de poésie de Lobbi, et surtout, les découvertes de ces premières fois vont droit au coeur.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer