Bande dessinée: les perles de l'horreur

Apocalypse sur Carson City, épisode 1- Fuite mortelle... (image fournie par Akileos)

Agrandir

Apocalypse sur Carson City, épisode 1- Fuite mortelle

image fournie par Akileos

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'horreur en bédé est un pari risqué. Les albums ne manquent pas, mais le gore est souvent gratuit et les scénarios, du pareil au même. Voici pourtant quatre séries qui font véritablement honneur à l'horreur.

Apocalypse sur Carson City, épisode 1 -  Fuite mortelle: humour sanglant

Deux histoires s'entremêlent dans cette série à la fois violente et humoristique, qui n'est pas sans rappeler l'univers de Tarantino. Piranhas mangeurs d'hommes, zombies et gangsters se côtoient sans complexe dans le comté de Carson City. On découvre d'abord qu'un scientifique, le Dr Allan Phobic, employé par l'armée américaine, fait des expériences de laboratoire sur des humains - transformés en zombies, qui occuperont peu à peu la ville. Un général prendra les choses en main pour tenter de mettre fin au programme. Mais il y a aussi les trois frères Blackwood - Dallas, Buster et Anton - qui font un carnage dans un casse-croûte avant de repartir avec un otage. Cette Apocalypse est une bédé d'action illustrée en noir et blanc qui fait couler beaucoup de sang. La série, qui a connu un énorme succès, devrait se conclure cette année par le tome 7.

Apocalypse sur Carson City, épisode 1 -  Fuite mortelle, Griffon, Akileos, 90 pages.

Severed - Destins mutilés: du souffle et des mains moites

Jamestown, New York, 1916. Jack Garron, 13 ans, apprend qu'il est adopté - sa mère biologique ayant succombé à son accouchement et son père l'ayant abandonné. Mais une correspondance soudaine avec ce père disparu convainc le jeune ado, passionné de violon, de le retrouver à Chicago, où il travaille comme musicien. Il rêve désormais de jouer avec lui dans les clubs de la ville. D'où sa fuite au milieu de la nuit dans un train de marchandises. Au cours de ce voyage, il croisera un vieil homme malfaisant. Cet homme va s'insinuer dans sa quête et l'entraîner dans un cauchemar sans nom. Le scénariste Scott Snyder, à qui l'on doit la série American Vampire, y va d'un récit à la Stephen King, qui vous tiendra en haleine jusqu'à la fin. Ce trio infernal fait la preuve que l'horreur n'a pas toujours besoin de gore.

Severed - Destins mutilés. Scott Snyder, Scott Tuft et Attila Futaki. Urban Comics. 182 pages.

Outcast, 1 - Possession... (image fournie par Delcourt) - image 2.0

Agrandir

Outcast, 1 - Possession

image fournie par Delcourt

Outcast 1 - Possession  2 - Souffrance: possession démoniaque

Outcast est la nouvelle série du scénariste Robert Kirkman, créateur de The Walking Dead. La bédé a d'ailleurs été adaptée au petit écran. Il est cette fois question d'exorcisme. Nous sommes en Virginie, dans une petite communauté où des membres sont possédés par le démon. Au coeur du récit: Kyle Barnes, qui semble être le lien qui les relie. Avec le curé du village, Barnes cherche à comprendre ce qui se passe. Mais à force d'enquêter, les deux hommes se mettront en danger. Dans la postface, Kirkman explique avoir eu envie d'explorer des choses réelles. «Les zombies ne sont pas réels et ne le seront jamais. Mais les choses qui nous terrifient le plus sont réelles. Il y a dans ces pages une vraie tentative de faire grimper de quelques crans le facteur frousse.» Une mission réussie, parfaitement servie par les dessins de Paul Azaceta.

Outcast 1 - Possession  2 - Souffrance. Robert Kirkman et Paul Azaceta. Delcourt. 159 pages.

Doggy Bags, vol. 1: horreur vintage

Cette oeuvre collective de comics d'horreur créée par Run est frappée d'une pastille rouge où c'est écrit: «Violence 100 % graphique». Ça vous donne une idée du genre. Créée par des Français en hommage aux bédés américaines d'après-guerre, Doggy Bags réunit dans chaque volume trois histoires où coule le sang et tombent les têtes. Violence, jurons et nudité, c'est bel et bien de la bédé pour adultes. On mêle ici horreur et fantastique avec un humour tout français qui donne lieu à des répliques du genre: «Bouge pas! Ou sinon je te fais des trous de ver façon physique quantique que t'imagines même pas les raccourcis que prendront les courants d'air.» Gangs de rue, loups-garous, superhéroïne et vilaines créatures défilent dans ce premier volume qui vous mettra dans le bain. Divertissant. Une série extrêmement populaire qui se conclut cette année avec un 13e volume.

Doggy Bags, vol. 1. Run, Maudoux et Singelin. Ankama Éditions. 112 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer