Lire pour (faire) rire

L'un ne compte aucune illustration. L'autre s'amuse avec sa tranche. Voici deux... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'un ne compte aucune illustration. L'autre s'amuse avec sa tranche. Voici deux histoires pour les petits qui feront (sou)rire petits et grands, la première parce qu'elle oblige l'adulte à faire de drôles de bruits; la seconde, parce que des personnages y disparaissent au creux des pages. Chacun à sa manière exigera donc une plus ou moins grande participation du lecteur.

Le livre sans images

B.J. Novak

L'école des loisirs, 52 pages

***½

Le livre sans images ne ment pas, sur sa page couverture: l'histoire de B.J. Novak est bel et bien vierge de tout dessin.

L'Américain a pris le pari (risqué, il faut en convenir, dans un monde où les jeunes sont littéralement bombardés d'images!) de se fier uniquement aux mots.

Des mots et onomatopées (parfois colorés) qui entretiennent un dialogue entre l'enfant et le parent qui lui en fait la lecture. Et qui devra se mettre en bouche des tchok et autres patok, voire parler d'un hippopotame nommé Gros patapouf, entre autres.

Bref, il s'agit d'une histoire qui, pour se développer et ainsi prendre tout son pouvoir d'évocation, force l'adulte à ne pas se prendre au sérieux et à accepter le rôle qui lui est dévolu de l'animer! Ainsi, pour peu que papa ou maman (tonton ou matante, mamie ou papie, grande soeur ou grand frère) y mette du sien, notamment en modulant sa voix, voire en rajoute en mettant l'enfant à contribution, ce Livre sans images peut devenir un moment de folie contagieuse franchement chouette à partager.

Ce livre a mangé mon chien!

Richard Byrne

Scholastic, 32 pages

***½

Lorsque Bella sort pour promener son chien, elle est loin de se douter qu'en traversant la page, ce dernier va être... avalé par la tranche du livre.

Comme son ami Bruno et les secours qui déboulent pour l'aider, mais qui disparaissent entre les pages.

Après avoir elle-même été «mangée» pas le livre, la fillette n'a d'autre choix que de demander aux lecteurs de la tirer de là.

Ces derniers devront secouer l'album pour libérer tout ce beau monde pris au piège.

L'idée de jouer ainsi avec différentes perspectives, jumelée à une mise en page à l'avenant, s'avère rigolote à souhait.

Graphiquement, c'est drôle, dynamique et réussi. Certes, l'effet de surprise finira par s'estomper d'une lecture à l'autre. Mais son côté ludique, lui, continuera longtemps à faire son petit effet. 

Heureusement, la reliure allie la solidité (de la colle) et la souplesse (du reste) nécessaires pour tenir le coup!

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer