• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • Sur les traces de Kerouac: sur la route entre Ti-Jean et Jack 

Sur les traces de Kerouac: sur la route entre Ti-Jean et Jack

Jack Kerouac pose avec son chat en 1956.... (Photo: archives, The New York Times)

Agrandir

Jack Kerouac pose avec son chat en 1956. Un an plus tard, il publie son plus grand succès, On the Road.

Photo: archives, The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Christine Blais
La Presse

Aujourd'hui et tous les vendredis jusqu'au 12 décembre, à 14h (rediffusion à minuit), sur ICI Radio-Canada Première, la radio-série Sur les traces de Kerouac suit littéralement le chemin parcouru par l'écrivain Jack Kerouac, du Bas-Saint-Laurent à New York. Entrevue avec le «guide de voyage» Gabriel Anctil et l'animateur Franco Nuovo.

Écrivain américain, Jack Kerouac? Indéniablement. Sauf que... Enfant, Kerouac se faisait appeler Ti-Jean par sa famille native du Bas-Saint-Laurent et émigrée aux États-Unis, où le romancier-culte a parlé uniquement français jusqu'à l'âge de 6 ans. Et avant sa mort, il y a 45 ans, en 1969, l'auteur des Clochards célestes, surnommé le «pape de la Beat Generation», était littéralement obsédé par ses racines canadiennes-françaises et bretonnes!

C'est pour témoigner de ces racines que l'auteur et scénariste Gabriel Anctil se transforme en recherchiste-«guide de voyage» dans la radiosérie Sur les traces de Kerouac. En compagnie du réalisateur Jean-Philippe Pleau (Sportnographe, Bande à part) et de l'animateur-intervieweur Franco Nuovo (qui s'est chargé des entrevues avec Dany Laferrière, Lisa LeBlanc, Zachary Richard, Victor-Lévy Beaulieu...), le jeune écrivain trentenaire parcourt les milliers de kilomètres empruntés par «Jack», nous fait rencontrer les amis de Kerouac à New York tels le jazzman David Amram et le grand photographe Robert Frank (qui parlent français), commente les deux entrevues de Kerouac accordées à Radio-Canada, où il est question de Balzac, Baudelaire, Céline... et Marcel Dubé. Et beaucoup plus encore.

«L'idée, explique Anctil, ce n'est surtout pas de dire que Kerouac est un écrivain québécois, mais bien de montrer qu'il est devenu un grand écrivain américain au style très particulier justement à cause de ses racines canadiennes-françaises. Dans une de ses lettres, il estime n'avoir maîtrisé l'anglais qu'à l'âge de 21 ans...» Or, Kerouac publiera son premier roman (The Town and the City) à 28 ans et son chef-d'oeuvre On the Road à 35 ans, en 1957.

Sur le terrain

Anctil connaît Kerouac sur le bout de son coeur («même si je n'aime pas tout ce qu'il a écrit»), et lui a consacré une série d'articles passionnants il y a six ans, ce qui lui avait permis de découvrir des témoins et des textes inédits...

«Il y a un an, reprend-il, Élodie Gagnon et moi avons donc proposé à Radio-Canada de faire une radiosérie qui suivrait les pas de Kerouac afin d'en savoir plus sur son identité. Mais on n'avait pas envie d'une narration classique, avec des entrevues enregistrées en studio, etc. On voulait vraiment quelque chose "on the road"! J'ai rencontré le réalisateur Jean-Philippe Pleau et ça a cliqué: on aime le hockey, la littérature et le cinéma direct de Pierre Perrault! Franco [Nuovo], lui, était touché par le sujet parce qu'il est lui aussi fils d'immigrants.

«On est donc partis à trois, dans un camion de Radio-Canada, pour voir les lieux et les gens qui ont connu Kerouac. Et au lieu d'une narration, on a choisi le ton de la conversation entre Franco et moi. On a fait les entrevues, le montage, tout ça sur le terrain...» On soulignera d'ailleurs l'originalité de la réalisation, notamment un environnement sonore très riche et évocateur.

Que retient le plus Franco Nuovo de ce périple quasi initiatique? «Sans aucun doute notre passage à New York, répond l'animateur-intervieweur. Avoir vu, dans Greenwich, l'appartement où Jack a écrit On the Road en trois semaines. Rencontrer Joyce Johnson, sa compagne à l'époque, qui était avec lui la nuit où le New York Times a publié la critique d'On the Road qui a l'élevé au rang d'"écrivain d'une génération". New York est la ville où Kerouac est devenu un vrai écrivain américain mais où, paradoxalement, Gabriel [Anctil] a découvert les deux romans écrits en français par Jack. C'est là que nous avons eu la preuve que l'"écrivain américain" avait de profondes racines canadiennes-françaises!» Les auditeurs pourront eux aussi le «voir avec leurs oreilles» en écoutant Sur les traces de Kerouac, à compter d'aujourd'hui.

________________________________________________________________________________

Livre numérique à télécharger gratuitement sur iBooks d'Apple ou IciRadio-Canada.ca/kerouac

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer