• Accueil > 
  • Arts > 
  • Livres 
  • > Chloé Sainte-Marie reçoit au Marché Bonsecours 

Chloé Sainte-Marie reçoit au Marché Bonsecours

La table est mise. Chloé Sainte-Marie et Jean-Paul... (Photo: Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

La table est mise. Chloé Sainte-Marie et Jean-Paul Daoust, avant le «potluck littéraire» de mardi dernier.

Photo: Robert Skinner, La Presse

En marge de l'exposition Parce que c'est lui, réunissant les toiles, les photos et les dessins de Gilles Carle, Chloé Sainte-Marie reçoit tous les mardis jusqu'au 26 avril qui veut bien célébrer le plaisir de vivre, lors de « potluck littéraires» Une formule étonnante, qui a fait ses preuves mardi.

Nous n'avions aucune idée de ce que pouvait bien donner un «potluck littéraire», selon le concept de Chloé Sainte-Marie. Les places étant limitées, il fallait réserver. Le prix d'entrée? Il faut apporter une bouteille de vin ainsi qu'un plat à partager. Le résultat? Une table de banquet bien garnie de mets hétéroclites et de bons vins, où environ 75 personnes (le nombre maximum) ont pris place dans la bonne humeur. Avec en prime le poète Jean-Paul Daoust qui a lu des extraits de son recueil Taxi pour Babylone, comme seul lui sait le faire.

Qui était là? Des amis, des fans, des curieux, tous assez enchantés par la tournure de la soirée. Ils sont arrivés un peu gênés, déposant leurs plats et leurs bouteilles dans une cuisine aménagée pour l'occasion. Disons qu'il est plutôt spécial de souper en compagnie de parfaits inconnus qui ont comme seul point en commun de connaître de près ou de loin Chloé Sainte-Marie, dans la salle d'exposition du Marché Bonsecours, entourés des dessins de Gilles Carle et des nombreuses photos plutôt osées de la muse du cinéaste. Mais c'est précisément cette envie de partager une intimité qui guide Chloé Sainte-Marie.

Elle accueillait tous les convives comme si elle était dans son salon. «Chez moi, c'était un métro, explique-t-elle. Tout le monde passait. Et quand Gilles était malade, la maison était souvent remplie d'aidants. Ce que je veux, c'est partager la mémoire de Gilles, qui aimait recevoir des gens de tous les milieux.»

Notre voisine de table, qui habite pas très loin de cette maison, le confirme: «Il y avait tout le temps du monde chez eux!» Les photos personnelles du couple qu'on peut voir à l'exposition montrent d'ailleurs une vie sociale animée. Mardi, c'est cette ambiance que Chloé Sainte-Marie voulait recréer, aidée de Jean-Paul Daoust, qui ne s'est pas fait prier pour lancer ses «poèmes à répondre» assez délurés.

L'étrangeté de la situation, la verve de Daoust, l'enthousiasme de Chloé, ainsi qu'un peu de vin, ont fait de cette soirée une vraie réussite, contre toute attente.

En fait, les convives sont sûrement retournés chez eux non pas en ayant l'impression d'avoir fait une «sortie culturelle», mais bien d'avoir eu un souper agréable entre amis chez Chloé... et Gilles, bien sûr, qu'on sent quelque part en train de rigoler.

Pour les intéressés, les «potluck littéraires» des 22 février, 1er et 8 mars seront respectivement animés par les poètes Yves Préfontaine, Michèle Lalonde et Louise Warren. Il faut réserver au info@parcequecestlui.com. À compter de 18 h, au 363 rue de la Commune Est.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer