Adfast: quand les machines travaillent en équipe

L'entreprise Adfast devrait bientôt permettre aux clients de... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

L'entreprise Adfast devrait bientôt permettre aux clients de suivre l'état de la fabrication de leur commande en temps réel.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Les clients d'Adfast pourront bientôt activer à distance ses chaînes de production et suivre l'état de leur commande de bout en bout sans l'intervention d'un seul humain.

L'entreprise Adfast mise sur une équipe d'une douzaine... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

L'entreprise Adfast mise sur une équipe d'une douzaine d'employés qui se consacrent à l'intégration en continu de tous les outils d'acquisition de données.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Plus d'un an après avoir commencé à intégrer... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Plus d'un an après avoir commencé à intégrer l'information venue de ses chaînes de production, Yves Dandurand, président du fabricant de scellants et d'adhésifs Adfast, en constate déjà les retombées.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Voilà seulement l'une des avancées que permettra bientôt la numérisation des processus d'affaires qu'a entamée Adfast il y a 18 mois de cela.

Dans ses locaux de l'arrondissement montréalais de Saint-Laurent, ce fabricant de scellants et d'adhésifs pour le secteur de la construction « numérise » progressivement ses trois chaînes de production automatisées.

« Nos machines étaient déjà intelligentes et généraient des données, précise Yves Dandurand, président d'Adfast, mais elles n'étaient pas interconnectées, alors on utilisait mal cette information. »

« Tout ça est en train de changer », ajoute-t-il.

UN FABRICANT 4.0

Passer au « 4.0 », c'est adopter une stratégie de collecte de données, puis d'analyse de cette information pour, en bout de course, gagner en productivité.

Adfast s'y est mise en se joignant à la cohorte Élite du programme PME 2.0 du CEFRIO. L'organisme l'a amenée à adopter le concept allemand MESA afin de relier l'ensemble des processus de l'entreprise.

Adfast a aussi ajouté une série de capteurs à ses chaînes de production. L'un d'eux mesure la viscosité de la pâte. Un autre constate l'avancée d'une réaction chimique en mesurant la conductivité de la pâte où elle prend place. D'autres capteurs mesurent le poids des matériaux, la température du produit et la pression des pompes, par exemple.

Chacun de ces capteurs achemine en temps réel ses données au réseau. Celles-ci sont ensuite intégrées dans un système d'acquisition et de contrôle de données (SCADA). « La mise en place demande surtout de la programmation », souligne d'ailleurs Yves Dandurand.

Pour y arriver, l'entreprise mise sur une équipe d'une douzaine d'employés qui se consacrent à l'intégration en continu de tous les outils d'acquisition de données.

LES RETOMBÉES

Plus d'un an après avoir commencé à intégrer l'information venue de ses chaînes de production, Yves Dandurand en constate déjà les retombées.

« Maintenant, s'il y a une défaillance, le système la détecte dans la milliseconde et tout s'arrête immédiatement. On gagne énormément de temps pour corriger les problèmes. » - Yves Dandurand

La numérisation des processus facilite aussi le passage d'une production à une autre. C'est que l'entreprise offre des produits faits « sur mesure » à sa clientèle. Les trois chaînes de fabrication utilisent chaque fois l'une des 200 recettes de pâte maîtresse d'Adfast. Celles-ci se transforment ultimement en milliers de formulations distinctes lorsqu'on tient compte des additifs et des pigments ajoutés en fin de processus.

« C'est un grand défi de faire des petits lots, explique M. Dandurand. Il faut contrôler les processus avec le plus de précision possible, et pour en être capable, il a fallu relier tous les appareils ensemble. »

Selon lui, la numérisation des équipements s'est traduite non seulement par des gains en temps, mais aussi par une réduction du gaspillage des ingrédients de base. « Le retour sur l'investissement se fait rapidement, selon le président d'Adfast. On gagne déjà seulement en éliminant les mauvais lots et en réduisant les temps d'arrêt. »

L'entreprise devrait bientôt permettre aux clients de suivre l'état de la fabrication de leur commande en temps réel. « L'objectif, c'est de rendre toutes les étapes visibles, précise-t-il. En plus, tout se fera automatiquement à partir du moment où ils auront passé leur commande sur notre site web. »

Forte de ses données, l'entreprise mise désormais sur l'intelligence artificielle, plus précisément l'apprentissage automatique, afin de trouver une façon de prévoir les arrêts de production. « Le jour où on aura des appareils capables de se diagnostiquer par eux-mêmes, nos équipes de maintenance pourront intervenir avant même l'interruption », explique M. Dandurand.

D'ici là, Adfast travaille à une nouvelle expansion et à l'ajout d'une quatrième chaîne de fabrication susceptible d'accroître de 40 % sa production.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer