Les technologies de demain

Vous aimez entendre ronronner les moteurs, sentir les... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Vous aimez entendre ronronner les moteurs, sentir les vapeurs d'essence et même piloter votre automobile? Profitez-en, car le futur de l'automobile s'annonce silencieux, électrique et automatique...

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Didier Bert

Collaboration spéciale

La Presse

Les évolutions se succèdent à grande vitesse en matière de transport durable. Certaines technologies encore en conception deviendront les standards de demain, modifiant nos habitudes en profondeur. François Adam, directeur général de l'Institut du véhicule innovant (IVI), nous présente cet avenir sans essence et sans volant.

L'efficacité par l'électricité

L'électrification des transports est inéluctable, affirme François Adam, directeur général de l'Institut du véhicule innovant (IVI). « Un moteur électrique est beaucoup plus efficace qu'un moteur à combustion interne », explique-t-il. Pas moins de 95 % de l'énergie électrique est transformée en force motrice, alors que cette part se limite à 40 % pour un moteur à combustion interne, précise M. Adam. Et c'est sans compter sur la sévérité accrue des normes d'émissions polluantes partout sur la planète.

La révolution de l'automatisation

À l'avenir, votre automobile vous conduira, mais vous ne la conduirez plus. Les véhicules électriques deviendront autonomes et pourront ainsi être partagés encore plus facilement qu'aujourd'hui, pronostique François Adam.

Ces automobiles pourront se déployer automatiquement, notamment pour rabattre leurs usagers vers les lignes de transports en commun. Cela rendra moins intéressant le fait d'être propriétaire de son propre véhicule. « Aujourd'hui, 99 % du temps, les véhicules particuliers restent à l'arrêt », illustre M. Adam.

Des convois automatiques

Qu'ont en commun les expériences de Scania aux Pays-Bas, de Volvo en Espagne, de GM et de Ford dans la région de Detroit? Tous ces constructeurs testent la fiabilité des convois automatiques de véhicules. Plusieurs camions se suivent à plus de 80 km/h... séparés à peine de quelques mètres les uns des autres. « Il y a énormément de gains à en attendre pour réduire la consommation des camions, car ils affrontent une moindre résistance à l'air », explique M. Adam.

L'enjeu des mégadonnées

La fiabilité des convois automatiques de véhicules dépendra en grande partie de la maîtrise des mégadonnées (big data, en anglais) générées par chaque véhicule. En effet, chaque véhicule composant le convoi doit être capable de s'adapter à la vitesse des autres véhicules... pour éviter toute collision. Ces convois devront aussi pouvoir anticiper le changement des conditions de circulation (météo, accident) pour modifier la conduite en conséquence.

Des camions sur pile

Cela fait des années que la pile à combustible est annoncée comme une technologie d'avenir... sauf que cet avenir est sans cesse reporté. « La pile à combustible trouvera des applications, mais plutôt dans les véhicules lourds que dans les automobiles », prévoit François Adam. « Si on veut électrifier le transport de marchandises sur de longues distances, ce sera sûrement le seul moyen », explique le directeur général de l'IVI.

La fibre de l'allègement

Améliorer l'efficacité du transport routier, c'est consommer le moins d'énergie possible... C'est pourquoi les constructeurs automobiles ne travaillent pas seulement sur la motorisation, mais ils cherchent aussi à rendre leurs véhicules plus légers. Le constructeur allemand BMW a lancé le mouvement en présentant son modèle i3, une automobile électrique équipée d'un habitacle renforcé par de la fibre de carbone.

Un drone dans votre garage ?

Remplacerez-vous un jour votre automobile par un drone? « La technologie permet déjà de créer ce genre d'application », affirme François Adam. Toute la question est de savoir comment ce transport futuriste sera encadré par la réglementation. De ce point de vue, le Québec fera-t-il partie des premiers à légiférer?, s'interroge le directeur général de l'IVI. L'avantage d'un tel positionnement serait d'attirer les firmes innovantes à la recherche de territoires où cette pratique serait suffisamment encadrée pour pouvoir y mener leurs essais, soutient-il.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer