L'innovation au coeur de la réussite

Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte et membre... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte et membre du jury, est fière que 10 entreprises québécoises se soient hissées parmi les nouvelles lauréates cette année.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Les sociétés les mieux gérées

Économie

Les sociétés les mieux gérées

Investir dans les travailleurs, l'innovation et la productivité et être ambitieuse, voilà comment la plus récente cuvée des sociétés les mieux gérées s'est taillé une place au palmarès de Deloitte. »

Nathalie Côté

Collaboration spéciale

La Presse

Les entreprises doivent réunir plusieurs qualités pour se tailler une place au palmarès des sociétés les mieux gérées de la firme Deloitte. Les nouvelles lauréates québécoises de cette année se sont cependant démarquées par l'importance qu'elles accordent à l'innovation.

« Pour devenir les meilleures, les entreprises doivent innover, indique Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte et membre du jury. Nous avons fait plein d'études et la seule façon, de manière générale, pour nos entreprises canadiennes d'être compétitives avec les entreprises dans le monde, c'est d'innover. Le Canada a du retard à cet égard, il doit investir davantage. Les entreprises les mieux gérées l'ont compris. Les bons gestionnaires savent très bien que la seule façon d'être vraiment performant, c'est d'innover. »

Évidemment, chaque entreprise innove à sa façon. Pour certaines, il s'agit de développement de produits. Pour d'autres, ce sera l'automatisation de certains procédés ou le développement de nouveaux outils.

L'innovation va aussi généralement de pair avec l'investissement.

« Les entreprises les mieux gérées sont rentables depuis longtemps et elles investissent ces sommes dans l'entreprise plutôt que de mettre tous les profits dans les poches des actionnaires. »

- Brigitte Vachon, associée leader chez Deloitte

Continuer à investir dans l'innovation au même rythme dans les prochaines années sera d'ailleurs le principal défi des nouvelles lauréates, croit Mme Vachon. « Ce n'est plus une chose à faire une fois tous les trois ans ou quand on en a les moyens, tranche-t-elle. Ça doit être omniprésent dans les investissements de l'entreprise. Il faut bâtir cette culture de constante innovation. »

TRANSFERTS RÉUSSIS

Parmi les nouvelles lauréates québécoises, plusieurs sont des entreprises familiales de deuxième ou troisième génération. « Le transfert d'une génération à l'autre est un enjeu dont on parle beaucoup dans le monde des affaires, souligne Mme Vachon. Celles-ci y parviennent très bien. »

C'est d'ailleurs une réalité observée également parmi plusieurs lauréates de plus longue date. « Le secret pour faire un transfert performant, en général, c'est d'être patient, croit Mme Vachon. Les enfants sont intégrés dans l'entreprise de façon à ce que leurs propres compétences soient mises de l'avant. Il faut avoir fait grandir les enfants au sein de l'entreprise. Ils sont partie prenante du développement de l'entreprise et se développent en parallèle avec des études dans le leadership, la gestion et parfois des compétences bien précises. »

***

10

Dix entreprises québécoises figurent parmi les 44 nouvelles lauréates au palmarès cette année, soit 22 %. C'est un résultat qui s'approche du record de 12 entreprises établi en 2015. L'Ontario arrive une fois de plus en tête de liste avec 20 nouvelles lauréates.

71

Dans l'ensemble des catégories, on retrouve 71 entreprises du Québec sur les 453 entreprises canadiennes primées cette année.

Source : Deloitte

***

DEVENIR LAURÉATE

Afin d'être sélectionnées parmi les nouvelles lauréates, les entreprises canadiennes doivent avoir des revenus supérieurs à 15 millions. Après leur inscription, elles participent à un processus de coaching avec des professionnels de Deloitte et de la CIBC. Elles sont ensuite évaluées en fonction de leur stratégie, leur capacité à la réaliser, leur engagement et leurs données financières.

Une fois nommées nouvelles lauréates, les entreprises doivent poursuivre leur travail si elles aspirent à demeurer au palmarès. Elles doivent faire l'objet d'une évaluation opérationnelle et financière annuelle. Celles qui conservent leur titre pour une deuxième ou une troisième année demeurent dans la catégorie « Mieux gérées ». On retrouve ensuite la catégorie « Or », pour celles qui en sont à leur quatrième, cinquième ou sixième année. Finalement, le « Club Platine » regroupe celles qui sont au palmarès depuis sept ans ou plus.

Nouvelles lauréates 2018

Ontario : 20

Québec : 10

Colombie-Britannique : 5

Alberta : 3

Nouvelle-Écosse : 3

Manitoba : 2

Saskatchewan : 1

Source : Deloitte

LES SOCIÉTÉS LES MIEUX GÉRÉES EN VRAC

DISTRIBUTION ET MANUFACTURIERParmi les 44 nouvelles lauréates canadiennes, on en trouve 9 dans le secteur de la distribution de gros et 9 dans le secteur manufacturier. « Ce sont des secteurs importants de notre économie », souligne Mme Vachon. Vient ensuite le domaine de la technologie, qui compte quatre nouvelles lauréates cette année.

INVESTIR POUR INNOVERLa situation économique est bonne au Canada et au Québec. Que font les entreprises les mieux gérées durant une période semblable ? « Quand ça va bien, elles ont plus de ressources financières pour investir, note Mme Vachon. Elles en profitent donc pour investir plutôt que d'être très prudentes et de garder leurs profits dans la compagnie en vue des mauvais jours. »

INCERTITUDE ET ALENAComment les entreprises les mieux gérées réagissent-elles à l'incertitude au sujet de l'ALENA ? « C'est un contexte omniprésent dans la réflexion des entreprises, mais leur terrain de jeu est grand, indique Mme Vachon. Plusieurs font des alliances stratégiques en Europe, par exemple. Elles sont conscientes de leur environnement lorsqu'elles font leur plan stratégique. C'est un élément parmi d'autres. »

DÉFI DES ASPIRANTESParmi les entreprises aspirant à se hisser parmi les mieux gérées, il manque parfois de profondeur dans la stratégie afin de bien réussir, constate Mme Vachon. « Quand l'entreprise veut continuer de croître, les dirigeants doivent s'asseoir, se fixer des objectifs, suivre leur plan malgré tout ce qui arrive, explique-t-elle. C'est ce qui manque souvent. »




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer